Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



CHRISTIAN EID, COORDINATEUR DE PRODUCTION CHEZ ABBOUT PRODUCTIONS - AU LIBAN
"La production au Liban a beaucoup évolué"
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2014


Liberté : Pouvez-vous nous présenter votre boîte ?
Christian Eid : Abbout Productions produit des longs-métrages de fiction et de documentaire du Moyen-Orient. Elle a été fondée par Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. En 2005, Georges Schoucair a rejoint la compagnie et est devenu le producteur principal et le gérant d'Abbout Productions. La compagnie a pu rassembler un important réseau de réalisateurs libanais et arabes tels Joana et Khalil Joreige, Ghassan Salhab, Mohammad Malas, Georges Hachem, Simon el Habre, Hany Tamba... Aussi, on compte dans notre réseau des acteurs internationaux comme Catherine Deneuve, Patrick Chesnais, Nadine Labaki...
Quels sont les films que vous avez produits récemment ?
Parmi les films sortis en salle, figurent e muet, de Corine Shawi (docu), Stable Unstable, de Mahmoud Hojeij (fiction), Ladder to Damascus, de Mohamad Malas (fiction), The Lebanese Rocket Society, de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Les films en production: The Valley, de Ghassan Salhab (fiction), Self Control, de Myriam Hage (docu), Room with a view, de Hazem El Hamwi (docu). La compagnie a plusieurs projets à différents stades de développement et de production et son objectif principal est d'aider à structurer l'industrie cinématographique libanaise.
Comment se porte le cinéma libanais et la production libanaise ?
La production au Liban a beaucoup évolué et le nombre de films produits par an a augmenté. Le financement reste difficile vu l'absence de soutient de l'Etat. Une coproduction avec l'Europe aide beaucoup et donne accès à des fonds européens qui forment une part importante de nos plans de financement. Nous comptons aussi sur des fonds arabes comme l'aide du Doha film Institute, Enjaaz, Afac, Sanad, Screen Institute Bierut...
Pourquoi êtes-vous à Cannes ?
Nous avons une projection de Stable Unstable au marche et nous avons des rendez-vous avec nos partenaires sur nos futurs projets.
Aussi, nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenaires : coproducteurs, boîtes de vente, distributeurs.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.