Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des intellectuels tirent la sonnette d'alarme au cours des "débats d'El Watan"
"L'autoritarisme a coûté trop cher à l'Algérie"
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2013

Après un cafouillage politico-médiatique de trois jours, "Les Débats d'El Watan", autour du thème "Statu quo autoritaire : quel coût pour l'Algérie ?", ont pu finalement avoir lieu hier à Alger.
La rencontre aura été une occasion pour le directeur du journal de revenir sur les péripéties de l'interdiction formulée à la veille de la tenue de cette rencontre par les responsables de l'Oref. Une interdiction dont il faut bien convenir qu'elle charrie quelques zones d'ombre dans la mesure où elle tombait dans un contexte de tension avec le voisin marocain sur fond d'accusations mutuelles sur les violations des droits de l'Homme et à la veille d'une visite, finalement reportée, du secrétaire d'Etat américain John Kerry. "On a été soumis au chantage, votre présence signifie : laissez les Algériens, même s'ils ne peuvent, pour l'heure, influer sur la décision, discuter de leurs problèmes", a, d'emblée, lancé Omar Belhouchet autour de ses invités et devant une assistance nombreuse.
Et le thème ne pouvait mieux être choisi pour la circonstance pour les conférenciers dont l'ex-ministre du Commerce sous le gouvernement de Mouloud Hamrouche, Smaïl Goumeziane, Mohamed Hachemaoui, politologue, et Mouloud Boumghar, juriste, pour mettre à nu un régime algérien dont la mise en place et le maintien coûte trop cher au pays. "Aucun statu quo ne fera l'affaire. Le maintien du statu quo signifie la poursuite de la logique rentière. Il faut mettre un terme en urgence au système rentier", a lancé l'économiste Smaïl Goumeziane. "L'autoritarisme rentier a conduit au mal-développement", a-t-il relevé, avant d'égrener un chapelet de griefs et de constats, dont les classements de l'Algérie dans divers domaines, comme la corruption, le climat des affaires, la liberté de la presse, révélateurs à ses yeux des "coûts économiques subis par le pays". Il évoque, également, la fuite des capitaux, les scandales financiers et la dilapidation des ressources. "Est-il normal qu'un pays comme la Chine multiplie en 20 ans ses revenus par trois, alors que l'Algérie les a multipliés par 1,7 fois, malgré d'immenses revenus pétroliers ? Est-il normal que la facture alimentaire atteigne 10 milliards de dollars ?"
Il reste que, pour l'ex-ministre, le drame de l'Algérie est que l'autoritarisme du régime se combine à un système rentier, contrairement à certains régimes autoritaires qui ont un système économique productif, à l'image de la Turquie, de la Chine et de la Corée du Sud, une option qui débouche sur l'ouverture de la société. "Le système rentier est un système de régulation liberticide, il est congénitalement autoritaire. L'existence des rentes suppose le blocage de toutes les libertés", soutient-il.
Verrouillage juridique et répression
Pour sa part, le juriste Mouloud Boumghar, qui s'est focalisé sur les "libertés d'associations et syndicales", s'est, tout au long de son intervention, employé à mettre à nu l'arsenal juridique élaboré par les tenants du pouvoir pour étouffer les libertés. "Le régime autoritaire ne peut pas s'accommoder des libertés publiques et individuelles. Il ne peut aller au-delà de la reconnaissance formelle des droits de l'Homme et des libertés. Rien n'a changé depuis la levée d'urgence, mais il s'est accompagné de lois répressives", a-t-il constaté. Référence aux textes de loi en appui, Mouloud Boumghar démontre les différentes méthodes d'étouffement usitées par le pouvoir. Il cite le cas, par exemple, de l'interdiction des marches à Alger depuis juin 2001, qui s'est étendue à d'autres wilayas, mais qui ne s'appuie sur aucun fondement juridique : "Les autorités invoquent les raisons sécuritaires, alors qu'il leur appartient d'assurer la sécurité. Elles évoquent également la représentativité, alors que ce sont elles qui sont censées être représentatives. À cela s'ajoute le régime d'autorisation et non déclaratif pour organiser une manifestation." "L'interdiction des marches favorise les émeutes et entretient les violences sociales, empêchant la contestation pacifique et l'existence d'un contre-pouvoir", dit-il. Mouloud Boumghar évoque aussi "l'entretien de la peur", le recours au code pénal et la compartimentation de la société, l'instauration d'un délit de solidarité et les nouvelles dispositions dans la loi sur les associations. "Tout est fait pour qu'il n'y ait pas de contre-pouvoir", poursuit-il. "Le régime s'assure le verrouillage sur le plan juridique et est répressif dans les faits. Il s'assure l'impunité pour les crimes du passé et veut s'assurer un avenir en maintenant sa capacité répressive", soutient-il. Mieux, il fait observer que contrairement à ce qui a été rapporté par les médias, il y a une militarisation du système.
Il cite, à ce titre, l'article 15 du code de procédure pénale qui définit les officiers de la Police juridique et parmi lesquels figurent ceux du DRS. Selon lui, "l'opacité et l'irresponsabilité témoignent de la crainte du régime du peuple". Quant au politologue, Mohamed Hachemaoui, il s'est étalé sur la corruption qui gangrène le système.
K K
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.