Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin d'une époque
L'avenir gazier de l'Algérie
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2016

Avec la reconfiguration géopolitique de la scène gazière mondiale, due notamment aux nouveaux arrivants sur le marché international, l'Algérie sera-t-elle à même de relever les nouveaux défis ?
La Russie à travers Gazprom exerce le forcing sur le marché européen quitte à faire des concessions sur l'Ukraine ; ses anciens pays satellites ambitionnent d'approvisionner l'Europe de l'Est ; les USA et la Chine font leur entrée spectaculaire par le gaz de schiste ; l'Iran sur le point de faire un retour en force ; l'Egypte qui découvre son potentiel gazier ; sans oublier les monarchies du Golfe et particulièrement le Qatar. Tous ces acteurs influent considérablement sur le marché gazier international avec une guerre des prix sans merci. Face à ces défis, Sonatrach résistera-t-elle aux bouleversements de la scène énergétique mondiale ? Confrontée à un double choc (la baisse de sa production pétrolière et gazière et le brusque retournement des cours du pétrole, avec un amenuisement de ses ressources externes), pourra-t-elle objectivement maintenir son rythme d'investissements en amont, en aval, de distribution et de raffinage ? Même si son premier responsable l'affirme, ce n'est pas évident sans le recours à un partenariat étranger qui souhaite réellement s'impliquer dans ce secteur. Par ailleurs, SH devra se battre pour préserver ses parts dans le marché gazier notamment en Europe. Dans un tel contexte, il paraît nécessaire de rappeler que le cinquantième anniversaire de la création de Sonatrach, qui correspond à celui de la nationalisation des hydrocarbures quelques années après, auront constitué dès 2013 deux faits majeurs dans l'histoire récente de l'évolution du secteur énergétique algérien. Ces deux événements ont donné lieu à des débats riches, souvent contradictoires, mais certainement fructueux, entre les spécialistes, les anciens et les actuels responsables de l'énergie, autour de l'état des lieux du secteur, de la problématique de sa gouvernance, ainsi que des perspectives stratégiques de son développement à moyen et long termes. En 2015, ces débats ont été enrichis par deux rencontres. Celle des cadres de Sonatrach à Hassi Messaoud, suivie par les 10es journées scientifiques et techniques d'Oran. À cette occasion, Amine Mazouzi, PDG du groupe pétrolier algérien, a affirmé : "Les investissements seront maintenus sur l'ensemble de la chaîne d'activité de Sonatrach, que ce soit l'amont, l'aval ou encore le transport par canalisation, en donnant la priorité aux projets les plus rentables et à la réduction des coûts." Un équilibre difficile à réaliser dans le contexte actuel, d'autant que les investissements nécessaires à la poursuite du développement du secteur seront de plus en plus conséquents.
En vérité, cette "ébullition" exprime à la fois une panique des autorités algériennes face à la baisse de la production, celle de nos exportations, ainsi que la contraction de nos recettes extérieures et leurs conséquences sur nos équilibres financiers. Comme elle exprime les appréhensions quant aux hésitations des investisseurs étrangers à privilégier la destination Algérie. Le ministre de l'Energie de l'époque, animé par d'autres préoccupations, avait affirmé devant les parlementaires qu'"à l'horizon 2030, notre consommation intérieure en produits énergétiques se chiffrera entre 80 et 85 milliards de dollars par an. Si nos ressources conventionnelles venaient à se tarir et si nous décidons de ne pas exploiter les hydrocarbures non conventionnels, comment pourrions-nous régler cette facture sans un niveau acceptable d'exportations d'hydrocarbures ?". À travers ces propos avancés lors de la présentation du projet d'amendement de la loi sur les hydrocarbures, les axes principaux de la stratégie énergétique à moyen et long termes apparaissaient clairement. Il s'agit pour les pouvoirs publics d'attirer les investissements des compagnies pétrolières étrangères dans les domaines de la recherche et de l'exploration de nouveaux gisements en énergies non conventionnelles (notamment le gaz de schiste) et renouvelables, en vue d'anticiper les bouleversements qui agitent le secteur mondial de l'énergie, en opérant la transition énergétique dans les meilleures conditions. La tendance baissière des cours du pétrole avait déjà fait dire à Youssef Yousfi, lors du 1er forum international sur l'énergie "Algeria Future Energy Conference" du 4 au 6 novembre 2012, sous le thème "Libérer le potentiel énergétique de l'Algérie" : "L'Algérie ne va pas être spectatrice des bouleversements qui sont en cours sur la scène énergétique internationale, elle a l'ambition de continuer à jouer ce rôle positif et constructif sur la scène énergétique et gazière dans le monde." Au lieu d'opter pour la rente éternelle du pétrole, les pouvoirs publics seraient bien avisés de s'orienter vers la croissance économique hors hydrocarbures qui génère du travail et crée de la richesse. Rien ne les empêche cependant de s'orienter résolument vers les énergies renouvelables à fort potentiel de dynamisation du secteur industriel. C'est là un autre débat.
A. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.