Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Femme, œil, chevelure ou liberté ?
...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 20 - 11 - 2014

Après un voyage passionnant, de lecture et d'étude, consumé en bonne compagnie de la poésie arabo-musulmane classique, moderne et melhoune, je me demande, en réalité cette question m'a toujours hanté l'esprit, ceci perdure depuis mon enfance littéraire, depuis mes premières lectures: pour le poète, quelle est la partie du corps féminin symbolisant le centre énergétique de la séduction et de la fascination? Le poète, le vrai poète, est l'œil qui ne dort jamais. Ne rate point la magie de la beauté éveillée autour de lui, en lui ou dans la langue.
À travers les quinze siècles de la littérature arabe, tantôt riche, tantôt controversée, le poète comme l'enchanteur narrateur, ne cesse de nous confirmer sans ambiguïté aucune qu'aux yeux de l'homme arabo-musulman "Al Ayne', "l'œil" féminin est considéré comme l'organe corporel le plus séduisant. Le plus captivant.
Le plus troublant ! Regard attrayant! Et Satan, confrère de la fitna, préfère la beauté de l'œil féminin comme demeure définitive! Mais si l'œil est la demeure du Satan, pourquoi est-ce que la femme musulmane, au nom de la discrétion, au nom de la pudeur, au nom de la hachma, au nom d'une certaine religion cache ses cheveux ?
La littérature arabe, depuis el Mouallaqat, jusqu'au Nezar Kabani, en passant par les Mille et Une Nuits, Omar Ibn Abi Rabia et Abou Nouas... n'a pas évoqué ou peu la chevelure comme facteur de séduction, de fitna ou d'attirance ! Les cheveux d'une femme ne font pas bois pour un feu satanique ! Dans la littérature arabe, Satan préfère habiter la beauté de l'œil féminin !!
L'œil féminin est le chemin du Satan ! Pour un arabo-musulman, l'œil est la source de tous les désirs charnels ! La sédition !! Les poètes arabes, en arabe classique ou en dialectes, ont chanté, à la folie, la couleur de l'œil de leur bien-aimée : l'œil noir. L'œil bleu. L'œil vert. L'œil amande.
L'œil mielleux.
En folie exceptionnelle, ils ont chanté aussi la forme de cet œil, les cils et sourcils : large, incliné, courbé, arrondi, gai, rieur, espiègle, ensommeillé... Mais rien n'a été dit sur la chevelure en tant que moteur de séduction ou de fascination, ou presque ! Dans la logique morale ou moraliste la plus élémentaire, et afin de chasser Satan, qui n'est que le regard assoiffé de l'homme, la femme musulmane devrait cacher ses yeux au lieu de cacher sa chevelure. Paradoxe ! Mais en toute contradiction et dans l'illogique, la femme musulmane cache sa tête, pour laisser Satan libre dans ses yeux ! Intelligence, rouerie ou ruse! La femme voilée, les cheveux bien dissimulés, celés dans un foulard orné, n'hésite pas à mettre en valeur ses yeux en les maquillant d'une façon spectaculaire ! Celle à laquelle le Bon Dieu n'a pas procuré une paire d'yeux avec une belle couleur, ne recule pas devant un autre choix, celui de porter des lentilles aux couleurs sollicitées !!
Appel au Satan ! Satan habite les beaux yeux !! Et cela ne dérange en rien les gardiens de la morale musulmane! Bizarre, n'est ce pas ! Et je continue mon voyage passionnant, en compagnie de la poésie qui célèbre la femme libre, belle et rebelle!
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.