Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réclusion à perpétuité pour Boualem Bensaïd
Procès en appel du responsable des attentats de Paris
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2003

Le coordinateur du GIA a été condamné comme “auteur” et non plus comme “complice” de l'attentat du métro Blanche, le 6 octobre 1995.
Beaucoup ont pleuré de joie, à l'énoncé du verdict des victimes de l'attentat du RER B à Saint-Michel, le 25 juillet 1995. Leurs proches ont montré par des larmes leur satisfaction de voir Boualem Bensaïd condamné en tant qu'auteur de cet attentat, le plus meurtrier de la vague terroriste de 1995. Le terroriste a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, la même que celle prononcée lors du premier procès en octobre 2002. En outre, la cour a clairement dit cette fois que Boualem Bensaïd était le ou l'un des poseurs de bombes à Saint-Michel et pas seulement un complice. “C'était important pour les familles de mettre enfin un visage” sur l'auteur de cet attentat qui a fait 8 morts et 150 blessés, a confié Françoise Rudetzki, déléguée générale de l'association SOS Attentats. “Depuis le temps qu'on attendait ce mot (auteur) pour l'attentat de Saint-Michel, ça soulage”, a soufflé Dominique Brocheriou, sœur de Véronique, l'une des jeunes femmes décédées. “Nous sommes très contents”, a égalment commenté son père, Jean-Claude Brocheriou. Caroline Descamps, 29 ans, passagère de la rame dans laquelle la bombe a explosé, est toujours traumatisée.
Soulagée par ce verdict ? “Disons plutôt, enfin en accord avec moi-même, avec mon intime conviction”, répond-elle.
Elle explique, en redoublant de larmes, avoir craint l'an dernier d'avoir “accusé quelqu'un à tort”. Boualem Bensaïd a été reconnu coupable par la cour d'assises spéciale de Paris de trois attentats attribués au GIA à Paris en 1995.
Si la sanction infligée à Bensaïd, 36 ans, est la même que celle à laquelle il avait été condamné lors d'un premier procès en octobre 2002, et dont il avait fait appel, la condamnation est plus lourde puisque, cette fois, il est déclaré coupable d'être l'auteur de l'attentat du RER B à Saint-Michel, alors qu'il n'avait été jugé que complice lors de la précédente audience.
Il est par ailleurs déclaré coupable d'avoir posé la bombe qui a explosé le 6 octobre 1995 près de la station Maison-Blanche, avenue d'Italie (XIIIe) et complice dans l'attentat contre la rame du RER C à Musée d'Orsay (17 octobre, 30 blessés).
La décision des neuf magistrats de la cour d'assises spécialement composée, est conforme aux réquisitions de l'avocat général.
“Allah Akbar ! C'est une décision misérable...”, a crié Bensaïd à l'issue du verdict avant d'être évacué de la salle d'audience. Il a tout contesté durant l'audience. Son avocat, Me Laurent Pasquet-Marinacce, avait plaidé jeudi l'acquittement pour les attentats de Saint-Michel et du Musée d'Orsay et peu évoqué celui de Maison-Blanche, pour lequel la justice disposait de l'empreinte digitale de Bensaïd, retrouvée sur l'un des fragments de la bombe. Il a jugé le verdict “insatisfaisant”. “La cour a validé une démonstration de l'accusation qui est totalement improbable”, a-t-il expliqué ajoutant que son client avait “le sentiment que la cour avait répondu à la douleur des victimes”, qu'elle avait “trahi la vérité et la réalité du dossier”.
Boualem Bensaïd avait, par ailleurs, été condamné en 1999 à 10 ans de prison et une interdiction définitive du territoire pour son appartenance à une “association de malfaiteurs terroristes”, puis à 30 ans de réclusion (dont 20 ans de période de sûreté) pour l'attentat raté contre le TGV Paris-Lyon le 26 août 1995. Le verdict rendu jeudi n'est cependant pas l'épilogue judiciaire des attentats de 1995, revendiqués par le Groupe islamique armé (GIA) algérien qui voulait ainsi punir la France d'aider le pouvoir algérien.
L'un des complices présumés, Rachid Ramda, soupçonné d'avoir financé la campagne d'attentats, est détenu en Grande-Bretagne et la procédure d'expulsion entamée il y a huit ans, est toujours en cours.
De même, les enquêtes sur l'assassinat de l'imam islamiste modéré de la mosquée de la rue Myrha, Abdelbaki Sahraoui, le 11 juillet 95, et l'explosion d'une voiture devant l'Ecole juive de Lyon à Villeurbanne (Rhône), le 7 septembre de la même année, se poursuivent.
N. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.