Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Conasadh réclame la libération des détenus de Gdeim Izik
À la veille de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Sahara occidental
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2016

À quelques jours de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Sahara occidental, la Commission nationale sahraouie pour les droits de l'Homme (Conasadh) a réitéré son appel en direction de la communauté internationale pour libérer "immédiatement" les 13 prisonniers politiques en grève de la faim depuis le 1er mars dernier.
Lors d'une conférence de presse organisée, hier, au Centre d'information sahraoui, par l'ambassade de la Rasd à Alger, Abba Lhaisen a appelé à la "libération immédiate" des détenus du groupe Gdeim Izik, en insistant sur la détérioration de leur état de santé.
Accompagné du nouvel ambassadeur sahraoui, Bouchraya Hamoudi Sidina, l'intervenant a également mis en garde contre les conséquences de "la situation alarmante" de ces prisonniers, imputant la responsabilité en premier lieu à l'occupant marocain. "Nous revendiquons leur libération immédiate, car ils n'ont commis aucun délit", a déclaré M. Lhaisen, rappelant au passage que les 13 prisonniers sahraouis sont "un cas parmi les autres cas liés aux violations des droits humains". Il s'est aussi demandé "pourquoi le Maroc juge ce groupe de militants sahraouis civils devant un tribunal militaire", notant plus loin que le Sahara occidental est "un territoire sous la responsabilité des Nations unies" via "la présence" de la Mission de l'ONU pour un référendum au Sahara occidental (Minurso). Suite aux manifestations pacifiques de Gdeim Izik, en novembre 2010, les détenus sahraouis avaient été condamnés à 20 ans de prison, en 2013, par un tribunal militaire, pour leur position en faveur du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui. Ils avaient alors contesté la légitimité du tribunal militaire, tout en condamnant les violations des droits de l'Homme et les crimes commis par le Maroc contre les citoyens sahraouis. Incarcérés dans la prison de Salé, au Maroc, ils ont entamé une grève de la faim ouverte, le 1er mars 2016, pour protester contre leur détention arbitraire qui dure depuis plus de 5 ans.
Hier, le président de la Conasadh a exhorté la communauté internationale à soutenir les 13 prisonniers politiques en grève de la faim et à faire pression sur le Maroc pour les libérer, afin de sauver leur vie.
Il a également fait savoir que la partie sahraouie "n'a jamais cessé" de demander à ce que "la Minurso fonctionne comme toutes les autres missions de l'ONU", revendiquant ainsi l'élargissement de ses prérogatives à la protection de la population sahraouie. Pour Abba Lhaisen, la France est "la première" à bloquer le projet de protection des droits humains, en usant de son statut de membre permanent au Conseil de sécurité.
D'ailleurs, le responsable sahraoui a saisi l'occasion pour "appeler la France à défendre au moins la légalité internationale", comme il a appelé la communauté internationale, surtout le Conseil de sécurité, à "adopter cette fois une résolution sur l'élargissement du mandat de la Minurso pour superviser les droits de l'Homme au Sahara occidental".
Hafida Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.