«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



The Reggae Night
Jimmy Cliff au casif de Sidi Fredj
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2005

Le Casif de Sidi Fredj a accueilli, vendredi soir, la légende vivante de la musique reggae, l'infatigable Jimmy Cliff, qui a recréé l'ambiance des délirantes soirées jamaïcaines à Alger. Jimmy Cliff à Alger, ça devait, incontestablement, être le concert évènement de l'été 2005 d'Alger, celui du Festival international de Timgad, mais le concert de vendredi au Casif n'a pas drainé grand-monde. Seuls quelques familles en vacances, certains amateurs de reggae et de jeunes fêtards ont pris le chemin du Casif pour vivre un moment au rythme de la musique jamaïcaine. Durant une longue attente le public a vu défiler, sur un écran géant placé derrière la scène, une série de spots publicitaires de l'opérateur téléphonique Nedjma et d'autres partenaires de l'Office national de la culture et de l'information (Onci) ainsi que le programme concocté pour l'été. Enfin, l'animatrice de “Sabahiates” se précipite sur son micro pour calmer l'assistance en annonçant le début du concert de Jimmy Cliff qui fait escale en Algérie dans le cadre de sa tournée mondiale. Il est 22h passé, quand une dizaine de musiciens jamaïcains investissent la scène pour saluer l'assistance d'une intro reggae qui annonce d'emblée les couleurs d'une soirée tropicale. Certains jeunes se ruent sur la piste de danse pour dire leur impatience de faire la fête en cette soirée caniculaire. Sous de chaleureuses ovations, Jimmy Cliff fait son entrée et lance, dans un arabe approximatif : “Salam Alikoum wa rahmatou allah.” Dans son costume orange, à 57 ans, le chanteur affiche encore l'allure d'un adolescent. Une forme à vous couper le souffle et une voix qui n'a rien perdu de sa fermeté. La soirée reggae commence par la traditionnelle Reggae Night, que le public reprend en chœur. On danse, on chante mais on admire surtout l'artiste qui n'a aucune difficulté à se mouvoir sur scène. I Want I do I Get, (oh ! la ! la !) Let's Go Dancing du groupe Kool and the Gang, Reggae Night, Peace officer, Keep on dancing, Jimmy Cliff enchaîne avec des chansons plus engagées politiquement. Vietnam est un clin d'œil à ce qui se passe en Irak, en Afghanistan et ailleurs. Le chanteur adresse son message directement à George Bush et à Tony Blair. Un hommage particulier est également rendu aux victimes des attentats du 11 septembre. Le chanteur est aussi engagé écologiquement parlant ; il n'hésite pas à souligner les dangers qui menacent la planète Terre. Jamaïca Time, Miss Jamaïca, Many Rivers to Cross, You Can Get it if you really want it, Bongo Man, Under the sun, Mon and Stars, Brave Warrior, Stand up and fight back, We all are one, I san see clearly now, Jimmy Cliff enflamme le Casif et revisite une grande partie de son répertoire mais aussi quelques titres de Cat Stevens et Bob Dylan avant de clôturer le concert par une version très originale, ponctuée de percussions jamaïcaines de Rivers of Babylone du groupe Boney M. Né en 1948 à St-James, en Jamaïque, sous le nom de James Chambers, Jimmy Cliff est influencé dès son enfance par les grandes stars de la soul music.
Il enregistre son premier single à 14 ans. En 1963, il enregistre des tubes comme : King of kings ou Dearest Beverley. C'est à cette époque qu'il va rencontrer un autre jeune chanteur, Robert Nesta Marley, qu'il aide à réaliser son premier titre Judge not. Dans le film Harder they come, il interprète le rôle d'un rude boy qui va l'installer comme un des leaders du mouvement reggae. Ce ne sera pas la seule apparition cinématographique de l'artiste jamaïcain, mais en tout cas ce sera la plus remarquée. En quarante années de carrière, la discographie de Jimmy Cliff réunit 22 albums. Malgré ses nombreux succès, sa carrière va être quelque peu éclipsée par le succès international de Bob Marley. Il continue, aujourd'hui, sa tournée mondiale en Afrique, Amérique latine, Europe où le public est toujours au rendez-vous.
W. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.