CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition resserre ses rangs
Réunion de l'Icso hier à Alger
Publié dans Liberté le 07 - 06 - 2015

La rencontre des membres de l'Icso se veut une occasion pour définir une nouvelle feuille de route "consensuelle" de l'opposition.
Une année, presque jour pour jour, après la conférence "historique" tenue le 10 juin 2014 à Mazafran (Zéralda), les membres de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition (Icso), issue des recommandations de cette conférence, se sont retrouvés, hier, au siège du MSP, à Alger, pour débattre de la situation politique du pays. Au sein de l'Icso, la couleur politique est reléguée au second plan.
Démocrates, laïcs, islamistes, réformateurs et autres "nationalistes" accordent tous leurs violons pour descendre en flammes les tenants du pouvoir.
Ces décideurs, regrettent-ils, dont les pratiques étroitement liées à leurs intérêts personnels, sont en train de mener le pays droit "vers l'impasse, vers la catastrophe". Dans leurs discours inauguraux respectifs, les chefs de parti de la Coordination pour les libertés et la transition démocratiques (CLTD), soit RCD, Jil Jadid, MSP, FJD et Ennahda, les anciens chefs de gouvernement Ahmed Benbitour et Ali Benflis, le président du parti non agréé UDS, Karim Tabbou, le président de la Laddh, Salah Dabbouz, (en présence d'Ali Yahia Abdenour), ou encore les anciens responsables du FIS-dissous, Ali Djeddi et Kamel Guemazi, pour ne citer que ceux-là, ont dressé un tableau noir de la situation socioéconomique et politique du pays sous le règne d'un régime "opaque" qui refuse toute initiative de changement. Encore moins la transition démocratique à laquelle appelle l'opposition.
La rencontre des membres de l'Icso se veut ainsi une occasion pour définir une nouvelle feuille de route "consensuelle" de l'opposition, qui sera traduite dans les mois à venir par des actions concrètes en vue de précipiter la fin du système en place et par là même engager un processus de transition démocratique. L'opposition affiche désormais une volonté jamais égalée.
Pour elle, du moins dans le discours, tous les moyens sont bons à prendre pour en finir avec le régime en place et recouvrer la souveraineté du peuple algérien, "spoliée depuis 1962". C'est en ce sens que Mohcine Belabas suggère, entre autres, l'organisation d'une marche populaire le 5 octobre prochain pour dénoncer l'atteinte aux libertés individuelles et collectives et les problèmes sociaux qui pèsent sur le quotidien des Algériens. Pour lui, il est aujourd'hui du devoir des leaders politiques de l'opposition de monter au créneau et d'être à l'avant-garde de la société.
Une proposition à laquelle adhère Abderezzak Makri, lui qui n'exclut pas que le peuple recourt très prochainement à la rue. "L'éventualité de voir le peuple recourir à la rue n'est pas écartée", a-t-il prévenu. Pour concrétiser le vœu cher à l'opposition, à savoir la transition démocratique, les membres de l'Icso insistent à l'unisson sur la nécessité de sensibiliser le peuple algérien, notamment les jeunes et les femmes, pour porter le projet et affaiblir, du coup, le système en place.
Un système, dénoncent-ils, qui prépare "en catimini" la succession à Bouteflika pour se pérenniser. Pour Ali Benflis, "la succession héréditaire du pouvoir ne se limite pas au cadre familial ; elle s'élargit et peut couvrir la transmission cooptée du pouvoir". "L'opposition nationale revendique une transition et le régime en place lui répond par la cooptation", a-t-il ajouté, allusion au dernier congrès du parti du pouvoir, le FLN, dont la velléité est de préparer l'héritage du pouvoir. Même son de cloche chez Karim Tabbou qui avertit sur la préparation d'une élection présidentielle anticipée "en cercle fermé".
Pour sa part, Soufiane Djillali a focalisé son discours sur la nécessité de renforcer la cohésion des partis de l'opposition pour, souligne-t-il, "faire face aux tentatives du pouvoir de nous diviser".
L'ancien responsable du FIS-dissous, Ali Djeddi, n'a pas manqué à l'occasion de rappeler à certains membres de l'Icso, notamment les élus de l'Alliance verte siégeant à l'APN, de commencer par se retirer de toutes les institutions. Après
les discours prononcés devant la presse, les membres de l'Icso ont
prévu de poursuivre leurs travaux à "huis clos" durant l'après-midi d'hier.
Au menu, deux ateliers : l'un pour débattre des problèmes socioéconomiques du pays, l'autre pour se concerter sur les moyens de lutte à adopter pour provoquer le démantèlement du système politique. La feuille de route de l'Icso découlera des travaux de ces deux ateliers. Initialement, l'Icso devait organiser un "grand congrès de l'opposition". Le report de ce congrès s'expliquerait, entre autres, par la volonté des membres de l'Icso d'élargir leur action vers d'autres formations et personnalités politiques auxquelles l'appel a été réitéré hier. Le congrès de l'opposition interviendra probablement vers la prochaine rentrée sociale.
F.A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.