Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les tour-opérateurs face au blocus
Le Tassili N'Ahaggar toujours inaccessible aux touristes étrangers
Publié dans Liberté le 20 - 12 - 2016

La région de Tamanrasset place beaucoup d'espoirs dans les nouvelles mesures annoncées pour relancer le tourisme saharien, alors que l'économie locale est toujours paralysée, après six ans de crise.
Evoquer la situation du tourisme à Tamanrasset aboutit inévitablement à une impasse et permet d'ouvrir une parenthèse sur de sérieux problèmes ayant complètement paralysé ce secteur névralgique dans le Sud. Un secteur qui s'embourbe davantage dans d'innombrables difficultés sans, semble-t-il, inquiéter les décideurs, toujours préoccupés par "la comptabilité du pétrodollar", ou ce que considèrent les tour-opérateurs de la région comme "commun malheur".
Pays mono-exportateur, l'Algérie tire des hydrocarbures 98% de ses revenus en devises. Mais la chute vertigineuse du dollar s'est négativement répercutée sur l'économie nationale. La relance du tourisme saharien s'impose ainsi comme palliatif à l'aune de la baisse des revenus du pétrole. Dans les discours officiels, on affirme vouloir mettre le paquet sur cet autre secteur stratégique. Lors d'une réunion avec les tour-opérateurs en novembre dernier à Tamanrasset, le ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat a ainsi annoncé une batterie de mesures. La révision des lois régissant les agences de tourisme et de voyages, l'installation d'une commission mixte pour étudier la possibilité d'alléger les procédures d'octroi des visas aux touristes étrangers et l'ouverture des circuits touristiques fermés dans l'Ahaggar ont été, entre autres, les engagements pris par le représentant du gouvernement pour relancer le tourisme saharien. "Je ne suis pas venu pour faire de fausses promesses, mais pour faire une évaluation exhaustive et objective de ce secteur en coordination avec ses véritables acteurs. Nous œuvrons pour l'amendement de la réglementation liée à la gestion des agences de voyages à l'effet de mettre un terme à la bureaucratie dont souffrent nos opérateurs", a-t-il déclaré.
Un grain d'espoir pour les acteurs du tourisme qui se disent "sinistrés". Rappelons que depuis 2010, année de l'interdiction du Tassili du Hoggar aux touristes étrangers en raison de la crise sécuritaire prévalant à la frontière algéro-malienne, le tourisme saharien a connu une succession de crises au moment où les responsables du secteur distillent des chiffres en trompe-l'œil pour dissimuler l'échec des dispositifs mis en place pour sauver un secteur à l'agonie.
Les tour-opérateurs de la capitale de l'Ahaggar, Tamanrasset, disent leur ras-le-bol du mutisme des autorités compétentes, incapables de répondre à la crise que subit le secteur depuis six longues années et rappellent désespérément que bon nombre de responsables d'agences touristiques ont, après avoir fait banqueroute, mis la clé sous le paillasson.
Lourdeurs bureaucratiques Selon les chiffres en notre possession, 14 agences, affectées par la crise, ont changé d'activité. Le nombre qui était de 86 agences de voyages a été réduit à 72, indique-t-on à la direction locale du tourisme et de l'artisanat. "Il est vrai que la dégradation de la situation sécuritaire à nos frontières, depuis le début de la crise malienne, a sérieusement compromis le secteur à Tamanrasset, toutefois l'arrêt de l'activité touristique est dû en partie aux traditions bureaucratiques imposées par l'administration, notamment en ce qui concerne les demandes de visa et l'interdiction inexpliquée des sites aux touristes étrangers", maugrée un représentant de l'association des agences de voyages de Tamanrasset.
"Malgré les assurances des services de sécurité et les engagements du ministère de tutelle quant à l'ouverture des sites fermés, le touriste se trouve empêtré toujours dans des formalités inextricables. Il faut savoir que la demande de visa passe impérativement par la direction du tourisme, puis par le conseil de sécurité de la wilaya, avant qu'elle n'atterrisse sur le bureau du ministère de tutelle qui prendra attache avec le ministère des Affaires étrangères qui, de son côté, informera les représentations diplomatiques. C'est trop ! Nombre de touristes étrangers ont renoncé à leur voyage vers l'Algérie optant pour d'autres destinations beaucoup moins attractives à cause de ces mesures désobligeantes", se désole-t-il.
©Rabah Karèche/Liberté
Six ans de marasme et de disette
Hormis les quelques agences qui ont pu maintenir un semblant d'activité en accueillant sporadiquement des touristes nationaux, 60 autres agences risquent de renouer avec l'hydre du chômage.
Des restaurateurs aux guides, en passant par les chauffeurs et les chameliers ou les commerçants, toutes les activités liées au tourisme sont touchées et cela affecte l'ensemble de l'économie locale. Nasreddine Mohamed Ben Abdellah, artisan, raconte avec amertume les difficultés rencontrées avec la baisse du flux touristique.
"Destination inévitable des touristes, la coopérative de l'artisanat Assaghane d'Assoro Lam3almine (quartier situé à quelques encablures de la ville de Tamanrasset), est presque déserte aujourd'hui. Une sérieuse menace sur les petits métiers, notamment le travail du cuir qui tend à disparaître. L'avenir de l'artisanat à Tamanrasset est incertain, notamment avec les mesures d'austérités prises par le pouvoir en place et le blocage du fond destiné aux artisans. Le tourisme international est notre seul espoir", nous dit Nasreddine. Et de renchérir : "Le Sahara ne se prête pas à un tourisme de masse et ses adeptes savent pertinemment comment s'y adapter et se mettre en symbiose avec lui. Il est donc préjudiciable de ne pouvoir plus jouir des richesses du patrimoine de notre pays aux dépens de l'éphémère rente pétrolière."
Faites-nous confiance !
Asphyxiés, les tour-opérateurs interpellent les autorités. "Il faut nous faire confiance. Sans la confiance on n'avancera pas. Nous avons l'expérience et nous savons que quand on travaille dans un cadre organisé, il n'y aura jamais de problèmes", estime le responsable de l'agence Akar Akar, Zounga Mohamed, en précisant que l'économie locale est particulièrement basée sur les recettes générées par le tourisme.
"En 2008, on recevait entre 1500 à 2000 touristes par semaine. Tout le monde travaillait avec cette clientèle. Depuis la crise, 60% des jeunes sont au chômage", se lamente-t-il. Les 72 agences actives dans la wilaya de Tamanrasset assurent chacune un salaire mensuel à plus de 50 employés. Le secteur, moteur principal de l'économie locale, contribuait par le passé à hauteur de 70% des revenus de cette collectivité. Les professionnels recommandent des mesures à même de hisser le tourisme à un niveau qui soit à la hauteur des potentialités de la région. La capitale de la légendaire reine des Touareg,Tin Hinan, tente, tant bien que mal, de maintenir une dynamique touristique en abritant des manifestations culturelles annuelles, dont le Festival international des arts de l'Ahaggar ou encore les Ziara (fêtes religieuses) de Tazrouk et d'Adagh Mouly.
En attendant des mesures incitatives pour faire revenir les touristes étrangers et réanimer derechef ces régions sahariennes qui regorgent de sites exceptionnels comme l'Assekrem, le Tifedest ou le Tassili n'Ahaggar classé au patrimoine mondial de l'Unesco.
R. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.