Alarmant !    Ce qu'il faut retenir du dernier Conseil des ministres    "Le contribuable doit payer le juste impôt"    Le pays prêt à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem    Mobiliser les efforts internationaux    Tebboune présente ses condoléances aux familles des victimes    Les délais prolongés    "La belle au bois dormant    Président Tebboune : l'Algérie prête à abriter le dialogue escompté entre les frères libyens    Violences nocturnes, appels à de nouvelles manifestations    Handball/CAN-2020 (3e journée): les résultats complets    Sahnoun et Medjahed réalisent les minimas des Championnats d'Afrique    3 milliards de dinars pour des opérations d'aménagement en vue des JM    Bilan et perspectives de leur dynamisation dans le cadre d'une vision stratégique    Le Président Tebboune ordonne la rupture avec les pratiques du passé    Le président de la République présente ses condoléances aux familles endeuillées par l'accident de la circulation survenu à El-Oued    Rapport de la première quinzaine du mois de janvier :    L'Algérie regrette les décisions du Gabon et de la Guinée    Aghribs commémore son enfant, le chahid Didouche Mourad    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Belkaroui interdit d'entraînement    Le duo Chay-Karouf bien parti pour rester    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Non, le Hirak n'a pas échoué !    ACTUCULT    Une exposition de photographies d'art sur le site de Séfar dans le Tassili N'Ajjer à Alger    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il est à craindre que les Etats-Unis n'aient engagé la Libye dans une spirale d'éclatement"
Contribution
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2016

Ces bombardements américains en Libye-Syrte- annoncéS par le Premier ministre libyen lui-même, et qui vont se poursuivre, sont révélateurs d'une stratégie suivant laquelle les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Italie menaient un double jeu classique. Le jeu diplomatique de façade basé sur la légalité internationale, et celui des jeux sur le terrain, où chacun manœuvre par ailleurs pour son propre intérêt, y compris avec des chefs terroristes pour protéger leurs périmètres pétroliers.
En même temps, que ces pays retenaient l'attention de la "communauté internationale" sur le thème du "gouvernement d'entente nationale", lequel encore aujourd'hui, n'est reconnu ni par les Libyens ni au plan international, ils préparaient l'ingérence militaire directe. Encore une fois, les Etats-Unis ont pris de vitesse leurs alliés, et ils se sont passés de "l'avis" de leurs "partenaires" dans la région sur le front de la lutte antiterroriste. On se doute bien que Daech est devenu un alibi et une "menace" qu'ils ont contribué à alimenter et faire grandir, comme en Syrie, pour leur fournir les prétextes légaux de déstabilisation sinon de la désintégration de pays-cibles. Je redoute que ce ne soit là le début d'une entreprise de caractère plus stratégique de division de la Libye entre l'Est et l'Ouest sur fond d'enjeux énergétiques et plus globalement de "containment" de la Russie en Méditerranée qui les a contrecarré en Syrie.
Ce bombardement qui n'est pas une première en fait, vient donner le signal à l'intervention militaire directe et ouverte. En même temps, le danger se fait plus menaçant en direction de l'Algérie qui aura à gérer les conséquences de ce péril à la sécurité dans la région.
On sait que les bombardements font plus de victimes civiles que de terroristes, qu'ils démolissent les infrastructures et déclenchent des vagues de réfugiés. Où iraient donc les réfugiés libyens de l'Est si l'intervention venait à prendre de l'ampleur. En Egypte ? Les Etats-Unis vont encore une fois semer le désastre et la désolation. Je déplore que soit le Premier ministre libyen lui même qui leur ait fait appel. On savait qu'il avait été "débarqué" à Tripoli à seule fin de faire appel à l'intervention militaire étrangère. Visiblement, il a été contraint de le faire par les Etats-Unis hors cadre onusien. Les Etats-Unis n'ont aucun état d'âme lorsqu'ils décident de se passer et de piétiner la légalité internationale. L'histoire ne fait que se répéter. Au vu de ces données, la position algérienne risque d'être en porte-à-faux à cause des récents développements militaires: condamner ou non l'intervention militaire, et dans quels termes, de l'action de "partenaires avec lesquels l'Algérie entretient un "dialogue stratégique"? Déplorer ou pas la présence avérée de forces paramilitaires françaises, britanniques et italiennes, ce qu'on s'est abstenu de faire jusque-là? Comment coopérer avec un "Premier ministre" libyen qui a demandé l'intervention militaire hors cadre légalité internationale ?
L'Algérie était sur le même registre de la "légalité internationale" et du "gouvernement d'entente nationale" que des pays occidentaux présents militairement en Libye déjà sans l'aval du "gouvernement libyen". Je serais fort étonné que le Premier ministre libyen, qui a effectué une visite ostensible à Alger aussitôt sa désignation faite par les Occidentaux, ait eu la délicatesse d'en informer l'Algérie. Dans tout cela, les Libyens ont leur propre responsabilité ou plutôt ils ont fait montre d'inconscience, qu'il s'agisse des chefs de guerre locaux dont les appétits ont enseveli l'intérêt national, comme du Gouvernement d'entente nationale menotté par quelques pays occidentaux.
Dans ces circonstances, ne devrait-on on pas surseoir à la réouverture de l'ambassade à Tripoli, comme acte de désapprobation?
B. H.
Ex-ambassadeur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.