L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA CASBAH DE BEJAIA
Une citadelle qui n'a pas encore livré tous ses secrets
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2012

La Casbah de Béjaïa, la “citadelle gouvernementale” – comme qualifiée par des historiens et des archéologues – est une fortification loin d'être banale, qui présente la particularité d'avoir eu différents artisans et occupants.
Elle a été édifiée par les Almohades au milieu du XIIe siècle (vers 1154). En 1510, après la prise de la ville par Pedro Navaro, les Espagnols ont entrepris d'y renforcer les fortifications et d'y construire le grand château, entre autres, ajouts architecturaux – ceux qui sont visibles – requis par leur stratégie de défense : murailles renforcées, meurtrières, tours de vigie, etc.
“L'arrière de la Casbah, côté terre, au-dessous de laquelle les falaises rocheuses sont les plus hautes et les plus abruptes, sa fortification naturelle, couronné de figuiers de barbarie, d'oliviers sauvages et de chênes verts, portant encore les murs interrompus par des meurtrières de l'ancienne bâtisse”, écrit Louis Salvador de Habsbourg, archiduc d'Autriche dans son ouvrage Bougie, la perle de l'Afrique du Nord (éditions L'Harmattan).
Un style d'architecture qui caractérise tout particulièrement la muraille frontale en biais, ou encore une équerre en position verticale et dont l'hypoténuse serait cette grande muraille. On retrouve d'ailleurs ce même modèle ainsi que les mêmes matériaux à Bordj Moussa, également fort espagnol datant de la première moitié du XVIe siècle, érigé sur les vestiges d'un palais hammadite (l'étoile). Ce fort qu'occuperont les Turcs dès 1555 – date à laquelle le gouverneur espagnol Don Alphonso de Peralta a capitulé après le siège réussi de Salah Raïs – sera, dès 1833, occupé par l'armée coloniale qui y apportera également des ajouts et quelques modifications, et ce, jusqu'en 1962. Il s'y trouverait, selon les assertions de personnes très âgées, des passages souterrains, peut-être trois ou quatre, devant sans doute permettre à l'armada espagnole vivant dans l'enceinte de la Casbah d'entreprendre des incursions à l'intérieur de la cité en créant forcément l'effet de surprise puisque n'ayant pas été vue sortir de l'édifice, ou de fuir en cas de danger.
Que d'hypothèses quant aux diverses utilités de ces passages longs de plusieurs centaines de mètres. Ces passages relieraient la Casbah au fort Moussa (sur les hauteurs de la ville, forteresse également espagnole et contemporaine de cette même Casbah), à une grotte existant jusqu'à aujourd'hui à l'intérieur d'un établissement hôtelier fermé, propriété de la famille Kharoubi (rue Larbi-Ben-M'hidi, ex-rue Trézel haute).
C'est précisément feu Si El-Hadi Kharoubi, le propriétaire de l'établissement, qui, souvent, expliquait aux clients que l'endroit était le point de départ ou d'arrivée d'un long passage souterrain, sans doute comportant deux directions différentes : l'un menant à la Casbah et l'autre probablement à Bordj Moussa (également dénommé R'djel Sebaâ). La ville serait ainsi traversée par “un réseau de passages secrets reliant différents points stratégiques mais convergeants tous vers la Casbah”. Si passages il y a, il ne serait pas non plus impossible qu'ils furent d'abord “réhabilités” et réutilisés par les Espagnols également pour s'approvisionner en eau et en nourriture en période d'attaques par mer. Une chose est sûre : des bouches de passages, véritables entrées de couloirs creusées à même de vieux et épais murs d'enceinte, des soi-disant puits “éteints” et autres brèches très anciennes dont l'âge remonte à plus de cent trente années existent bel et bien. Sans compter ce qui n'a pas encore été découvert ! Mais il ne s'est jamais plus manifesté un quelconque intérêt à l'archéologie depuis des lustres à Béjaïa, depuis notamment la disparition du fameux club de spéléologie des années 1960/1970.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.