Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ils ne veulent pas que le complexe redémarre"
le SG du syndicat accuse de hauts responsables de sider et d'imetal
Publié dans Liberté le 21 - 03 - 2017

Campagne d'intox et tentatives de sabotage du redémarrage du complexe. Cinglante réponse du syndicaliste, qui désigne nommément les auteurs de ces tentatives qui visent à détruire El-Hadjar.
La conférence de presse animée, hier, par le secrétaire général du syndicat d'entreprise Sider El-Hadjar, a pris une autre tournure, après que celui-ci, dont on attendait des informations sur la situation du complexe sidérurgique au lendemain des coûteux travaux de rénovation du haut fourneau n°2, s'en est pris vertement aux plus hauts responsables d'Imetal et de Sider. Noureddine Amouri a, en effet, accusé ceux-ci d'avoir tout fait pour maintenir les installations du complexe à l'arrêt, en confiant les travaux de réhabilitation à une entreprise défaillante. "Ils ont passé des accords avec l'entreprise italienne Ferretti, qui s'est avérée incompétente et nous a fait perdre beaucoup de temps, parce qu'elle n'était pas du tout qualifiée pour les travaux, dont elle avait la charge. Jusqu'aux travaux qui étaient supposés avoir été achevés et livrés ont été refaits par Pirson, une multinationale basée en Belgique spécialisée dans les travaux de réfection et d'installation de fours dans l'industrie sidérurgique, qui a été appelée à la rescousse après ce constat désastreux, à ce sabotage caractérisé", confie ce syndicaliste. Poursuivant son réquisitoire, il affirmera que ces mêmes responsables n'ont d'autre souci, selon ses dires, que de retarder le plus longtemps possible et par tous les moyens le redémarrage des installations de production, qui ont fait appel à l'entreprise française Simafer pour la livraison de 7 locotracteurs qui n'ont jamais été livrés. "Les responsables de Sider se sont ensuite adressés à cette même entreprise pour des pièces destinées au HF, des pièces qui n'étaient pas conformes et qui avaient dû être réexpédiées", soutiendra-t-il. Virulent à l'encontre de ces cadres supérieurs, Amouri ira jusqu'à les accuser d'être derrière une véritable campagne de désinformation sur ce qui se passe à l'intérieur du site d'El-Hadjar, depuis l'entame du programme de rénovation des installations. "À la vérité, toutes ces manipulations, ces rumeurs et ces sabotages ont un seul objectif : maintenir le plus longtemps possible l'importation des produits sidérurgiques. De gros intérêts sont en jeu car les besoins du pays dans ce domaine sont de l'ordre de 10 millions de tonnes et donc beaucoup d'argent pour certains", devait-il ajouter.
Contestant la nomination de celui-ci à la tête du conseil d'administration alors qu'il n'aurait ni le profil requis ni la moindre connaissance de la réalité du complexe sidérurgique, il dirigera sa diatribe sur Ali Beddiar, qu'il citera nommément.
"Se comportant comme un espion, ce responsable est entré incognito dans l'usine en compagnie de prétendus experts pour dresser un rapport selon lequel le complexe manquerait de minerai de fer et d'aggloméré et ainsi semer le doute sur les possibilités de redémarrage. Nous tenons à démentir catégoriquement le contenu de ce rapport, car nous disposons de 200 000 tonnes de minerai et 6 000 tonnes d'agglomérés, ce qui est largement suffisant pour faire face à la situation durant plusieurs mois encore", dénoncera-t-il encore.
Le représentant des travailleurs imputera aux "forces occultes", dont cet ancien cadre de Gesibat à la retraite, cette rumeur faisant état d'une explosion du haut fourneau.
"Nous sommes formels en assurant que 12 tuyères sur les 24 que compte le four sont aujourd'hui fonctionnelles, nous passerons progressivement à 14, puis à 16 tuyères et ainsi de suite jusqu'à atteindre les capacités maximum de la partie chaude. La production de la première coulée de fonte conforme s'est faite dimanche, en présence de tous les cadres et techniciens du complexe. L'opération de l'ouverture du trou de coulée avec l'actionnement de la perforatrice s'est déroulée vers 10h. L'exploitation sécurisée du haut fourneau n°2 et, partant, de toutes les autres unités du complexe sera effective après la normalisation de la charge et la production de la fonte pour alimenter les deux aciéries à oxygène", a martelé Noureddine Amouri. Avant d'inviter les journalistes à l'intérieur des ateliers pour constater de visu ce qui s'y passe. Il annoncera à cette occasion que les billettes et les brames ne sont plus importées et que tout sera produit au complexe.
"Nous ne craignons pas la concurrence. Nous tablons sur les aciers plats qui sont très demandés sur le marché sans pour autant négliger les autres produits. Avec les capacités des installations qui ont été rénovées, nous atteindrons les 2,2 millions de tonnes et plus encore", lancera le conférencier sur un ton de défi.
A. Allia


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.