Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La malédiction du troisième mandat
Publié dans Liberté le 06 - 02 - 2012

Quand le fait de la candidature était devenu démocratiquement inconcevable, les dictateurs “élus” du tiers-monde s'essayèrent au multipartisme adapté : espace politique ouvert mais contrôlé.
En Tunisie et en Egypte, par exemple, Ben Ali et Moubarak, tout en réprimant l'opposition qui refuse de collaborer, se faisaient régulièrement réélire dans un scrutin pluriel et leurs gouvernements annonçaient, sans sourire, les résultats qui confirmaient le bonheur d'un peuple maté. Puis les “opposants” de parade se retiraient pour dépenser le reliquat de subvention en attendant la prochaine échéance.
Le tout est que dans cette configuration, aucune limite temporelle au règne du despote n'est concevable, même si le temps de ce règne est décomposé en “mandats”, pour le besoin de conformité républicaine. Certains ne se sont pas privés d'envisager, et parfois, de mettre en œuvre la présidence à vie.
En Algérie, la Constitution de 1989 avait, pour la première fois dans le monde dit arabe, envisagé une compétition sans filet entre les courants politiques. Si les premières élections locales et législatives ont confirmé la sincérité réformiste du gouvernement qui les a supervisées, les événements n'ont pas donné le temps au pouvoir d'être confronté à une échéance présidentielle multipartite. On ne peut que supputer sur ce qu'aurait été son attitude dans ces circonstances. Mais par la suite, le régime a visiblement décidé de revenir à la maîtrise autoritaire de ce qui, depuis, tient lieu de vie politique. Il s'est, en quelque sorte, rapproché à reculons, des modèles tunisien et égyptien. Quand Bouteflika s'est imposé, il fit faire un grand pas en arrière à la Constitution en l'amputant d'un principe démocratique cardinal que le texte de 1989 avait soigneusement escamoté mais que son prédécesseur avait introduit : le principe d'alternance au bout de deux mandats présidentiels maximum. Avec le retour providentiel de la prospérité pétrolière, la régression devenait plus facile à conduire parce que plus aisément finançable.
Aujourd'hui, la question de la limitation des mandats du chef de l'Etat a remplacé, dans les anciennes républiques bananière et dans certaines “démocraties populaires”, comme la Russie et quelques ex-républiques soviétiques, la question du multipartisme qui fut à l'origine des premières évolutions politiques dans le Sud et à l'Est. Les dictatures “démocratiques” y redoublent d'ingéniosité pour imaginer les subterfuges pour contourner, comme en Russie, le fait accompli constitutionnel de la limitation de mandats ou pour revenir dessus, comme en Algérie.
Si en Russie, Poutine, s'est offert un remplaçant de luxe docile pour chauffer le siège jusqu'à son retour, au Sénégal, Wade joue sur l'exégèse d'une réforme qu'il a lui-même fait voter… alors que son premier mandat était entamé. Wade - et son Conseil constitutionnel - invoquent le principe de non-rétroactivité pour qu'il soit le dernier président à pouvoir totaliser trois mandats.
Quand on voit les catastrophes que les dictateurs imposent à leur pays et les souffrances qu'ils infligent à leur pays pour se maintenir, il faut croire que le pouvoir est une position à laquelle il est particulièrement difficile de renoncer. La sortie souvent pathétique et coûteuse de ces despotes rappelle la tragédie de la mort : “Pourquoi moi ? Pourquoi déjà ?”
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.