PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une fetwa ne résoudra pas le problème"
Le ministre des Affaires religieuses à propos de l'émigration clandestine
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2018

La question a été posée à Mohamed Aïssa en marge de la plénière tenue ce jeudi à l'Assemblée nationale : "Les harragas commettent-ils un acte illicite en mettant en danger leur vie comme le pense le Haut conseil islamique ?" Sans se positionner frontalement contre cette fetwa, Mohamed Aïssa a soutenu que "ce n'est pas en décrétant leur acte haram et en consacrant un prêche chaque vendredi que le problème sera résolu". Le ministre a préconisé plutôt la mobilisation des fonds de la zakat pour permettre aux jeunes chômeurs de financer des projets.
La fetwa décrétée en 2009 par le Haut conseil islamique n'a, en effet, nullement dissuadé les Algériens à emprunter ces embarcations de fortune pour fuir le pays.
Pas un jour ne passe sans que des organisations non gouvernementales ou les autorités algériennes enregistrent des tentatives de départ ou des départs effectifs pour une traversée clandestine de la Méditerranée, en vue d'atteindre l'Espagne, l'Italie ou la Grèce. Certains harragas sont interceptés avant de quitter le pays, d'autres arrivent à atteindre leur destination. La plupart périssent en mer. Le ministre des Affaires religieuses se trompe, en revanche, de cible lorsqu'il accuse, sans les citer, certains personnalités de l'opposition d'entretenir un discours défaitiste qui ne laisse pas de place à l'espoir. "Ce n'est pas ainsi que nous convaincrons nos jeunes de rester dans le pays", a soutenu Mohamed Aïssa à l'Assemblée nationale.
Dans son appréciation des causes du phénomène de l'émigration clandestine, le ministre des Affaires religieuses a éludé le discours officiel, quelquefois provocateur.
Invité à s'exprimer sur la hausse du nombre de harragas, Ahmed Ouyahia a rétorqué lors d'une conférence de presse animée samedi dernier : "Ils nous font honte. Celui qui se jette à la mer, s'il ne se noie pas, sera employé, dans le meilleur des cas, comme saisonnier pour ramasser les tomates et les oranges, alors qu'en Algérie, ces emplois ne trouvent pas preneurs." C'est que, officiellement, on feint d'ignorer que le problème ne se résume pas à l'emploi, mais à un projet de vie que des millions de jeunes Algériens ne peuvent pas se donner dans leur pays où le cadre vie se dégrade à vue d'œil pour l'ensemble des catégories sociales. C'est un fait établi, la recrudescence des départs de migrants depuis les eaux territoriales s'accompagne désormais d'un phénomène nouveau. Les jeunes de moins de 35 ans ne sont pas les seuls candidats à la harga. Des femmes et des enfants affrontent cette traversée dans des conditions suicidaires.
À la mi-novembre, le nombre des migrants mineurs se trouvant sur le sol espagnol s'élevait à 339. Même les bébés sont embarqués par leurs parents. Ce genre d'images, largement diffusées sur les réseaux sociaux, sont aussi l'expression d'une révolte contre un système et une société qui n'offrent pratiquement plus de perspectives d'intégration sociale et de réalisation de soi. C'est une réaction extrême contre le discours trompeur de certains hommes politiques comme Ould Abbes qui affirme que l'Algérie consacre davantage de transferts sociaux que des pays comme la Norvège ou la Suisse. Le malaise est tel que même un article de loi introduit en 2008 dans le Code de procédure pénale criminalisant l'acte d'émigration clandestine n'a pas réduit le flux des départs.
Le ministre des Affaires religieuses a raison de penser que décréter une fetwa n'endiguera pas le phénomène de l'émigration clandestine. Mais mobiliser les fonds de la zakat pour financer les projets des jeunes ne suffira pas non plus, tant qu'on n'attaque pas le mal à la racine : il s'agit, en effet, d'améliorer la gouvernance, de combattre réellement la corruption, afin de donner des perspectives aux jeunes. Car, dans tous les cas, ceux qui s'en vont ont des raisons de le faire. Il faudra désormais leur donner des raisons de rester et vivre au pays.
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.