Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ton monte entre Washington et Moscou
Publié dans Horizons le 03 - 03 - 2014


C'est une guerre froide extrêmement chaude que se livrent la Russie et les Etats-Unis sur fond de la nouvelle « guerre » de Crimée, en Ukraine. Usant d'un discours musclé, le chef du département américain, John Kerry, a menacé, dimanche dernier, Moscou d'« isolement économique » et de « sanctions » internationales s'il ne retire pas ses troupes de Crimée. M. Kerry a averti que la Russie risque de perdre sa place au sein du G8, fustigeant une « invasion et une occupation » de l'Ukraine qui mettrait en péril « la paix et la sécurité » dans la région. « Au 21e siècle, vous vous comportez tout simplement comme au 19e siècle en envahissant un autre pays », s'est-il insurgé et d'ajouter : « Il y a un prix énorme à payer. Les Etats-Unis sont unis, la Russie est isolée. Elle n'est pas en position de force ». Le chef de la diplomatie américaine se rendra, aujourd'hui, à Kiev, pour « soutenir les autorités intérimaires ukrainiennes », au moment où les troupes russes contrôlent complètement la Crimée, tandis que l'administration américaine a appelé à l'envoi « immédiat » d'observateurs de l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe). Cette mission devra tenter d'« assurer la protection des droits des minorités » et de « veiller au respect de l'intégrité territoriale ». Selon un communiqué du gouvernement allemand, le président russe, Vladimir Poutine, a accepté la mission d'enquête ainsi que l'instauration d'un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE, pour entamer un dialogue politique lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande, Angela Merkel. Une première équipe d'observateurs devait se rendre, hier, dans le pays, mais l'envoi d'une mission de l'Organisation doit encore être décidé face aux objections russes, a assuré la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland. « J'espère qu'ils pourront se rendre en Crimée, où on a le plus besoin d'eux, ainsi que dans d'autres villes de l'est de l'Ukraine », explique-t-elle. L'Otan a appelé, par la voix de son SG, Anders Fogh Rasmussen, le Kremlin à une « solution pacifique » à travers le « dialogue » dans le cadre du Conseil-Otan-Russie. Néanmoins, la volonté d'apaisement affichée par les autorités russes n'est, aucunement, un signe de faiblesse. S'exprimant, hier, à la tribune du Conseil des droits de l'Homme à Genève, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé les menaces de « sanctions » et de « boycottage » brandies par les Occidentaux. Dans un communiqué publié, hier, son département a accusé M. Kerry de revenir à des « clichés de la guerre froide », jugeant « inadmissibles » les menaces proférées par le département d'Etat. En quête de soutien devant l'avalanche des pressions occidentales, Moscou s'est assuré du soutien de son principal et puissant allié chinois, qui, lui, partage sa position. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé « l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale » de l'Ukraine et exhorté toutes les parties à un « dialogue immédiat ». Son adjoint, Jan Eliasson, devait se rendre, à Kiev, hier, pour faire le point sur la situation. Par ailleurs, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a annoncé, hier, que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE devraient se réunir en sommet « très bientôt » sur la crise ukrainienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.