Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Projet de carte nationale de journaliste professionnel
La commission ne s'ingère pas dans les affaires du code du travail
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2013

Le dernier remaniement ministériel, qui a touché le département de la Communication où Abdelkader Messahel succède à Mohamed Saïd, n'affectera en rien le projet de l'établissement de la carte nationale professionnelle des journalistes, ont assuré les membres de la commission chargée d'établir la carte professionnelle qui se sont réunis jeudi, à Constantine, avec les journalistes de la région est du pays.
Ces derniers, présents en force, ont exprimé leur point de vue sur la nouvelle mouture, en particulier sur l'article 9 qui définit les conditions de candidature des membres de la commission, l'article 26 qui concerne le statut des stagiaires et des pigistes ou encore l'article 19 portant sur le renouvellement de la carte. Saïd Chaâbani, chef de la délégation, a rappelé que le texte a été préparé en juillet et que depuis, beaucoup de suggestions ont été adressées par les journalistes, ce qui a conduit, selon lui, à revoir et à rajouter certains articles.
Par ailleurs, le débat, qui devait porter uniquement sur l'établissement de la carte professionnelle, s'est étendu sur les conditions de précarité que vivent les collaborateurs ou les journalistes non déclarés. Certains journalistes (stagiaires, collaborateurs et pigistes), dont le statut au sein de leur organe est encore flou, ont rejeté l'idée de se voir exclus une fois le projet adopté par le ministère.
L'article 26 a été largement commenté par les journalistes présents, une question délicate, mais pour laquelle M. Chaâbani a insisté sur le fait que la commission ne doit pas s'ingérer dans les affaires du code du travail, sinon "on ne va pas s'en sortir, c'est aux éditeurs de le faire", précisera-t-il. "Le pigiste, qui exerce un autre métier comme par exemple dans l'enseignement et qui envoie un article tous les trois mois, n'aura pas sa carte professionnelle", dira-t-il.
Et d'ajouter : "Nous avons modifié l'article concernant les pigistes et les stagiaires, parce que nous avons reçu beaucoup de courriers émanant des journalistes qui nous ont fait comprendre qu'un stagiaire ne peut être détenteur de la carte. Nous nous sommes alors mis d'accord sur le fait que celui qui n'a pas de contrat de travail n'aura pas sa carte. La commission peut mener ensuite des enquêtes sur les journalistes collaborateurs, et c'est elle qui décidera si elle accorde ou pas la carte aux collaborateurs et aux pigistes. Ce sera étudié au cas par cas.
Signalons, enfin, que pour les photographes et les caméramans, M. Chaâbani a affirmé que la nomenclature est définie par la loi organique de la communication, et que si le photographe-reporter de presse aura sa carte, le simple technicien ne l'aura pas.
D. B.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.