Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle critique les tenants de la transition
Louisa Hanoune : "Nous ne sommes pas des putschistes"
Publié dans Liberté le 14 - 06 - 2014

Pour elle, la transition politique est une affaire des états-majors politiques, alors que les priorités de la population sont celles liées aux questions sociales.
Comme elle l'a proclamé pendant la campagne et même avant, la porte-parole du Parti des travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune, a réitéré, hier, son hostilité à la transition, comme réclamée par l'opposition, et à la conférence de consensus à laquelle appellent d'autres partis. Bien moins virulente, contrairement à ses habitudes, elle a estimé que l'entreprise de l'opposition, qu'elle n'a pas citée au demeurant, vise à "faire pression sur les consciences", dans la mesure où, dit-elle, "la dynamique politique n'a pas encore lieu dans la société et que le débat est circonscrit au niveau des états-majors des partis".
Mieux encore, elle suggère à demi-mot que la conférence de transition, qui a regroupé mardi dernier des partis et des personnalités de diverses sensibilités et obédiences, charrie les relents d'un putsch. "Nous ne sommes pas des putschistes, ni dogmatiques", a-t-elle dit lors d'une allocution au cours d'une réunion des cadres des wilayas du centre du pays de son parti. Selon elle, "la priorité chez la population aujourd'hui, ce sont les questions sociales".
"La dynamique politique n'a pas lieu encore. Le débat est encore au niveau des états-majors. Le peuple a encore peur en voyant ce qui se passe dans des pays comme la Libye. La majorité craint une nouvelle expérience qui pourrait entraîner le pays dans le chaos", estime-t-elle. "Ce sont des caractéristiques des périodes
postélectorales : la dynamique politique perd de son rythme", analyse-t-elle encore.
Mme Hanoune, qui considère "qu'il ne sert à rien d'exercer des pressions sur les consciences", soutient que "pour qu'il y ait un écho populaire, le débat doit émaner d'une lecture juste des aspirations de la majorité de la population".
Pour elle, la messe est dite concernant l'organisation de la transition.
"La transition, en Afrique du Nord
ou au Machrek, conduit au démembrement des Etats et le consensus,
c'est la négation de la souveraineté populaire". Evoquant les consultations autour de la révision de la Constitution engagées par Ahmed Ouyahia depuis quelques jours, Mme Hanoune, qui a décidé d'y prendre part, a estimé que "si ces consultations peuvent aider à la décantation politique, elles ne sauraient, en revanche et en aucun cas, se substituer à la souveraineté du peuple". "Il ne s'agit pas d'un processus constituant (...) nul ne peut se substituer au peuple."
Même les deux chambres parlementaires ne représentent pas, soutient-elle, aujourd'hui la souveraineté populaire. À l'évidence, au PT, on aurait souhaité l'élection d'une Assemblée constituante, une revendication constante du parti. "Mais, n'étant pas des aventuriers, on sait que les conditions ne sont pas encore réunies", dit-elle. "Nous ne sommes pas dans un processus révolutionnaire, mais résistentiel", assure-t-elle, par ailleurs.
Enfin, concernant le contenu de la mouture du projet de révision de la Constitution, Mme Hanoune, si elle relève quelques dispositions positives, n'en considère pas moins que, "fondamentalement, le projet ne change pas la nature du régime". C'est pourquoi elle compte soumettre, lors de sa prochaine rencontre avec Ouyahia, une série de propositions pour consacrer une réelle démocratie.
Parmi ces propositions, figurent notamment l'officialisation de tamazight, la séparation des pouvoirs, une république parlementaire et la criminalisation de la violence contre les enfants et les femmes, la séparation de l'Etat et de la religion et pour un Etat civil.
K. K.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.