L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



The Reggae Night
Jimmy Cliff au casif de Sidi Fredj
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2005

Le Casif de Sidi Fredj a accueilli, vendredi soir, la légende vivante de la musique reggae, l'infatigable Jimmy Cliff, qui a recréé l'ambiance des délirantes soirées jamaïcaines à Alger. Jimmy Cliff à Alger, ça devait, incontestablement, être le concert évènement de l'été 2005 d'Alger, celui du Festival international de Timgad, mais le concert de vendredi au Casif n'a pas drainé grand-monde. Seuls quelques familles en vacances, certains amateurs de reggae et de jeunes fêtards ont pris le chemin du Casif pour vivre un moment au rythme de la musique jamaïcaine. Durant une longue attente le public a vu défiler, sur un écran géant placé derrière la scène, une série de spots publicitaires de l'opérateur téléphonique Nedjma et d'autres partenaires de l'Office national de la culture et de l'information (Onci) ainsi que le programme concocté pour l'été. Enfin, l'animatrice de “Sabahiates” se précipite sur son micro pour calmer l'assistance en annonçant le début du concert de Jimmy Cliff qui fait escale en Algérie dans le cadre de sa tournée mondiale. Il est 22h passé, quand une dizaine de musiciens jamaïcains investissent la scène pour saluer l'assistance d'une intro reggae qui annonce d'emblée les couleurs d'une soirée tropicale. Certains jeunes se ruent sur la piste de danse pour dire leur impatience de faire la fête en cette soirée caniculaire. Sous de chaleureuses ovations, Jimmy Cliff fait son entrée et lance, dans un arabe approximatif : “Salam Alikoum wa rahmatou allah.” Dans son costume orange, à 57 ans, le chanteur affiche encore l'allure d'un adolescent. Une forme à vous couper le souffle et une voix qui n'a rien perdu de sa fermeté. La soirée reggae commence par la traditionnelle Reggae Night, que le public reprend en chœur. On danse, on chante mais on admire surtout l'artiste qui n'a aucune difficulté à se mouvoir sur scène. I Want I do I Get, (oh ! la ! la !) Let's Go Dancing du groupe Kool and the Gang, Reggae Night, Peace officer, Keep on dancing, Jimmy Cliff enchaîne avec des chansons plus engagées politiquement. Vietnam est un clin d'œil à ce qui se passe en Irak, en Afghanistan et ailleurs. Le chanteur adresse son message directement à George Bush et à Tony Blair. Un hommage particulier est également rendu aux victimes des attentats du 11 septembre. Le chanteur est aussi engagé écologiquement parlant ; il n'hésite pas à souligner les dangers qui menacent la planète Terre. Jamaïca Time, Miss Jamaïca, Many Rivers to Cross, You Can Get it if you really want it, Bongo Man, Under the sun, Mon and Stars, Brave Warrior, Stand up and fight back, We all are one, I san see clearly now, Jimmy Cliff enflamme le Casif et revisite une grande partie de son répertoire mais aussi quelques titres de Cat Stevens et Bob Dylan avant de clôturer le concert par une version très originale, ponctuée de percussions jamaïcaines de Rivers of Babylone du groupe Boney M. Né en 1948 à St-James, en Jamaïque, sous le nom de James Chambers, Jimmy Cliff est influencé dès son enfance par les grandes stars de la soul music.
Il enregistre son premier single à 14 ans. En 1963, il enregistre des tubes comme : King of kings ou Dearest Beverley. C'est à cette époque qu'il va rencontrer un autre jeune chanteur, Robert Nesta Marley, qu'il aide à réaliser son premier titre Judge not. Dans le film Harder they come, il interprète le rôle d'un rude boy qui va l'installer comme un des leaders du mouvement reggae. Ce ne sera pas la seule apparition cinématographique de l'artiste jamaïcain, mais en tout cas ce sera la plus remarquée. En quarante années de carrière, la discographie de Jimmy Cliff réunit 22 albums. Malgré ses nombreux succès, sa carrière va être quelque peu éclipsée par le succès international de Bob Marley. Il continue, aujourd'hui, sa tournée mondiale en Afrique, Amérique latine, Europe où le public est toujours au rendez-vous.
W. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.