De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une marche pour le 9 février prochain
UNE DIZAINE D'ORGANISATIONS ET DE PARTIS COORDONNENT LEUR ACTION
Publié dans L'Expression le 22 - 01 - 2011

Cette manifestation qui aura lieu à Alger, aura pour première revendication, la levée de l'état d'urgence.
Une constellation d'organisations syndicales, d'associations et de partis politiques s'est réunie, hier, à la Maison des syndicats de la capitale (Dar El Beïda) pour débattre de la situation politique et économique actuelle du pays et opter pour une démarche commune en vue du changement.
A l'issue de cette rencontre, organisée par la Ligue algérienne des droits de l'homme, le Snapap, le CLA, le Satef et la Coordination sections Cnes, deux décisions ont été validées. La première est de se «constituer en coordination nationale». La seconde est d'organiser une marche à Alger, le 9 février prochain, pour demander la levée de l'état d'urgence en vigueur en Algérie, cela fait près de dix-neuf ans.
Pendant près de quatre heures, des représentants d'organisations syndicales, d'associations, et de partis politiques à l'image du Front des forces socialistes (FFS) et du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) sont intervenus à tour de rôle. «On ne peut continuer à gérer le pays de la même manière», a affirmé Mustapha Bouchachi, président de la Laddh. Pour lui comme pour d'autres militants, syndicalistes ou politiques, la levée de l'état d'urgence est une nécessité et même une urgence. «Il faut que l'état d'urgence soit levé», a insisté Me Ali-Yahia Abdenour. Ce dernier a d'ailleurs, expliqué qu'il s'agit d'une condition sine qua non pour «la libération du champ politique et médiatique, l'exercice des libertés individuelles et collectives, la liberté de la presse et l'indépendance de la justice». «Nous ne sommes pas des tubes digestifs mais des consommateurs de libertés», a-t-il ajouté. La liberté? C'est aussi une nécessité pour pouvoir défendre les droits des travailleurs, selon le syndicaliste Rachid Malaoui, du Snapap. La violence est, pour de nombreux militants syndicalistes qui ont exprimé leurs points de vue, vendredi, le fait de l'interdiction de moyens de protestation pacifiques. Le représentant du Satef précise: «Il faut essayer de tracer une autre voie... (et pour cela) il faut se ré-approprier les espaces publics.» M.Chouicha de la Coordination sections Cnes, a rappelé la nécessité de fédérer les efforts. «Individuellement, nous sommes faibles pour imposer le changement», a-t-il reconnu. Il a expliqué que cela pourrait se faire sans «la dissolution des identités». D'autres intervenants sont revenus sur les difficultés que rencontre la jeunesse algérienne, la nécessité et l'urgence du changement. Cette rencontre nationale a vu la participation, entre autres, du Rassemblement action jeunesse (RAJ), le Collectif des familles de disparus en Algérie (Cfda), le Comité des étudiants de l'université de Tizi Ouzou, le Collectif Algérie pacifique, le Comité des chômeurs du Sud, du Front des forces socialistes (FFS), du Mouvement démocratique et social (MDS), du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Elle intervient quelques jours après les émeutes qui ont secoué l'Algérie au début de l'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.