Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid19: 460 nouveaux cas, 308 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Les walis entrent en action    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Quelles perspectives pour les études supérieures ?”
Séminaire à l'Université d'Alger
Publié dans Liberté le 23 - 02 - 2005

La salle des actes de l'Université d'Alger a abrité, hier, un colloque qui durera deux jours. La manifestation, consacrée au devenir des études supérieures et de la recherche scientifique, n'a pas drainé beaucoup de monde. “Les gens sont découragés par la crise qui frappe l'Université algérienne. Le plus terrible, c'est qu'il est exigé du chercheur algérien de travailler en langue arabe pour accéder ou bénéficier d'un laboratoire de recherche”, a constaté une universitaire en déplorant l'absence de “pas mal” de chercheurs et d'enseignants à cette rencontre, ainsi que celle du syndicat des enseignants du supérieur (Cnes).
Pour Mme Bédjaoui, vice-recteur de l'Université d'Alger, le colloque a pour but principal de “faire le point sur la recherche”, de susciter un débat sur le système LMD (licence, mastère et doctorat), en prévision de sa généralisation prochaine, la “réactualisation” des connaissances, le “recyclage” de l'encadrement et la “définition” des objectifs de l'enseignement supérieur. La responsable a également affirmé que la synthèse des réflexions “constructives” du colloque et les propositions avancées seront transmises au ministère de tutelle. “Je souhaite vraiment que le séminaire débouche sur une prise en charge réelle des problèmes des enseignants”, a déclaré Mme Bédjaoui. Cette dernière a, par ailleurs, reconnu que certains départements, comme celui de la traduction, qui possèdent pourtant “d'excellents enseignants”, ne peuvent pas faire de la recherche parce que “les enseignants sont bloqués par l'obligation de rédiger en arabe”. Au cours de la journée d'hier, les intervenants ont abordé les difficultés rencontrées dans la postgraduation et la recherche universitaire; d'aucuns ont même dénoncé l'isolement de l'Université d'Alger par rapport aux autres universités du pays et celles étrangères. Selon le professeur Mahmoud Boussena, doyen de la faculté des sciences humaines et sociales, il est nécessaire d'inclure, dans un avenir proche, “un programme des professeurs visiteurs” en vue d'enrichir le débat et surtout de créer une nouvelle dynamique où la qualité de l'enseignement et de la recherche sera au centre des préoccupations. M. Boussena a aussi plaidé pour l'élaboration d'un “guide de recherche universitaire” pour l'étudiant, notant que sa faculté sera bientôt en possession d'un “outil de recherche”, après la publication de la liste des thèmes de recherche soutenus de 1970 à ce jour. D'autres participants sont intervenus pour mettre en exergue l'insuffisance de productions universitaires sur “le phénomène de violence” et le manque d'impact de l'opposition politique, dans une société “structurée en réseaux relationnels”. D'autres encore ont mis à nu l'état déplorable de la bibliothèque de l'Université d'Alger. “On ne peut pas parler de l'université et de la recherche scientifique si on ne parle pas et si on ne règle pas le problème de la bibliothèque”, a soutenu l'un d'eux, en rappelant, notamment l'inexistence d'un “statut particulier” des bibliothèques, l'insuffisance des budgets alloués et des ressources humaines. “La bibliothèque ne joue pas un rôle central”, a déclaré non sans en interpeller le ministère de l'enseignement supérieur sur cette problématique. La journée d'hier n'a pas satisfait grand monde. “Les problèmes soulevés sont réels et nous les vivons tous les jours, mais je m'attendais à ce qu'on parle plus de la recherche dans les laboratoires, de la recherche avec un grand R”, a soutenu un enseignant. Une autre universitaire a, quant à elle, réfuté la distinction entre enseignants et “enseignants chercheurs”. “Un enseignant à l'université doit être chercheur. Pour moi, cette distinction entre les deux concepts est une aberration”, a-t-elle souligné.
H. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.