PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Louisa Hanoune : "On s'est vengé du PT"
Elle s'élève contre la fraude et soutient que le changement, avec ce système, ne viendra pas par les urnes
Publié dans Liberté le 26 - 11 - 2017

L'ex-candidate à l'élection présidentielle est convaincue qu'un bon nombre d'assemblées locales est désormais entre les mains de personnes qui travailleront au service de la prédation locale.
"Naegelen doit être jaloux des pratiques dans notre pays." Même si elle considère que les résultats étaient prévisibles, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), l'air un peu fatigué, n'a pas hésité, hier, à assimiler le scrutin de jeudi dernier aux pratiques de l'ancien gouverneur d'Algérie qui avait couvert et justifié une fraude massive en 1948, favorisant les candidats de l'administration coloniale.
"C'est un pseudo-scrutin !", qualifie, d'emblée, Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse animée au siège du parti à Alger. Malgré une "bonne campagne" et une "grande mobilisation autour du parti", le PT hérite désormais de la présidence de 17 communes, loin derrière des partis dont certains de création récente, mais avec 510 élus, "des élus qui ont échappé à la fraude". "Ce sont des voix de militants engagés, de la base, des travailleurs, des étudiants, des jeunes et des femmes qui ont répondu à notre appel à la lutte contre la politique de destruction", se félicite, cependant, Louisa Hanoune.
"On savait que le scénario des législatives allait se reproduire car la loi électorale n'a pas été changée et à cause de l'intrusion de l'argent sale dans la politique", analyse-t-elle non sans s'étonner de "la victoire d'un parti créé en 2012", allusion probablement au MPA. "Il n'existe plus de limites pour le mépris que montrent certains responsables à l'égard de la majorité du peuple", estime-t-elle encore, soulignant "qu'après la violence des législatives, le totalitarisme avance à grands pas". Même du temps du parti unique, selon elle, "on n'a pas enregistré une telle décomposition". Pour Louisa Hanoune, un bon nombre d'assemblées "seront dirigées par des personnes, sans lien avec la politique, pour certains avec des antécédents judiciaires, au service de la prédation locale".
Evoquant de nombreux cas d'entorse au bon déroulement du scrutin, comme à Annaba "livrée à la prédation", à Mascara où même des citoyens ont été arrêtés pour avoir protesté contre la fraude, ou encore d'autres cas dans de nombreux autres bureaux de vote à travers le pays, Louisa Hanoune, qui s'étonne aussi que "2,5 millions de fantômes" votent après 18 heures, estime, comme pour répondre au ministre de l'Intérieur, qu'il ne s'agit pas de "dépassements". "Ce système n'est pas réformable, incapable de se renouveler", soutient-elle. "Mais avec ces méthodes, il accélère sa fin".
Convaincue que les "citoyens ne donnent pas de crédit à ce scrutin et que le fossé avec le pouvoir s'élargit encore plus", Louisa Hanoune estime que les "élections du 23 novembre ont confirmé que le militantisme au sein des assemblées est révolue et qu'on est entré, désormais, dans une nouvelle étape de militantisme direct à travers le soutien aux grèves, les protestations des travailleurs, etc." "Le changement passe par la mobilisation car le renouveau politique ne passe pas par les urnes à cause de ce système", dit-elle.
Outre la fraude dont son parti est victime, l'ex-candidate à la présidentielle soupçonne également une "vengeance". "On s'est vengé du PT, car on était contre la LF2016 ; on a dit des vérités sur la politique économique du gouvernement qui travaille au service d'une minorité et on a désigné les responsables qui ont voté les lois de la régression", soutient-elle. Y a-t-il un lien avec la lettre du "groupe des 19" ? "Je ne pense que cela ait un lien car ce ne sont pas les mêmes acteurs dans l'ancien gouvernement et l'actuel, c'est plutôt à cause des critiques de la politique économique. On a éclairé l'opinion", estime Louisa Hanoune.
Elle ignore aussi que cette "vengeance" vise à l'écarter de la course à la présidentielle et de baliser le terrain à Ahmed Ouyahia auquel les observateurs prêtent des intentions présidentielles. "On a toujours recueilli, en tout cas, les signatures", s'enorgueillit-elle, laissant entendre, par ricochet, qu'elle n'exclut pas une éventuelle candidature. Refusant de faire porter le chapeau de la situation actuelle et de la fraude au président Bouteflika, Louisa Hanoune estime que "la responsabilité totale incombe aux partis du pouvoir et le régime qui veut que le système se perpétue, des partis qui ont torpillé les réformes profondes promises par Bouteflika", dit-elle. Loin de considérer que le PT a régressé puisque le parti a atteint ses objectifs, Louisa Hanoune annonce que son parti introduira des recours.
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.