Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De quoi sera fait l'après-ultimatum ?
Les archs à la croisée des chemins
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2003

Le rejet de la présidentielle et le retour “inspiré” à la rue seraient cette fois-ci la face cachée de la médaille.
Dans le cas où le pouvoir ne répondrait pas à l'ultimatum des archs, chose sur laquelle on peut anticiper d'ailleurs, que fera le mouvement citoyen, lui qui est gagné aujourd'hui par une crise jamais égalée ? Le rejet de la présidentielle et le retour “inspiré” à la rue seraient cette fois-ci la face cachée de la médaille.
Les rencontres parallèles qui se tiennent, aujourd'hui, notamment à Tizi Ouzou et à Béjaïa, prouvent si besoin est, que les archs de Kabylie sont profondément divisés sur la stratégie à adopter et la démarche à suivre en cette période charnière de la vie du mouvement citoyen.
Car, en fin de compte, le dialogue, pour lequel certains délégués s'imaginent déjà en train d'ajuster leurs cravates, reste la pomme de discorde qui a concouru à la division des archs. Les participants au dernier conclave de l'Interwilayas de l'Intht de Tizi Ouzou tout comme les “boycotteurs” de cette rencontre devaient donc tenir, hier, séparément, des réunions de travail au niveau de chaque wilaya, où les armes seront sans doute affûtées. Alors que l'aile d'Imzizou de la coordination des archs, daïras et communes (CADC) se réunit à Tizi-Rached en session extraordinaire, les autres coordinations locales de Tizi Ouzou ne vont pas rester les bras croisés.
À Boudjima, les délégués de la Kabylie maritime seront en réunion d'urgence pour analyser la situation à la lumière des derniers développements survenus. D'autres coordinations vont rejoindre la réunion de Boudjima où un travail de réunification sera entrepris. Pour sa part, l'aile de Mechtras mène pratiquement le même travail de fond. Tous ces efforts convergent vers un seul objectif : recoller les morceaux “éclatés” de la CADC, avant d'arriver à la tenue d'un conclave de l'Interwilayas, probablement aux Ouadhias (wilaya de Tizi Ouzou). Dans la capitale des Hammadites, c'est pratiquement le même topo : deux conclaves parallèles devaient avoir lieu dimanche, l'un ordinaire à Aït-M'likèche rassemblant les coordinations locales ayant participé à la dernière Interwilayas, l'autre extraordinaire à Akbou réunissant les coordinations ayant boycotté l'Interwilayas. Ce “conclave de vérité” est convoqué par la coordination d'Akbou afin d'aplanir les divergences et sauvegarder l'unité des rangs de la CICB. La guerre de légitimité et de représentativité n'a pas manqué de déteindre sur les archs de Bouira.
La Coordination des comités citoyens de la wilaya de Bouira (Cccwb), dont le parcours dans la protesta est chaotique, est, elle aussi, divisée sur cette question de dialogue. Et pour cause, la Cccwb a participé à la réunion de l'Intht, en rangs dispersés, et adopté le document de mise en œuvre sans que le sien connaisse le même traitement, comme l'exige le fonctionnement du mouvement citoyen. Il y a donc manifestement entorse et violation des principes directeurs des archs.
À quelle logique répond cette fuite en avant, dont les conséquences risquent d'être fatales pour le combat du mouvement citoyen ? Le meeting de demain à Bouira est à ce propos important. Epargnées jusque-là par cette crise que vivent les archs, les coordinations d'Alger et de Boumerdès se disent interpellées par la tournure que prennent les évènements. La CADC de Boumerdès, qui n'a pas pris part à la dernière réunion de l'Interwilayas, se réunira aujourd'hui dans la ville de Boumerdès pour faire le point sur la situation. La participation “partielle” de la coordination d'Alger à la réunion de l'Intht de Tizi Ouzou, la semaine dernière, risque de susciter des remous parmi les délégués d'Alger. Ces derniers, qui ont adopté une démarche “réconciliatrice” pour réunifier les rangs des archs, devaient tenir une réunion, dimanche, où l'on s'attend à leur démarcation des résolutions de la dernière Interwilayas. Pour Smaïl Abdenbi, rien ne se fera sans la réunification des rangs du mouvement citoyen, aujourd'hui gagné par des divisions auxquelles le pouvoir ne peut pas être étranger et dont l'ultime objectif demeure la normalisation de la région en prévision de la prochaine élection. Mais alors, que va-t-il se passer après l'expiration de l'ultimatum considéré comme “nul et non avenu” par beaucoup de coordinations et surtout parmi celles qui ont pignon sur rue ? La rencontre de l'Interwilayas de jeudi prochain à l'Intht ne sera qu'une formalité pour entériner les décisions arrêtées préalablement.
Renouera-t-on avec la rue sans au moins la moitié de la Kabylie ? ou bloquera-t-on la présidentielle sans le consensus qui fonde l'esprit et le fonctionnement du mouvement citoyen, sachant que les archs ont réussi leurs actions grâce justement à ce sacro-saint consensus qui a fait la force du mouvement ? Apparemment, c'est le prix à payer pour agréer un cahier des charges occulte. Et dans l'affaire, ce sont la Kabylie et son mouvement qui perdent !
Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.