Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Snapap dénonce "la mauvaise gestion" de la DJS de Bouira
Il a organisé hier un mouvement de protestation
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2017

La section syndicale du Snapap, relevant du secteur de la jeunesse et des sports de Bouira, critique les responsables du secteur en les accusant notamment de "mauvaise gestion" et "défaillance", tout en réclamant une commission d'enquête ministérielle, afin de faire la lumière sur les "dérives" du DJS de Bouira. Hier, ces syndicalistes ont organisé un mouvement de protestation devant le siège de la DJS pour dénoncer le "mutisme" de la tutelle sur la gestion des dirigeants locaux du secteur, notamment le dossier des œuvres sociales. Les protestataires affirment que le secteur est géré comme une "boîte privée", où le directeur et son proche entourage feraient "la pluie et le beau temps", aux dépens des fonctionnaires. Ainsi, dans une correspondance envoyée au ministère de tutelle et datée du 1er juin 2016, dont une copie nous a été remise, ces syndicalistes avaient déjà alerté le MJS, El-Hadi Ould Ali, sur ce qu'ils ont qualifié de "graves dysfonctionnements au sein de la DJS de Bouira". En effet, concernant le dossier des œuvres sociales, les manifestants indiquent qu'ils n'ont nullement bénéficié des avantages qu'autorisent leurs cotisations. Pis encore, ils affirment qu'ils n'ont pas vu le moindre sou depuis plus de six ans. "Où est passé l'argent ? Qui profite des voyages et autres avantages ? On se le demande. Une chose est certaine en tout cas, les travailleurs et les cadres de la DJS n'ont jamais bénéficié de ces avantages", déclare le coordinateur du Snapap, Djaâdi Djamel. Selon ce dernier, les diverses primes, notamment celles de l'Aïd et du rendement collectif, n'ont jamais été versées à temps, aussi bien de la part du DJS que du directeur de l'Opow de Bouira. "Avec ce directeur, il faut continuellement se battre pour arracher ses droits. Cela fait des années que cette situation dure et il est temps que le ministère prenne ses responsabilités et mette fin aux agissements de ce monsieur et de son entourage", dira M. Djaâdi. L'autre problème soulevé par ces fonctionnaires est celui du "gel des promotions" et la "marginalisation des cadres de la DJS de la wilaya". "L'ensemble de nos cadres honnêtes sont mis au placard par ce directeur, qui n'hésite pas à privilégier la médiocrité comme seul et unique critère de promotion", s'insurgera un autre syndicaliste du Snapap.
RAMDANE B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.