Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ils allaient participer au Forum social mondial de Tunis
Les “altermondialistes" algériens bloqués à la frontière
Publié dans Liberté le 26 - 03 - 2013

Décidément, “un autre monde" n'est pas possible pour les Algériens. C'est ce que semblent vouloir dire les autorités algériennes. En effet, près de 200 militants du mouvement social algérien, entre syndicalistes, militants associatifs, membres d'organisation des droits de l'Homme, jeunes altermondialistes, ont été empêchés de se rendre en Tunisie pour prendre part au Forum social mondial (FSM) qui se tiendra à Tunis du 26 au 30 mars. C'est à la frontière algéro-tunisienne que les tracasseries ont commencé. Les bus transportant ces militants en partance pour Tunis ont été bloqués à la PAF algérienne. Selon des militants, plus de 100 personnes ont été retenues au poste frontalier d'Oum Tboul, dans la wilaya d'El-Tarf. C'est au poste de police, côté algérien, que ces militants ont été bloqués, une première fois. Les pourparlers ont duré plus de 5 heures. Mais en vain. Selon des syndicalistes, “le commissaire a été catégorique et les instructions venues d'en haut très fermes". Les bus n'ont pas été autorisés à “quitter le territoire" algérien. Heureusement pour ces activistes, les ordres sont arrivés un peu en retard, puisqu'ils ont pu faire cacheter leur passeport. C'est ainsi que ces militants, dont plusieurs femmes, ont été abandonnés dans un no man's land, à des kilomètres de la première ville tunisienne. Par ailleurs, deux bus affrétés par le Snapap ont, pour leur part, été refoulés au poste frontalier de Layoun, dans la wilaya de Tébessa. Arrivés à ce poste à 4h du matin, les militants ont dû remettre leur passeport et attendre jusqu'à 9h, pour se voir refuser le cachet. La délégation, composée d'environ une centaine de militants du Snapap (aile Malaoui) et de la Laddh, a tout simplement été invitée à rebrousser chemin. Là encore, “il y aurait une instruction venue de très haut interdisant le passage des participants au FSM", lit-on dans un communiqué posté sur le site de la Laddh. “Le pouvoir a peur de l'exportation ou de l'internationalisation de la mobilisation citoyenne autour du mouvement des chômeurs", a déclaré à la presse Moumen Khelil, militant de la Laddh.
“Cet acte démontre, encore une fois, que le pouvoir algérien éprouve une peur panique devant tout acte pouvant entraîner une “contagion démocratique" à la suite des derniers développements dans la région", a déclaré Youcef Aouchiche, le secrétaire national aux mouvements sociaux du FFS. Pour Mahmoud Rechidi du PST, “ce refoulement des Algériens est une remise en cause du droit à la libre circulation. Ceci est lié à une escalade répressive. C'est ce que nous avons vu avec les manifestants et les arrestations de Barbacha à Béjaïa, les chômeurs, les grévistes... Cela contredit bien évidemment le discours d'ouverture du régime".
Pour Maâzouz Athmane du RCD, “ceci signe la constance du pouvoir dans sa volonté de fermeture et de répression de tout mouvement et organisation structurés".
“Le pouvoir, par de tels actes, ne fera qu'aggraver son isolement sur la scène internationale et participera à l'humiliation des Algériens aux yeux de l'opinion internationale", conclut le secrétaire national à la communication du RCD.
Le régime algérien n'a pas trouvé meilleure occasion d'humilier les animateurs du mouvement que ce FSM Tunis 2013, pourtant placé sous le signe de... la dignité.
M F


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.