Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat continue de subventionner un professionnalisme de façade
Les aides publiques pour le football amateur détournées par les clubs professionnels
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2016

La problématique de l'octroi de subventions publiques, par le truchement des autorités locales, ou des DJS, aux clubs professionnels a resurgi ces derniers temps, sans que cela ne suscite une réaction des deux ministères concernés, à savoir l'Intérieur et la Jeunesse et les Sports. Pourtant, seules les associations sportives à but non lucratif (CSA) et par ricochet donc le football amateur est en droit, eu égard à la nouvelle loi sur le sport, la loi 13-05, en vigueur depuis juillet 2013, de bénéficier de cette manne financière. Or, la majorité des clubs pros, dont le CSA est membre du conseil d'administration, n'hésite pas à utiliser les subventions publiques allouées aux clubs amateurs au mépris de cette même loi. En effet, selon l'article 185 de la loi 13-05, "il est interdit tout transfert d'une subvention publique accordée à un club sportif amateur vers un club sportif professionnel". Cette entorse tombe même sous le coup des dispositions pénales de la même loi 13-05 qui punit son auteur d'emprisonnement.
"Est puni d'un emprisonnement de six (6) mois à un (1) an et d'une amende de 500 000 DA à 1 000 000 DA ou de l'une de ces deux peines quiconque enfreint les dispositions des articles 185 et 186 ci-dessus, relatives respectivement à l'interdiction du transfert et au changement de destination d'une subvention publique", note la loi. Clair, net et précis. "Tous les clubs y compris les plus nantis continuent de détourner l'argent public au détriment du football amateur et des autres disciplines que compte le club sportif amateur. Le problème est que personne ne contrôle la traçabilité de ces subventions, les directeurs de la jeunesse et des sports et les départements locaux des wilayas et APC ferment les yeux. Quand bien même il y aurait des résistances à ce niveau, les responsables centraux ne donnent pas suite aux requêtes formulées. Le comble, c'est que vous entendez même des présidents de conseils d'administration des clubs professionnels réclamer et même exiger des subventions publiques, alors qu'ils sont eux-mêmes censés dénicher des sources de financements privés. C'est une situation typiquement algérienne qui renseigne un peu plus sur un professionnalisme de façade, placé sous perfusion par les pouvoirs publics", analyse l'ancien président de l'USM Alger, Saïd Allik.

La loi 13-05 compte pour du beurre
Et d'ajouter : "L'Etat doit assumer ses responsabilités et cesser de subventionner un professionnalisme voué à l'échec. Il faut revoir la stratégie en la matière et cesser des solutions de replâtrage du genre plafonnement des salaires." En vérité, l'Etat algérien encourage même cette politique d'assistanat en fermant également les yeux sur un autre volet important de la loi 13-05, qui oblige les clubs pros à ouvrir le capital pour justement solutionner le déficit de financement. Selon l'article 84 de la loi 13-05, il est clairement stipulé que "sous réserve de la législation en vigueur et en cas d'augmentation du capital social des sociétés sportives commerciales citées à l'article 78 ci-dessus, soit par émission de nouvelles actions ou de parts sociales, soit par augmentation de la valeur des actions ou des parts sociales, les assemblées générales d'actionnaires ou d'associés des sociétés visées ci-dessus doivent accepter toutes nouvelles souscriptions émanant de personnes physiques ou morales de nationalité algérienne ou étrangère afin d'augmenter les ressources de ces sociétés et garantir leur viabilité". C'est-à-dire que les clubs sont tenus d'ouvrir le capital pour améliorer leur compétitivité financière. La loi 13-05 permet même aux pouvoirs publics d'intervenir en cas de manquement à cette disposition. "Outre les dispositions prévues par la législation et la réglementation en vigueur, en cas de dysfonctionnements graves, de non-respect de la législation et de la réglementation en matière contractuelle, de gestion et de contrôle de l'utilisation des aides et subventions publiques, ou de fautes graves engageant la responsabilité du ou des dirigeants des instances de la fédération sportive nationale ainsi que des structures qui lui sont affiliées, ou lorsque des impératifs d'ordre public et d'intérêt général le requièrent, le ministre des Sports, après avis du Comité national olympique ou du Comité national paralympique et de l'Observatoire national des sports, peut prononcer les mesures disciplinaires et/ou conservatoires...", note l'article 217 de la même loi. "Le problème en Algérie ce n'est pas la loi, nous avons peut-être les meilleurs textes du monde, mais c'est l'application sur le terrain qui pose un sérieux problème", regrettent les hommes politiques et les juristes en général en Algérie.
C'est d'autant plus valable dans le monde du football !
SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.