3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministère de la Justice se réunira avec les représentants de l'UNOA : Vers la réouverture du concours au CAPA    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    Seules 3 start-up ont pu lever 100 000 dollars en Algérie    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    L'Algérie peut-elle obtenir les quantités nécessaires ?    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    MATOUB, L'INOXYDABLE REBELLE !    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    Algériens d'Europe : Attal buteur, Benrahma passeur    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    Skikda: Ils tirent sur une bijouterie avec un fusil de chasse    AS Aïn M'lila: Une prestation haut de gamme    USM Annaba: Début du troisième stage à Alger    Indiscipline ou inconscience?    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    MC Oran: Peut mieux faire !    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il est à craindre que les Etats-Unis n'aient engagé la Libye dans une spirale d'éclatement"
Contribution
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2016

Ces bombardements américains en Libye-Syrte- annoncéS par le Premier ministre libyen lui-même, et qui vont se poursuivre, sont révélateurs d'une stratégie suivant laquelle les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Italie menaient un double jeu classique. Le jeu diplomatique de façade basé sur la légalité internationale, et celui des jeux sur le terrain, où chacun manœuvre par ailleurs pour son propre intérêt, y compris avec des chefs terroristes pour protéger leurs périmètres pétroliers.
En même temps, que ces pays retenaient l'attention de la "communauté internationale" sur le thème du "gouvernement d'entente nationale", lequel encore aujourd'hui, n'est reconnu ni par les Libyens ni au plan international, ils préparaient l'ingérence militaire directe. Encore une fois, les Etats-Unis ont pris de vitesse leurs alliés, et ils se sont passés de "l'avis" de leurs "partenaires" dans la région sur le front de la lutte antiterroriste. On se doute bien que Daech est devenu un alibi et une "menace" qu'ils ont contribué à alimenter et faire grandir, comme en Syrie, pour leur fournir les prétextes légaux de déstabilisation sinon de la désintégration de pays-cibles. Je redoute que ce ne soit là le début d'une entreprise de caractère plus stratégique de division de la Libye entre l'Est et l'Ouest sur fond d'enjeux énergétiques et plus globalement de "containment" de la Russie en Méditerranée qui les a contrecarré en Syrie.
Ce bombardement qui n'est pas une première en fait, vient donner le signal à l'intervention militaire directe et ouverte. En même temps, le danger se fait plus menaçant en direction de l'Algérie qui aura à gérer les conséquences de ce péril à la sécurité dans la région.
On sait que les bombardements font plus de victimes civiles que de terroristes, qu'ils démolissent les infrastructures et déclenchent des vagues de réfugiés. Où iraient donc les réfugiés libyens de l'Est si l'intervention venait à prendre de l'ampleur. En Egypte ? Les Etats-Unis vont encore une fois semer le désastre et la désolation. Je déplore que soit le Premier ministre libyen lui même qui leur ait fait appel. On savait qu'il avait été "débarqué" à Tripoli à seule fin de faire appel à l'intervention militaire étrangère. Visiblement, il a été contraint de le faire par les Etats-Unis hors cadre onusien. Les Etats-Unis n'ont aucun état d'âme lorsqu'ils décident de se passer et de piétiner la légalité internationale. L'histoire ne fait que se répéter. Au vu de ces données, la position algérienne risque d'être en porte-à-faux à cause des récents développements militaires: condamner ou non l'intervention militaire, et dans quels termes, de l'action de "partenaires avec lesquels l'Algérie entretient un "dialogue stratégique"? Déplorer ou pas la présence avérée de forces paramilitaires françaises, britanniques et italiennes, ce qu'on s'est abstenu de faire jusque-là? Comment coopérer avec un "Premier ministre" libyen qui a demandé l'intervention militaire hors cadre légalité internationale ?
L'Algérie était sur le même registre de la "légalité internationale" et du "gouvernement d'entente nationale" que des pays occidentaux présents militairement en Libye déjà sans l'aval du "gouvernement libyen". Je serais fort étonné que le Premier ministre libyen, qui a effectué une visite ostensible à Alger aussitôt sa désignation faite par les Occidentaux, ait eu la délicatesse d'en informer l'Algérie. Dans tout cela, les Libyens ont leur propre responsabilité ou plutôt ils ont fait montre d'inconscience, qu'il s'agisse des chefs de guerre locaux dont les appétits ont enseveli l'intérêt national, comme du Gouvernement d'entente nationale menotté par quelques pays occidentaux.
Dans ces circonstances, ne devrait-on on pas surseoir à la réouverture de l'ambassade à Tripoli, comme acte de désapprobation?
B. H.
Ex-ambassadeur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.