Réserves énergétiques: le Président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    Accidents de la circulation: 2 morts et 128 blessés en 24 heures    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    La difficile mission de Belahcel    Le fabuleux déclin d'une incorrigible gaffeuse    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    Un nouveau volet dans le «dossier automobile»    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    Nouvelle manifestation contre l'arrestation d'un gouverneur en Russie    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Plaidoyer pour une implication plus significative des EPSP dans la lutte contre Covid-19    Le directeur EHS "Mère et enfant" décédé du corona    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4    On vous le dit    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Identité de papier    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Où est passé le promoteur ?    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béni Saf, Mostaganem: 58 harraga interceptés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2018

Le phénomène de la harga étant devenu ce qu'il est aujourd'hui, l'Etat est obligé de se tourner vers l'aspect religieux pour essayer d'endiguer le flot incessant des Algériens qui tentent chaque jour de traverser clandestinement la Méditerranée, en direction de l'Espagne ou de l'Italie. Après les tribunaux, les mosquées, puisque la harga est devenue «illicite» après avoir été un délit passible de poursuites judiciaires.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, vient de l'affermir, jeudi dernier, en annonçant que «le Haut Conseil islamique, la plus haute instance d'El Iftaa en Algérie, a décrété le caractère illicite de ce phénomène». Dans une déclaration à la presse, en marge d'une séance plénière à l'APN consacrée aux questions orales adressées à des membres du gouvernement, Mohamed Aïssa a indiqué que la lutte contre l'émigration clandestine était de «la responsabilité de tout un chacun», rappelant le rôle de sensibilisation des imams «au niveau des mosquées», à travers des prêches et des rencontres avec les jeunes à l'étranger «pour leur redonner espoir et les exhorter à retourner au pays». Le ministre indiquera également qu'entre autres solutions, son «département propose le financement des projets des jeunes par le Fonds des wakfs», en parallèle «des opportunités d'emploi offertes dans le cadre du filet social et les mécanismes proposés par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale». Qualifiant les harraga de «victimes», il imputera la responsabilité de ce phénomène à «l'impact négatif des réseaux sociaux» ainsi qu'un certain discours politicien qui influerait, selon le ministre, sur leur moral. Mohamed Aïssa estimera aussi que «l'absence de communication avec les autorités locales de leurs régions de résidence» fait partie des causes exogènes qui encouragent ce phénomène.
Par ailleurs, et sur le plan de la lutte contre l'immigration clandestine, les garde-côtes de Béni Saf, dans la wilaya de Aïn Témouchent, ont secouru, jeudi, 48 migrants africains qui tentaient de rejoindre clandestinement les rives espagnoles à bord d'une embarcation pneumatique. Cette opération en mer s'est déroulée suite à l'intervention d'une patrouille de plongeurs à 25 miles au nord de la plage de Béni Saf.
Les plongeurs ont découvert un zodiac avec à son bord 48 migrants de nationalités malienne, sénégalaise, guinéenne et ivoirienne dont 9 femmes et 3 mineurs, parmi eux une fillette de 3 ans.
Selon les témoignages de plusieurs de ces rescapés, leur voyage en mer a débuté à partir des côtes marocaines. Ils se trouvaient en mer depuis quatre jours jusqu'à leur secours jeudi par les garde-côtes algériens. En outre, et à 48 miles au nord des côtes mostaganémoises, dix harraga ont été secourus, mercredi soir, par le car-ferry Djazaïr II qui assurait la liaison Marseille-Oran.
Cette opération de sauvetage a été menée conjointement avec les unités des garde-côtes d'Oran. Ces candidats à l'émigration clandestine, originaires de la wilaya de Mostaganem pour la plupart d'entre eux, ont tenté de rallier les côtes espagnoles à bord d'une embarcation qui a chaviré. Le débarquement des 10 harraga s'est effectué, mercredi, à 21h, au port d'Oran avant qu'ils ne soient remis à la police des frontières, conformément à la réglementation en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.