Djerad pose la première pierre d'un projet de réalisation de plus 14.000 logements AADL à Alger    Les martyrs sont de retour    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les 4 samedis    Un 5 Juillet, 58 ans après !    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Ferhat Aït Ali annoncé au complexe d'El-Hadjar    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    De mal en pis à Sétif    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les secrets..."
127e partie
Publié dans Liberté le 30 - 12 - 2014


Dernier chapitre : L'autre vérité
Résumé : Ryan, même s'il est surpris par les révélations, se montre compréhensif. Ihssane le prie de garder le secret. Il se demande si elle a accepté de se marier avec lui pour se rapprocher de sa mère biologique, car il a des projets pour eux, entre autres partir à l'étranger. Elle le rassure, elle ira où il ira. Toutefois, elle regrette de ne pas lui avoir dit toute la vérité...
Ihssane reçoit un message de Lynda. Elle réalise qu'elle a suivi ces pensées. "Ne lui dis rien de tes doutes, car tu n'as aucune preuve." Elle supprime le message.
- Je sais, se dit-elle. Je ne dois pas. J'ai promis d'abandonner ! S'il y a une justice divine, ils payeront tous !
Ce n'est pas parce qu'il est au courant de leurs liens de sang qu'il doit tout savoir. Ces recherches ne mèneront nulle part. Elle doit avancer en paix, avec elle-même et les autres. Ses grands-parents ont raison en disant qu'elle doit aller de l'avant. Se remettre à chercher les auteurs de l'accident n'apportera rien de bon. Le passé est loin derrière eux. L'avenir leur appartient. Personne n'attentera à sa vie et ne pourra nuire à son bonheur.
Comme convenu avec Ryan, dès que Lynda va mieux, ils passent à la mairie. L'événement est fêté dans la demeure familiale. Quelques semaines plus tard, le mariage est fêté dans la salle des fêtes d'un grand hôtel algérois, en présence de leurs familles et de leurs amis.
Hadj Abderrahman leur a remis les clefs d'un appartement situé au centre-ville, mais après concertation avec sa femme, ils décident de louer un appartement, dans le quartier où elle a toujours vécu. Sa belle-mère Nassima ne comprend pas pourquoi, vu qu'elle leur a aussi proposé de vivre chez eux.
- Mes grands-parents sont vieux, ils ont l'habitude que je m'occupe d'eux ! Je pourrais leur rendre visite, m'occuper un peu d'eux, dit-elle. J'ai mauvaise conscience, j'ai l'impression de les abandonner au moment où ils ont le plus besoin d'être entourés !
- Oui, mais tu as un mari et un foyer dont tu dois t'occuper !
- Maman, ça ne me gêne pas qu'elle s'occupe de ses grands-parents ! Je les aime bien... Mais rassure-toi, on viendra souvent vous voir !
- Si tu le dis ! réplique-t-elle.
Le sujet est abordé dans tous les foyers. Zina, de son côté, passe un jour sur deux, mais cela déplaît à Krimo. Il a décidé de prendre leurs parents chez lui, mais ces derniers ne veulent pas vivre dans un appartement. Il profite de la présence de sa sœur et de sa nièce pour relancer le sujet.
- Aidez-moi à les convaincre de plier bagage et de venir vivre chez moi ! Vous aurez votre chambre et tout ce dont vous avez besoin !
- On est habitué à sortir dans notre jardin, à voir nos voisins. On a de l'espace ici, plus qu'il n'en faut ! En plus, je ne pourrais pas monter les escaliers... Ta mère ne sortira plus !
- Mais vous ne pouvez pas rester seuls ! s'écrie-t-il. Zina et Ihssane ne sont pas obligées de se partager entre leurs foyers pour s'occuper de vous !
Toutes deux affirment d'une même voix que cela ne les gênait pas. Hadj Ahmed coupe court à la discussion en lui proposant de venir.
- Cette maison est aussi la tienne ! Ramène ta femme et tes enfants ! On vivra comme au bon vieux temps ! Krimo wlidi, je veux finir ma vie dans la maison où j'ai grandi ! Ce n'est pas à notre âge qu'on peut changer de mode de vie, de décor ! Mais vous, vous êtes jeunes ! Si tu tiens vraiment à prendre soin de nous, revenez !
Il ne leur laisse pas le choix. Krimo prend quelques jours de congé et revient s'installer avec sa petite famille chez ses parents. La maison revit en leur présence. Ihssane et Zina n'ont plus de souci à se faire.
Quelques semaines après le mariage, Ihssane donne un dîner où elle invite sa belle-famille et sa famille. La réunion familiale a lieu autour d'un bon couscous. Hadja Halima est aussi venue. Leur relation n'est plus aussi glaciale. Elle se garde de faire des commentaires et reste au salon avec Guemra. Ryan ne cache pas sa joie, ravi de les recevoir.
- Grand-mère, je t'avais demandé de m'apporter l'album à photos familial ! Je voulais les scanner ! lui rappelle-t-il.
- Mais je te l'ai apporté ! réplique-t-elle. Je l'ai mis dans un sac et je l'ai donné à... à ta femme !
- Merci ! dit-il en l'embrassant sur le front avant de rejoindre Ihssane dans la cuisine. Tu as un paquet pour moi ?
- Oui, je l'ai déposé dans la chambre. Que t'a-t-elle apporté ?
- Un album de photos de toute la famille ! Il y a des photos vieilles de trente ans ! lui confie-t-il. Tu pourras me voir, tout petit. J'étais à croquer ! J'étais le préféré à la maison !
- Moi aussi, dit-elle. Si tu es d'accord, on les regardera tout à l'heure !
Ryan retourne auprès des invités. Ihssane est si curieuse qu'elle ne peut pas attendre d'en avoir fini avec le dessert pour aller regarder l'album de photos...
(À suivre) A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.