Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son G8 prévu grandiose à Sotchi mis en cause
Poutine menacé d'étouffement économique
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2014

La Russie risque sa place au sein du G8 et Poutine de perdre l'occasion de faire briller une seconde fois Sotchi, sa ville balnéaire qui a accueilli les Jeux olympiques d'hiver 2014. Alors que le président russe laisse toujours planer le suspense sur l'envoi de troupes en Crimée, un territoire de l'Ukraine, les pays occidentaux se préparent à boycotter ce sommet des grands du monde. Le Canada, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont déjà indiqué qu'ils suspendaient leur participation à ses réunions préparatoires. L'arme du boycott a été brandie par le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui a évoqué l'exclusion de la Russie du G8, ce qui assurément concourra à l'isolement économique de ce pays très riche de son sous-sol, mais exploité exclusivement pour l'exportation en l'état de matières premières. Pillée par les oligarques proches du Kremlin, la Russie s'est désindustrialisée pour se livrer aux marchés selon le diktat de l'OMC. Pour l'heure, on est à la guerre des nerfs, les uns et les autres ne voulant pas prendre le risque de rallumer la "guerre froide". L'OTAN, gendarme des Occidentaux, tempère la situation en demandant dans une première étape le déploiement d'observateurs internationaux en Ukraine, sous les auspices du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe), pour résoudre la crise pacifiquement. Son secrétaire général Anders Fogh Rasmussen s'exprimait à l'issue de près de 8 heures d'une réunion d'urgence des 28 ambassadeurs de l'Alliance atlantique, dont une partie s'est tenue en présence du représentant de l'Ukraine, pays avec lequel l'OTAN a signé un partenariat. "Nous condamnons l'escalade militaire russe en Crimée", a aussi dit Rasmussen, avant d'appeler la Russie à respecter ses engagements internationaux, à replier ses forces dans ses bases et à ne pas interférer ailleurs en Ukraine. L'Alliance atlantique, qui est aux portes de la Russie, joue donc la prudence, souhaitant voir la crise de régler politiquement, dans le cadre du dialogue avec Moscou à travers leur outil de coopération, le Conseil OTAN-Russie, dont plusieurs pays membres ont demandé une réunion prochaine. Apparemment, Moscou doit aussi être à la recherche d'une issue à l'un des plus graves conflits avec l'Occident depuis la guerre d'Afghanistan, dans les années 1980. Et il n'y a pas que les grandes capitales occidentales à mettre en garde Moscou contre sa menace de guerre chez son voisin ukrainien, ancienne République soviétique qui a penché vers l'Union européenne depuis 2004 et qui vient de se doter d'un gouvernement plus autonome de la Russie en la personne Arseni Iatseniouk, qui n'a cessé de dénoncer la déclaration de guerre à son pays par Poutine. Le ministre tchèque des Affaires étrangères, Lubomir Zaoralek, a convoqué l'ambassadeur de Russie à Prague. La Lituanie a également rappelé son ambassadeur en Russie pour consultations. Quant au ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, et son homologue grec, Evangelos Venizelos, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, ils sont à Kiev, où les a rejoints, aujourd'hui, John Kerry. Tandis que Washington et Londres souhaitent sortir du tête-à-tête avec Moscou, qui a des relents de guerre froide, en élargissant les pressions par le biais de l'ONU, voire d'un pays tiers comme la Chine, Berlin poursuit en sol ses efforts de médiations. L'Allemagne, qui n'a pas succombé aux chants des sirènes, a annoncé que le président russe avait accepté lors d'un appel téléphonique une proposition de la chancelière Angela Merkel de création d'une "commission d'enquête" et d'un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine. Les experts estiment que la crise ukrainienne représente la plus grave crise chez les Russes, bien pire qu'après la guerre russo-géorgienne de 2008, avec le scénario de 1968 lorsque l'Union soviétique a "mis de l'ordre" à Prague en étouffant dans le sang le "printemps tchèque". Poutine, qui cherche à devenir l'incontournable interlocuteur des Etats-Unis dans la gestion des affaires du monde, mesure-t-il qu'il risque d'y laisser des plumes ? L'annulation, l'an dernier par Obama, de la traditionnelle conférence entre les deux pays a laissé des traces qui seront, certainement, élargies par le boycott du G8 et l'exclusion de la Russie de ce groupe. Ses membres sont prêts à aller jusqu'au bout pour isoler la Russie, avec des sanctions économiques et politiques. D'ailleurs, Washington s'est empressé d'annuler des réunions économiques avec la Russie.
D. B.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.