Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ouyahia s'engage, les archs satisfaits
Accord sur la mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur
Publié dans Liberté le 17 - 01 - 2005

Après près de quatorze heures de négociations, le mouvement des archs de Kabylie et le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, sont parvenus samedi soir à un accord pour “la mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur”. Un accord sous forme d'engagement de part et d'autre pour la mise en œuvre du document d'El-Kseur à travers la mise en place d'un mécanisme constitué des représentants des deux parties pour suivre la mise en application de cette plate-forme. “Animés de la même volonté et soucieux de ne pas retarder encore plus la mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur, le chef du gouvernement et le mouvement citoyen des archs ont décidé d'un commun accord de mettre en place un mécanisme conjoint qui sera chargé du suivi et de la mise en œuvre de la plate-forme d'El-Kseur par l'Etat, dans le cadre de la constitution et des lois de la république algérienne démocratique et populaire”, lit-on dans l'accord.
Mais au-delà de l'absence de délai pour la satisfaction de la plate-forme et de la référence aux incidences, le document pèche par une certaine opacité à propos de la circonscription de la mise en œuvre de la plate-forme dans le cadre de “la constitution et des lois de la république”.
Faut-il rappeler dans ce contexte que certaines dispositions de la plate-forme renvoient foncièrement à un changement de régime.
À toutes ces interrogations et d'autres encore, la délégation a tenté de répondre lors d'une conférence de presse animée, hier, au siège du gouvernement à Alger.
Vers la révision de la constitution
À regarder de très près l'accord conclu entre les deux parties, il ressort clairement que la satisfaction de la plate-forme d'El-Kseur est tributaire d'un éventuel changement de la constitution.
Une éventualité que n'a pas tout à fait exclue Belaïd Abrika, le porte-parole de la délégation.
C'est ainsi, par exemple, à la question de la satisfaction du point 11 de la plate-forme, lequel stipule “la mise sous l'autorité d'institutions démocratiquement élues de tous les corps de sécurité”, Belaïd Abrika a suggéré que “les lois de notre pays et la constitution ne sont pas éternelles. La constitution est appelée à un changement, à des réaménagements. Il est vrai que certains points dans la plate-forme nécessitent des changements dans la constitution”, a-t-il dit. Quant au “jugement des assassins et des commanditaires”, il a estimé que les textes actuels permettent de régler cette question. Seul problème qui peut être posé à ses yeux, celui des tribunaux civils. “Mais nous sommes convaincus qu'il est possible de le régler. Il y a l'exemple de l'assassinat de Boudiaf”.
Le mouvement est-il favorable à la réconciliation ? “Nous sommes un mouvement pacifique et nous sommes des victimes. Le jugement des assassins trouvera sa solution dans le cadre de la mise en œuvre de la plate-forme. Cette réconciliation ne nous concerne pas”, a-t-il dit.
êtes-vous prêts à boycotter le référendum sur l'amnistie si jamais la plate-forme n'est pas satisfaite ? “On s'exprimera au moment opportun”.
Tamazight,officiel de fait
Pomme de discorde qui a conduit à l'interruption du dialogue l'an passé, la question de tamazight est, selon Abrika, officielle de fait en ce sens que l'article 8 de la plate-forme d'El-Kseur revendique l'officialisation de la langue tamazight. En d'autres termes, le fait que le gouvernement a accepté la plate-forme, il accepte de fait son officialisation, laquelle pourrait intervenir par le biais de la révision constitutionnelle. Cette question n'a pas été pour autant évoquée lors de ce nouveau round de dialogue. “Nous avons changé la démarche dans ce dialogue.
Nous n'avons pas remis sur la table la question. Nous la discuterons dans le cadre du mécanisme”, a affirmé Abrika. Un mécanisme dont il est utile de souligner qu'il sera installé la semaine prochaine.
Benchicou pourrait être libéré
Au centre des discussions avec le gouvernement, la question des six incidences “réactualisées” sera satisfaite dans les prochains jours, à se fier aux déclarations de Belaïd Abrika. Selon lui, la délégation a évoqué avec Ouyahia la libération des détenus de Kabylie, des Aurès, de Ghardaïa, de Ouargla, des étudiants et de Benchicou. “Nous espérons qu'ils seront chez eux avant l'aïd”, a-t-il dit. Il ne précise pas si Ouyahia s'est engagé à les libérer.
D'autre part, la réintégration des travailleurs se fera dès “la transmission de la liste”, alors que “le payement des factures de sonelgaz se fera à compter du prochain trimestre, les précédentes seront prises par l'Etat”.
Enfin la “défiscalisation est confirmée” alors qu'à propos des “indus élus”, Abrika a indiqué “qu'on attend leur révocation. On attend l'engagement de l'Etat dans les prochains jours mais on n'a pas parlé des élections”. Y a-t-il accord signé sur les incidences ? “Nous avons signé en 2004, nous n'avons fait qu'actualiser”, s'est-il contenté de répondre. En tout, pour la délégation, le dialogue était serein et l'optimisme est de rigueur. “Nous avons senti la disponibilité de l'Etat quant à la mise en œuvre de la plate-forme”, a indiqué Abrika avant de trancher : “Nous considérons que la plate-forme est acquise.” Interrogé sur l'absence de l'usage du vocable “pouvoir mafieux et assassin”, Abrika a soutenu qu'“on ne peut pas qualifier un assassin autrement mais aujourd'hui nous sommes passés de la phase de confrontation à la phase d'application”.
Ouyahia : “Les engagements de l'Etat seront respectés”
Le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, a indiqué à l'issue de l'accord conclu avec les archs qu'il a exprimé l'attachement de l'Etat aux six incidences, lesquelles seront appliquées à un rythme actif. “On a parlé de la plate-forme d'El-Kseur ensemble et on a abouti à un accord commun pour la mise en place d'un mécanisme de suivi et d'application de la plate-forme dans le cadre de la constitution et des lois de la république”, a-t-il affirmé.
Pour Ahmed Ouyahia, “le règlement de cette crise participe d'une démarche globale que prône quotidiennement le président de la république, une démarche de réconciliation nationale, dont la philosophie principale est de réconcilier les Algériens entre eux”. “Les engagements de l'Etat seront respectés”, a-t-il dit.Par ailleurs, Abrika a indiqué que désormais “c'est l'heure de la construction”.
K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.