Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MC Oran : La banqueroute et faillite sportive
Publié dans Liberté le 31 - 10 - 2011

“Ce n'est pas normal que, dans un club dit professionnel, le président-directeur général et ses autres collaborateurs ne soient même pas capables de verser une simple prime de match aux joueurs de l'équipe première ! Et c'est tout aussi anormal que dans une SSPA de la dimension du MCO, le bailleur de fonds principal n'ait aucun poste de responsabilité, alors que ceux qui tirent les ficelles perçoivent des salaires pour un travail qu'ils ne font pas et pour des idées qu'ils ne trouvent pas !” Ce constat, établi par tout l'entourage du club et approuvé tacitement par ses propres dirigeants, résume parfaitement et pertinemment le mode de fonctionnement de l'économie mouloudéenne.
Larbi Abdelilah lui-même reconnaissait devant ses joueurs, affairés à préparer le déplacement à Alger pour y rencontrer l'USMA au cours de la semaine qui vient de s'écouler, que “le montant de la prime de la victoire face au Chabab de Constantine n'a pas pu être réuni”.Qu'attendre alors d'une SSPA qui fait signer des joueurs pour des montants faramineux au mois d'août pour se retrouver à sec deux mois
plus tard, si ce n'est une faillite précoce ? Et cette faillite aurait aisément pu se transformer en banqueroute encore plus pénalisante, si Mohamed Belhadj n'avait pas fait irruption, une nouvelle fois, dans le paysage mouloudéen pour “soulager” sa direction des salaires d'une bonne partie de l'effectif et des membres de son staff technique.Avec plus de deux milliards de centimes avancés aux dirigeants oranais, Belhadj dit “Baba” demeure, à l'heure actuelle, le principal pourvoyeur de fonds du club.
Un pourvoyeur bienfaiteur en première instance qui, en rachetant les parts en actions de l'ancien P-DG Tayeb Mehiaoui, est devenu, le mois dernier, l'actionnaire majoritaire de la SSPA-MCO sans pour autant être officiellement admis au conseil d'administration de la société. La faute au P-DG Larbi Abdelilah qui semble faire tout son possible pour ajourner à chaque fois la tenue d'une assemblée générale des actionnaires et retarder ainsi l'officialisation de l'intronisation de Belhadj à la tête de la SSPA au poste de… P-DG.
La raison ? Tout le monde au MCO la connaît
“Si Belhadj hérite du poste de P-DG qu'il mérite logiquement, dans la mesure où il détient la majorité des actions de la société, il est clair que la carrière de Larbi Abdelilah, Hassan Kalaïdji, Nacereddine Bessedjrari et même Habib Benmimoun ainsi que d'autres dirigeants ne se poursuivra plus au MCO. Contrairement à ces responsables salariés, Belhadj a des ressources financières quasi inépuisables et il n'aura plus besoin de se coltiner ces dirigeants dont le public mouloudéen ne cesse de réclamer le départ. Sachant pertinemment que s'ils approuvent son intronisation, ils signeront leur départ, Abdelilah et ses compagnons de route retardent comme ils peuvent cette échéance”, expliquera une source autorisée. En attendant, c'est l'autre figure mouloudéenne, le président du club sportif amateur (CSA), Youssef Djebbari, qui a mis à profit ce climat malsain et financièrement délétère pour se racheter une virginité auprès du public oranais en octroyant aux joueurs de l'équipe professionnelle cinq millions de centimes comme prime du succès face au CSC.Alors qu'il devait consacrer son énergie et ses éventuels moyens financiers à faciliter le quotidien des jeunes catégories, Djebbari se mêle, pas vraiment innocemment, de la vie de la SSPA en faisant valoir sa disponibilité à “prêter main-forte à l'équipe première”.Pourquoi alors ne rachète-t-il pas des actions de la SSPA de façon à devenir actionnaire majoritaire pour démontrer ensuite les qualités de président-gestionnaire qu'il s'auto-attribue dans les colonnes des journaux ?
A cette question que Liberté lui avait posée au détour d'une discussion informelle il y a quelques jours, Djebbari a répondu de la façon la moins convaincante qui soit. “Au lieu de mettre deux ou trois milliards dans une société en faillite, autant attendre le mercato hivernal et les investir dans des joueurs qui pourront apporter un plus à l'équipe”, avait-il répliqué.Une façon comme une autre de ne pas mettre la main à la poche. D'autant plus qu'en ces moments de crise où se profile déjà à l'horizon une banqueroute inévitable, c'est Belhadj Ahmed, le bienfaiteur mais pas actionnaire, qui finance un club que dirige maladroitement Larbi Abdelilah, le P-DG non financeur, le tout avec la bénédiction d'un wali gaspilleur, mais pas un brin contrôleur.
Plus qu'une simple banqueroute par les chiffres, la SSPA-MCO illustre parfaitement le prototype même d'un système en faillite. Faillite financière, faillite morale et inévitablement faillite sportive.
R. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.