Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À M. Ahmed Ouyahia, Premier ministre de la République algérienne démocratique et populaire
Lettre ouverte du comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements dans la Wilaya de Béjaïa


Objet : demande d'intervention
Monsieur le Premier ministre,
En date du 27 mars 2017, l'Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB) a refusé l'accostage et le déchargement d'un navire transportant des équipements industriels destinés à l'usine de trituration de graines oléagineuses de Cevital Spa. Le même refus a été renouvelé sur un nouveau navire transportant un complément d'équipements pour la même usine, en date du 18 mai 2017.
Le mois d'août passé le directeur du port de Béjaïa a réussi, encore une fois, à s'illustrer en interdisant le débarquement de 16 conteneurs transportant des équipements industriels destinés à Cojec El-Kseur et à la raffinerie de sucre.
En septembre dernier, l'EPB a déchargé puis refoulé 4 conteneurs, transportant des intrants industriels pour la margarinerie de Béjaïa et des consommables d'emballage destinés pour le conditionnement de sucre et d'huile. Sur ces quatre conteneurs, deux avaient déjà été dédouanés et ont été réembarqués de manière illégale et surtout sans l'aval des services des douanes. Ces équipements en provenance d'Europe, importés pour le compte du groupe Cevital en toute légalité, sont destinés à la maintenance et à la modernisation de ses installations pour Cojek El-Kseur et la raffinerie de sucre de Béjaïa.
Il existe pourtant un accord bilatéral entre l'Algérie et l'Union européenne, relatif à la circulation et aux chargement et déchargement de marchandises en provenance et à destination des deux parties, notre pays et ceux de l'Union européenne.
Faisant fi de ces accords, mais aussi de la législation algérienne en la matière, le directeur du port porte un coup grave à la sécurité et à la stabilité alimentaire de notre pays et outrepasse ses prérogatives. Il s'agit là d'un comportement illégal et dangereux dont les conséquences sont très graves pour la crédibilité et l'image du pays. En effet, le DG du port a fait du port de Béjaïa une place désormais tristement célèbre parmi les sites portuaires de la Méditerranée.
Les raisons invoquées par le directeur de l'EPB, à savoir la saturation de l'espace portuaire, alors que Cevital dispose d'un terrain réservé à ce projet et qui se trouve hors du port, ne justifient pas son refus de traiter et de décharger les navires transportant les équipements destinés à l'usine de trituration de Cevital.
Il n'existe aucun texte de loi permettant au directeur du port d'exiger la destination et l'utilisation finale des équipements.
Il est important de noter que la question centrale dans ce conflit est la liberté d'accoster et de décharger des équipements régulièrement payés par une entreprise privée.
À noter que l'EPB est une société publique de services portuaires, à caractère commercial. À ce titre, elle gère les flux de marchandises entrant et sortant du port de Béjaïa.
Les seules informations qu'elle est habilitée à demander dans le cadre d'une opération de déchargement de marchandises ou d'équipements et qui sont clairement explicitées dans l'article 73 du décret 02-01 du 06 janvier 2002 sont :
le nom du navire, sa longueur, sa largeur, son tonnage et son tirant d'eau, la liste de colisage (nombre de paquets, leur poids et leur volume).
Ces informations à caractère logistique permettent au port d'attribuer le bon poste à quai et de planifier les moyens et la durée du déchargement.
L'EPB, en tant qu'entreprise des services portuaires, n'a aucune qualification ni aucune prérogative pour demander une quelconque autorisation concernant un investissement.
L'attitude du directeur du port de Béjaïa est contraire aux orientations économiques du président de la République demandant aux opérateurs économiques du pays de se mobiliser et de s'engager dans l'investissement productif, créateur d'emplois et de richesses.
Le projet de l'usine de trituration de Cevital Multi-grains s'étend sur une superficie de 1,2 ha sur un terrain acquis par Cevital chez un privé. Le montant total de cet investissement est de 50 millions de dollars, payé sur fonds propres du groupe Cevital. Ce projet se donne pour ambition de créer 1 000 postes d'emplois directs et des milliers d'autres indirects et d'assurer une production de 3 millions de tonnes par an.
C'est un projet stratégique qui mettra l'Algérie en sécurité alimentaire pour les corps gras et les protéines végétales pour l'alimentation du bétail. Ce projet dont l'impact financier pour l'Algérie sera supérieur à 2 milliards de dollars, devrait permettre à notre pays une économie de 1,5 milliard de dollars US par la substitution des importations d'huiles brutes et de tourteaux de soja. C'est un projet qui doit générer des recettes à l'export d'au moins 600 à 700 millions de dollars US sur les seules exportations de Cevital en tourteaux de soja.
Au moment où le directeur général de l'entreprise portuaire de Béjaïa (EPB), Djelloul Achour, multiplie les blocages des équipements et activités du groupe Cevital à Béjaïa, le port de Djendjen (wilaya de Jijel), auquel nous souhaitons prospérité et réussite, se targue de bénéficier de deux usines de trituration de graines oléagineuses du groupe Kouninef et de Sipaco (voir notre rapport détaillé sur la politique des deux poids deux mesures) dans l'enceinte même du port de Djendjen.
Vu que Cevital a acquis un terrain hors du port et en dehors de son complexe industriel et situé dans une zone industrielle, il n'y a plus aucun obstacle ou raison que ce problème persiste. De ce fait, le DG du port a l'obligation de laisser accoster les bateaux et de décharger les équipements de Cevital.
Devant la gravité de cette situation, M. le Premier ministre, vous devez agir vite et de manière ferme pour mettre un terme aux abus outrageants dont se rend régulièrement coupable le DG du port de Béjaïa. Abus à la fois dangereux pour la stabilité et la sécurité alimentaire de notre pays et très préjudiciable pour l'image de l'Algérie à l'étranger.
Afin de débloquer la réalisation de cette usine de trituration de graines oléagineuses, nous souhaitons, M. le Premier ministre, bénéficier de votre porte ouverte à tous les Algériens afin de vous rencontrer, et à votre convenance, pour régler définitivement ce problème et vous faire part des attentes et inquiétudes de la population de Béjaïa.
En tant que comité, nous resterons mobilisés jusqu'à la satisfaction de notre revendication : mettre fin aux blocages des équipements de Cevital, tout comme nous comptons nous mobiliser contre tout acte illégal et injustifié qui viserait à sanctionner les opérateurs économiques de notre région.
(Ci-joint le rapport détaillé sur la politique des deux poids, deux mesures).
Béjaïa, le 29 octobre 2017
Kaci Sayad, président du comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements dans la wilaya de Béjaïa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.