La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Violentes échauffourées à Aokas
INTERDICTION D'UNE CONFERENCE LITTERAIRE
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2017

Des échauffourées ont éclaté, hier, en début d'après-midi, à Aokas, suite à l'interdiction d'une conférence organisée par l'association locale "Azday Adelsan" et que devait animer le linguiste et éditeur, Ramdane Achab, au Centre culturel de la ville.
Dès le début de la matinée, des policiers appelés en renfort se sont déployés aux alentours du Centre culturel pour empêcher toute tentative d'accès à l'établissement. Mais à l'issue d'une marche citoyenne organisée pour dénoncer l'interdiction qui frappe justement le café littéraire depuis des mois, des citoyens venus nombreux et des organisateurs ont pu accéder au Centre culturel après un forcing opéré à l'entrée sur fond d'échanges acerbes avec les policiers. Après quelques minutes du début de la conférence, la police est intervenue pour évacuer les lieux.
S'en sont suivies de violentes échauffourées entre habitants de la localité et des policiers qui, fort heureusement, n'ont fait aucun blessé. Selon un membre de l'association organisatrice, les hostilités sur fond de jets de pierre et de bombes lacrymogènes n'ont pas tardé à prendre fin et la tension a vite baissé suite à l'intervention des organisateurs de la rencontre qui ont réussi à calmer les esprits, selon un membre de l'association.
Il faut dire que la réaction des forces de l'ordre était attendue puisque pour cette fois, les membres de l'association ont décidé de ne plus demander d'autorisations pour la tenue de la conférence et ont précédé à la tenue de cette dernière par une marche pour dénoncer l'interdiction des rencontres littéraires.
Ce sont d'ailleurs plusieurs centaines de personnes, dont des élus, des militants de partis politiques et des amis du café littéraire, qui y ont pris part. La marche, qui s'est ébranlée à 13h de la place Katia-Bengana vers le lieu de la conférence, s'est déroulée sans encombre. Tout le long de l'itinéraire, des manifestants, tout en scandant des slogans hostiles au pouvoir, ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "Libérons la culture à Aokas", "La dictature a peur des écrivains et des poètes."
À noter que selon un membre de l'association, une réunion est prévue aujourd'hui pour décider des actions à entreprendre afin de lever cette interdiction qui frappe le café littéraire. Pour rappel, pas moins de huit conférences et une table ronde organisée par l'association Azday Adelsan ont été interdites depuis des mois dans cette station balnéaire de Béjaïa. Pour l'organisation de celle d'hier, un appel à la mobilisation a été lancé par un collectif de citoyens d'Aokas, dont des représentants de partis politiques et d'associations.
Hakim Kabir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.