Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa)
Une stratégie à long terme pour maîtriser l'inflation
Publié dans Liberté le 03 - 11 - 2013

La masse monétaire importante circulant sur le marché informel et la faiblesse de la production nationale sont à l'origine de l'inflation.
L'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa) estime que l'absence d'une politique économique conçue pour le long terme constitue l'une des raisons à l'origine de l'inflation en Algérie.
Au lieu de gérer des situations conjoncturelles, cette organisation propose au gouvernement de tracer une stratégie à même de régler les problèmes de manière définitive. Pour l'Ugcaa, la circulation d'une masse monétaire importante sur le marché parallèle ou, du moins, en dehors des canaux officiels est une autre raison qui cause l'inflation. Cet argent influe négativement sur les différents secteurs, d'autant plus que personne ne peut déterminer le chiffre exact affecté pour chaque créneau d'activité. Toutes ces sommes faramineuses sont, de ce fait, souligne Hadj Tahar Belenouar, porte-parole de l'Ugcaa, utilisées pour le blanchiment d'argent, la corruption, la contrebande, la drogue et autres fléaux. "Tout argent, qui ne suit pas les circuits bancaires et échappe au contrôle, représente un risque permanent pour l'économie", indique M. Belenouar.
La faiblesse de la production nationale ne fait qu'intensifier cette inflation. Il faut fabriquer, précise-t-il, des produits exportables par le biais desquels l'on peut accéder au marché international. "Si l'on néglige la production locale, l'on deviendra dépendant des marchés étrangers. Et la moindre perturbation à l'international se répercutera sur le marché local", explique le porte-parole de l'union au cours d'une conférence de presse animée hier.
Face à ce constat, l'Ugcaa demande à l'Exécutif d'éradiquer progressivement le marché informel. Le gouvernement est également appelé à imposer et à généraliser l'usage du chèque bancaire et la facture dans toutes les transactions commerciales, à commencer par les producteurs et les importateurs, et de l'exiger, par la suite, aux distributeurs et aux détaillants.
Le marché informel de la devise reste une source d'approvisionnement des activités liées, entre autres, au blanchiment d'argent, qui doit être éliminé. La production nationale devrait être ainsi encouragée, avoue M. Belenouar, et les pouvoirs publics doivent assainir la listes des producteurs.
Un "salaire de la dignité" pour la famille algérienne
Car, il existe, selon lui, beaucoup d'opérateurs agricoles "fictifs" qui, de surcroît, ont bénéficié de l'aide de l'Etat sans produire une quelconque quantité. Par ailleurs, l'inflation et la dévaluation de 10% du dinar aura des répercussions sur les prix des produits, notamment ceux importés. En effet, confirme Mustapha Zebdi, président de l'Association de la protection et d'orientation des consommateurs (Apoc), l'importation sera l'activité qui subira beaucoup plus cette dévaluation. Un dinar déprécié est synonyme d'une hausse de la devise et la cherté des produits importés. Et cette augmentation des tarifs à l'import, l'importateur va la répercuter sur les prix des produits localement. La hausse des prix viendrait aussi des autres phénomènes liés à la spéculation et au monopole exercés sur le marché national.
M. Zebdi souhaite, lui aussi, un assainissement dans le secteur du commerce et effacer de la liste les détenteurs de registres du commerce fictifs. Abordant le SNMG, le président de l'Apoc appelle tous les acteurs concernés entre syndicats, mouvement associatif, pouvoirs publics, experts... à une journée nationale, à l'issue de laquelle sera déterminé "un salaire de la dignité". Il s'agit, affirme M. Zebdi, d'un revenu conséquent avec lequel toute famille algérienne peut vivre dignement.
B. K.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.