L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réclusion à perpétuité pour Boualem Bensaïd
Procès en appel du responsable des attentats de Paris
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2003

Le coordinateur du GIA a été condamné comme “auteur” et non plus comme “complice” de l'attentat du métro Blanche, le 6 octobre 1995.
Beaucoup ont pleuré de joie, à l'énoncé du verdict des victimes de l'attentat du RER B à Saint-Michel, le 25 juillet 1995. Leurs proches ont montré par des larmes leur satisfaction de voir Boualem Bensaïd condamné en tant qu'auteur de cet attentat, le plus meurtrier de la vague terroriste de 1995. Le terroriste a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, la même que celle prononcée lors du premier procès en octobre 2002. En outre, la cour a clairement dit cette fois que Boualem Bensaïd était le ou l'un des poseurs de bombes à Saint-Michel et pas seulement un complice. “C'était important pour les familles de mettre enfin un visage” sur l'auteur de cet attentat qui a fait 8 morts et 150 blessés, a confié Françoise Rudetzki, déléguée générale de l'association SOS Attentats. “Depuis le temps qu'on attendait ce mot (auteur) pour l'attentat de Saint-Michel, ça soulage”, a soufflé Dominique Brocheriou, sœur de Véronique, l'une des jeunes femmes décédées. “Nous sommes très contents”, a égalment commenté son père, Jean-Claude Brocheriou. Caroline Descamps, 29 ans, passagère de la rame dans laquelle la bombe a explosé, est toujours traumatisée.
Soulagée par ce verdict ? “Disons plutôt, enfin en accord avec moi-même, avec mon intime conviction”, répond-elle.
Elle explique, en redoublant de larmes, avoir craint l'an dernier d'avoir “accusé quelqu'un à tort”. Boualem Bensaïd a été reconnu coupable par la cour d'assises spéciale de Paris de trois attentats attribués au GIA à Paris en 1995.
Si la sanction infligée à Bensaïd, 36 ans, est la même que celle à laquelle il avait été condamné lors d'un premier procès en octobre 2002, et dont il avait fait appel, la condamnation est plus lourde puisque, cette fois, il est déclaré coupable d'être l'auteur de l'attentat du RER B à Saint-Michel, alors qu'il n'avait été jugé que complice lors de la précédente audience.
Il est par ailleurs déclaré coupable d'avoir posé la bombe qui a explosé le 6 octobre 1995 près de la station Maison-Blanche, avenue d'Italie (XIIIe) et complice dans l'attentat contre la rame du RER C à Musée d'Orsay (17 octobre, 30 blessés).
La décision des neuf magistrats de la cour d'assises spécialement composée, est conforme aux réquisitions de l'avocat général.
“Allah Akbar ! C'est une décision misérable...”, a crié Bensaïd à l'issue du verdict avant d'être évacué de la salle d'audience. Il a tout contesté durant l'audience. Son avocat, Me Laurent Pasquet-Marinacce, avait plaidé jeudi l'acquittement pour les attentats de Saint-Michel et du Musée d'Orsay et peu évoqué celui de Maison-Blanche, pour lequel la justice disposait de l'empreinte digitale de Bensaïd, retrouvée sur l'un des fragments de la bombe. Il a jugé le verdict “insatisfaisant”. “La cour a validé une démonstration de l'accusation qui est totalement improbable”, a-t-il expliqué ajoutant que son client avait “le sentiment que la cour avait répondu à la douleur des victimes”, qu'elle avait “trahi la vérité et la réalité du dossier”.
Boualem Bensaïd avait, par ailleurs, été condamné en 1999 à 10 ans de prison et une interdiction définitive du territoire pour son appartenance à une “association de malfaiteurs terroristes”, puis à 30 ans de réclusion (dont 20 ans de période de sûreté) pour l'attentat raté contre le TGV Paris-Lyon le 26 août 1995. Le verdict rendu jeudi n'est cependant pas l'épilogue judiciaire des attentats de 1995, revendiqués par le Groupe islamique armé (GIA) algérien qui voulait ainsi punir la France d'aider le pouvoir algérien.
L'un des complices présumés, Rachid Ramda, soupçonné d'avoir financé la campagne d'attentats, est détenu en Grande-Bretagne et la procédure d'expulsion entamée il y a huit ans, est toujours en cours.
De même, les enquêtes sur l'assassinat de l'imam islamiste modéré de la mosquée de la rue Myrha, Abdelbaki Sahraoui, le 11 juillet 95, et l'explosion d'une voiture devant l'Ecole juive de Lyon à Villeurbanne (Rhône), le 7 septembre de la même année, se poursuivent.
N. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.