LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TABARHA NORREDINE, ARTISTE PEINTRE
“L'art n'est pas une théorie mais une pratique”
Publié dans Liberté le 05 - 01 - 2012

Cet artiste nous a reçu dans son atelier à Sidi Okba (Biskra), entouré de ses œuvres chargées de couleurs du terroir, d'une lumière qui rappelle l'arrière-pays, carrefour et lieu de rencontre entre les Zibans et les Aurès…
Liberté : Vous semblez profiter, de la lumière du sud, des couleurs et formes des Aurès ?
Norredine Tabarha : Exactement. Je suis un Auressien du Sud, je suis né à Felmèche, à quelques encablures du refuge de la Kahina. La lumière et les formes ont toujours fait partie de mon univers, et bien avant que je ne sache manipuler un pinceau ou mélanger des couleurs. Je suis né et j'ai grandi dans un tout petit douar, j'ai vu ma mère, mes tantes, ma grand-mère, tisser, rouler le couscous, chanter et dessiner sur de la poterie, des formes et des figures ancestraux. J'ai en fait un butin, une muse, je n'ai plus envie de chercher loin, ce que j'ai au creux de la main et qui est mien.
Ancien élève de l'Institut technologique de l'enseignement, option dessin, vous avez quand même appris des choses lors de votre formation ?
Pas du tout. On continue d'enseigner des principes obsolètes et dans le meilleur des cas faux. Ce que j'ai appris, c'est par le contact, le partage, le voyage et le fond de ma mémoire, c'est-à-dire par mon histoire. J'avais repris le chemin de mon lieu de naissance, pour retrouver odeurs, lumières, couleurs, formes, et sans peine aucune le puzzle s'est reformé. C'est la chose la plus naturelle qui soit, s'extérioriser et c'est ce que j'ai fait. Le problème chez nous, c'est que nous voulons faire du Goya ou du Matisse, dans une autre réalité, aussi bien géographique, qu'historique, culturelle et sociale. Et le drame c'est que nous oublions, pis encore nous refusons d'êtres nous-mêmes. Alors pour ne plus passer mon temps à être l'autre, j'assume artistiquement parlant, une identité artistique algérienne, avec un legs millénaire. Nous avons les plus anciens dessins, que l'humanité à connue au Tassili.
Comment vous projetez-vous dans l'art ?
L'art n'est pas une théorie mais une pratique, je me le répète souvent. C'est aussi un combat, une revendication et une affirmation. Je ne suis pas peintre de dimanche, je considère que je peux contribuer à mettre en exergue, une culture plurimillénaire. Je témoigne, j'interpelle, je suis un artiste militant et conscient. Sans cette conscience, nous cesserons d'être.
Qu'en est-il de la visibilité de votre travail ?
Nous sommes hélas dans un pays où tout, ou presque tout se passe à la capitale. L'intérieur du pays est négligé, voire même sacrifié. Cependant les choses changent, vous avez mis du temps, pour venir dans ces lieux reculés, mais vous êtes là. Demain peut-être dans un futur proche, nous verrons enfin des manuels scolaires, qui vont enfin parler de l'artiste algérien qui réside en Algérie profonde, des autres formes d'expression que nous appelons naïves ou archaïques, tels que le tatouage, lapoésie populaire, qui pourtant peuvent constituer une base de données inestimable. Les nouveaux moyens de communication et de partage, vont certainement donner la parole à ces formes d'expression négligées.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.