Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    Real - Ancelotti : "Les jeunes n'ont pas joué comme ils savent le faire"    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Tottenham : Conte ne lâche pas Tuchel après leur altercation    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    L'Algérie présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des limogeages et des interrogations
Imetal et Batimetal
Publié dans Liberté le 16 - 04 - 2016

Que cache le limogeage des P-DG d'Imetal et de Batimetal ? C'est la grande question que les milieux intéressés se posent depuis la veille du week-end. Pour les plus informés, il dévoile une guerre larvée de prérogatives entre deux porteurs de portefeuilles ministériels. "C'est la conséquence d'une lutte sourde et une guéguerre entre deux ministres de la République", nous révèle une source sûre. Mais de quoi s'agit-il exactement ? "Curieux hasard : que ce soit pour Imetal ou Batimetal, ces deux postes de direction ont été successivement occupés par l'actuel ministre des Transports, en l'occurrence Boudjema Talaï."
Ainsi, après avoir dirigé pendant plus de dix ans le groupe industriel Batimetal, Talaï a été désigné, en février 2015, à la tête du nouveau groupe industriel sidérurgie et métallurgie Imetal avant d'être nommé, quelques semaines plus tard, au gouvernement. "Avant de partir, Talaï a pris, néanmoins, le soin de choisir ses deux successeurs... Il jettera d'abord son dévolu sur Mouloud Zerkaoui, son ancien directeur de l'administration et des ressources humaines à Batimetal qu'il réussira à placer, et ensuite sur Kamel Djoudi, ancien cadre dirigeant du groupe Imetal, qui, lui, se présente, d'emblée, comme ‘un ami' du ministre auquel il a succédé." Jusque-là, tout va bien avant que des rapports compromettants ne viennent mettre en cause la gestion de Batimetal, l'une des plus grandes entreprises de réalisation du pays. "Titulaire d'une licence en littérature, Mouloud Zerkaoui devait faire face ainsi au management de quelque 60 filiales...", précise notre source. Sur cette base, Bouchouareb a demandé l'éviction de Zerkaoui, accusé de "mauvaise gestion". Kamel Djoudi, qui avait toujours exécuté jusqu'alors, sans rechigner, les ordres du ministre de l'Industrie et des Mines, comme par exemple le "dégommage" d'une dizaine de patrons d'entreprise, à l'instar de Fondal, de Qatar Steel (projet du complexe sidérurgique de Bellara-Jijel), de TPL, d'Alfapipe ou encore de l'Encc, a refusé, cette fois, de se plier aux desiderata de sa "hiérarchie", un refus d'obtempérer inexpliqué. Même son rapprochement avec le ministre, lors du road-show aux USA organisé par le patron du FCE, Ali Haddad, et auquel il a été convié, ne suffira pas à vaincre ses réticences à destituer Zerkaoui. Il faut dire que Kamel Djoudi, malgré sa proximité avec Talaï, aura accumulé, en un temps très court, plusieurs griefs, notamment en ce qui concerne la rénovation du haut-fourneau du complexe sidérurgique d'El-Hadjar (prévue "au plus tard" fin mars 2015), ainsi que la réorganisation de l'entreprise ArcelorMittal Annaba (prévue "au plus tard fin" décembre 2015), et ce, à la suite de la (re)nationalisation du complexe, deux échéances importantes annoncées, en grande pompe, par le ministre Bouchouareb, lui-même, et qui ne resteront pas moins lettres mortes. Sur le plan de la réorganisation, plusieurs filiales d'Imetal exercent à ce jour sans registre du commerce et sont considérées, de fait, comme hors la loi. C'est pourquoi, les bilans de ces entreprises seront rejetés par les commissaires aux comptes, conformément aux dispositions de la loi. D'après notre source, le dossier de la restructuration d'El-Hadjar (rachat des actions par l'Etat algérien) a été rejeté, à deux reprises, par le conseil des participations de l'Etat présidé par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. "S'agissant d'El-Hadjar, on retrouve, là aussi, la trace de Talaï. Et pour cause, c'est précisément là où notre ministre des Transports a d'abord fait ses armes !" D'abord à l'Ensid (ex-Travaux neufs) puis à Genisider, des filiales de l'ex-groupe Sider aujourd'hui dissous dans Imetal. Par ailleurs, la composante des membres du nouveau conseil d'administration d'"ArcelorMittal Algérie" (une entité qui, en théorie, n'existe plus) n'aurait pas échappé également à l'influence de Talaï, aidé en cela par des supplétifs locaux. "Aucun des heureux élus installés jeudi n'a, pour ainsi dire, de l'expérience dans le secteur de la sidérurgie ni de la métallurgie." Une réserve qui a été, du reste, soulevée, en vain, jeudi, par le président de séance de l'assemblée générale extraordinaire des actionnaires.
Mohamed-cherif lachichi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.