Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé à Oued Fodda    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une fetwa ne résoudra pas le problème"
Le ministre des Affaires religieuses à propos de l'émigration clandestine
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2018

La question a été posée à Mohamed Aïssa en marge de la plénière tenue ce jeudi à l'Assemblée nationale : "Les harragas commettent-ils un acte illicite en mettant en danger leur vie comme le pense le Haut conseil islamique ?" Sans se positionner frontalement contre cette fetwa, Mohamed Aïssa a soutenu que "ce n'est pas en décrétant leur acte haram et en consacrant un prêche chaque vendredi que le problème sera résolu". Le ministre a préconisé plutôt la mobilisation des fonds de la zakat pour permettre aux jeunes chômeurs de financer des projets.
La fetwa décrétée en 2009 par le Haut conseil islamique n'a, en effet, nullement dissuadé les Algériens à emprunter ces embarcations de fortune pour fuir le pays.
Pas un jour ne passe sans que des organisations non gouvernementales ou les autorités algériennes enregistrent des tentatives de départ ou des départs effectifs pour une traversée clandestine de la Méditerranée, en vue d'atteindre l'Espagne, l'Italie ou la Grèce. Certains harragas sont interceptés avant de quitter le pays, d'autres arrivent à atteindre leur destination. La plupart périssent en mer. Le ministre des Affaires religieuses se trompe, en revanche, de cible lorsqu'il accuse, sans les citer, certains personnalités de l'opposition d'entretenir un discours défaitiste qui ne laisse pas de place à l'espoir. "Ce n'est pas ainsi que nous convaincrons nos jeunes de rester dans le pays", a soutenu Mohamed Aïssa à l'Assemblée nationale.
Dans son appréciation des causes du phénomène de l'émigration clandestine, le ministre des Affaires religieuses a éludé le discours officiel, quelquefois provocateur.
Invité à s'exprimer sur la hausse du nombre de harragas, Ahmed Ouyahia a rétorqué lors d'une conférence de presse animée samedi dernier : "Ils nous font honte. Celui qui se jette à la mer, s'il ne se noie pas, sera employé, dans le meilleur des cas, comme saisonnier pour ramasser les tomates et les oranges, alors qu'en Algérie, ces emplois ne trouvent pas preneurs." C'est que, officiellement, on feint d'ignorer que le problème ne se résume pas à l'emploi, mais à un projet de vie que des millions de jeunes Algériens ne peuvent pas se donner dans leur pays où le cadre vie se dégrade à vue d'œil pour l'ensemble des catégories sociales. C'est un fait établi, la recrudescence des départs de migrants depuis les eaux territoriales s'accompagne désormais d'un phénomène nouveau. Les jeunes de moins de 35 ans ne sont pas les seuls candidats à la harga. Des femmes et des enfants affrontent cette traversée dans des conditions suicidaires.
À la mi-novembre, le nombre des migrants mineurs se trouvant sur le sol espagnol s'élevait à 339. Même les bébés sont embarqués par leurs parents. Ce genre d'images, largement diffusées sur les réseaux sociaux, sont aussi l'expression d'une révolte contre un système et une société qui n'offrent pratiquement plus de perspectives d'intégration sociale et de réalisation de soi. C'est une réaction extrême contre le discours trompeur de certains hommes politiques comme Ould Abbes qui affirme que l'Algérie consacre davantage de transferts sociaux que des pays comme la Norvège ou la Suisse. Le malaise est tel que même un article de loi introduit en 2008 dans le Code de procédure pénale criminalisant l'acte d'émigration clandestine n'a pas réduit le flux des départs.
Le ministre des Affaires religieuses a raison de penser que décréter une fetwa n'endiguera pas le phénomène de l'émigration clandestine. Mais mobiliser les fonds de la zakat pour financer les projets des jeunes ne suffira pas non plus, tant qu'on n'attaque pas le mal à la racine : il s'agit, en effet, d'améliorer la gouvernance, de combattre réellement la corruption, afin de donner des perspectives aux jeunes. Car, dans tous les cas, ceux qui s'en vont ont des raisons de le faire. Il faudra désormais leur donner des raisons de rester et vivre au pays.
Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.