Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les députés dénoncent
Paiement des salaires des joueurs avec l'argent public
Publié dans Liberté le 04 - 06 - 2016

Les députés de l'APN sont inquiets quant à l'utilisation des subventions de l'Etat par les clubs professionnels pour le paiement des salaires des joueurs et autres primes. Jeudi, en pleine séance plénière, ils l'ont fait savoir au ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, par l'entremise d'une question orale posée par le député Mohamed Si Fodil du Front de libération nationale (FLN), relative à la rationalisation des dépenses publiques, sachant que des joueurs en Algérie "touchent plus de 3 millions de dinars" par mois de clubs constitués en sociétés commerciales, mais qui continuent à avoir l'argent de l'Etat, note le député. "Il est strictement interdit d'utiliser l'argent public pour payer des salaires ou verser des indemnités, les textes sont clairs sur ce point-là", répond M. Ould Ali, cité par l'APS.
Or, la réalité du terrain est tout autre, la majorité des clubs, en butte à une crise financière générale, puise dans les subventions de l'Etat pour payer les joueurs ; des walis et des responsables locaux ne se cachent plus pour se vanter d'avoir aidé tel ou tel club afin notamment de prendre en charge la rémunération des joueurs. À ce titre, le parlementaire du FLN a appelé à "plus de rigueur" en matière de contrôle financier.
En fait, la majorité des clubs pros, outre le fait d'utiliser l'aide de l'Etat de l'ordre de 2,5 millions pour les clubs, (Fonds de soutien public de l'Etat aux clubs professionnels), n'hésite pas à détourner les subventions publiques allouées aux clubs amateurs d'où elle est issue.
Selon l'article 185 de la loi 13-05, "il est interdit tout transfert d'une subvention publique accordée à un club sportif amateur vers un club sportif professionnel". Cette entorse tombe même sous le coup des dispositions pénales de la même loi 13-05 qui punit son auteur d'emprisonnement. "Est puni d'un emprisonnement de six (6) mois à un (1) an et d'une amende de 500 000 DA à
1 000 000 DA ou de l'une de ces deux peines, quiconque enfreint les dispositions des articles 185 et 186 ci-dessus, relatives respectivement à l'interdiction du transfert et au changement de destination d'une subvention publique", note la loi.
En vérité, c'est en matière de contrôle que le bât blesse, c'est à ce niveau-là que les services du MJS ont péché par une certaine passivité souvent par calcul politique.
L'absence d'une structure pour le contrôle de gestion des clubs a justement facilité l'apparition d'une situation de non-droit.
À l'arrivée les présidents des clubs font la loi et piétinent au vu et au su de tout le monde le décret 13-05.
Par ailleurs, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali a menacé : "Les clubs des Ligues 1 et 2 qui n'ont pas justifié l'achat d'un bus, verront l'aide de l'Etat de l'ordre de 2,5 millions de dinars par an bloquée pour l'exercice prochain." M. Ould Ali a rappelé qu'outre l'achat d'un bus, l'Etat a également financé pour les clubs, les frais de déplacement à l'intérieur du pays, les frais d'hébergement des jeunes catégories et 50% des billets d'avion concernant les déplacements à l'étranger.
SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.