FLN: Ould Abbès démissionne    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Le pétrole, toujours    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Devant le durcissement de la grève des mécanos: Air Algérie multiplie les suspensions    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    La commune d'El Kerma peine à établir la liste des bénéficiaires: 216 logements sociaux pour plus de 5.000 demandes déposées    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    En maintenant son budget : L'Italie refuse de plier face à Bruxelles    FLN : Démission de M. Ould Abbes pour des raisons de santé    M. Kamal Aksous : La sous-traitance a été victime de l'économie de rente et des importations à large échelle    Bouteflika convoque le collège électoral    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    La JSK renoue avec la victoire    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Saisie de 144 kg de viande blanche et 1 914 unités de fromages    Projet de réorganisation du baccalauréat: Une campagne d'information lancée en 2018/2019    Journées d'études sur la labellisation des produits artisanaux à Tlemcen: La poterie de Bider et la dinanderie de Constantine retenues    Le Hamas et l'Etat hebreu: Crise politique en Israël    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    FLN : Djamel Ould Abbès démissionne après un malaise    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    Selon Bernaoui «l'organisation a coûté 5 millions de dinars»    Olufadé libéré, Boukari et Gilles Sunu forfait    L'échec programmé de Rome    Donald Trump s'en prend avec virulence à la France et à Emmanuel Macron    Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ma séparation avec l'Algérie est l'éternelle suspension !"
L'artiste Nassima Bouaifer expose "Le couloir des exilés"
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2015

Nassima Bouaifer, première Algérienne à pratiquer la sculpture monumentale, vit à Montréal (Canada). Titulaire d'un diplôme d'études supérieures en arts visuels, spécialité sculpture, de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger (1995) et d'un certificat en création d'entreprise au HEC Montréal, pour le projet de création Atelier – Galerie d'art multiculturelle (2009), l'artiste a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives en Algérie, en Tunisie et au Canada.
Liberté : Vous exposez actuellement "Le couloir des exilés" à Montréal à la Maison du développement durable. De quoi s'agit-il au juste?
Nassima Bouaifer : La Maison du développement durable accueille mon exposition "Le couloir des exilés", depuis le 5 mai dernier, et elle durera jusqu'à la fin du mois. C'est une installation sculpturale modulable abordant le thème de l'exil, qui reste d'actualité. L'exposition porte sur la réalité que vivent les immigrants. À travers 53 visages en terre cuite, elle évoque les espoirs des exilés, leurs rêves, les origines et l'identité, mais également le souvenir, le déracinement, l'histoire et l'avenir.
Ces visages, pris dans un filet en jute, comme dans une toile d'araignée, expriment un sentiment de suspension et de déséquilibre. C'est l'image métaphorique de l'humain dans sa quête de soi et de l'autre. Il devient la mémoire identitaire de chaque individu, pris dans sa trame. L'ombre du filet suspendu inonde l'espace. Une transition se crée, le prolongement de l'œuvre par son ombre enveloppe le visiteur. L'installation globale nous transporte dans le couloir des mémoires, des sentiments contradictoires, de l'angoisse et de la délivrance : telle est la tension d'exil qui enfante l'Homme universel !
La question de l'exil est très présente chez vous. La vie à Montréal est-elle à l'origine de cet intérêt ou trouvez-vous matière dans ce qui se passe dans le monde ?
Effectivement, il est question d'exil, sauf que j'aborde le sujet dans sa globalité. Je parle d'exilés, migrants, réfugiés, déplacés, expulsés, de nombreux mots pour un seul acte qui est celui de quitter un lieu natal pour des raisons politiques, historiques, presque toujours violentes, pour rejoindre un pays nouveau, porteur d'espoir et de liberté. Dans la précipitation du départ, on emporte avant tout sa mémoire, et en vrac des chansons, des goûts, des parfums, des blessures et des joies, et on avance comme ça, dans d'autres villes, d'autres langues, d'autres codes, en oubliant et en se souvenant.
J'ai commencé "Le couloir des exilés" dans mon atelier à Montréal, en 2009. J'ai repris l'œuvre en 2014-2015, en l'agrandissant et en l'amplifiant pour garder toute sa puissance et sa pertinence. C'est une œuvre qui ne finit jamais, on peut la reprendre à tout moment.
L'intérêt que je porte à l'exil est à la fois en relation avec mon vécu et celui de millions de personnes. Il y a une sorte d'exode mondial où chacun définit son propre nord : les Subsahariens ont l'Afrique du Nord comme nord, les Nord-Africains focalisent leur exil vers l'Europe et les Européens vers l'Amérique du Nord. J'ajouterai que ma démarche artistique traite de la prépondérance des antagonismes sociaux. De cette discorde est née ma quête d'une expression sculpturale/installation à connotation sociale. Dans mon travail, je traite de la relation ambiguë et paradoxale de la société versus homme. Ce qui m'interpelle, ce sont les rapports des événements qui maintiennent l'homme dans une situation de déséquilibre, de précarité : les religions, la place de la femme en société, le paternalisme, le sexisme, l'identité, l'exil, la consommation...
Comment vivez-vous la séparation d'avec l'Algérie ?
Je pense que ma réponse se trouve dans mon œuvre "Le couloir des exilés". C'est l'éternelle suspension !
H. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.