Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béni Saf, Mostaganem: 58 harraga interceptés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2018

Le phénomène de la harga étant devenu ce qu'il est aujourd'hui, l'Etat est obligé de se tourner vers l'aspect religieux pour essayer d'endiguer le flot incessant des Algériens qui tentent chaque jour de traverser clandestinement la Méditerranée, en direction de l'Espagne ou de l'Italie. Après les tribunaux, les mosquées, puisque la harga est devenue «illicite» après avoir été un délit passible de poursuites judiciaires.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, vient de l'affermir, jeudi dernier, en annonçant que «le Haut Conseil islamique, la plus haute instance d'El Iftaa en Algérie, a décrété le caractère illicite de ce phénomène». Dans une déclaration à la presse, en marge d'une séance plénière à l'APN consacrée aux questions orales adressées à des membres du gouvernement, Mohamed Aïssa a indiqué que la lutte contre l'émigration clandestine était de «la responsabilité de tout un chacun», rappelant le rôle de sensibilisation des imams «au niveau des mosquées», à travers des prêches et des rencontres avec les jeunes à l'étranger «pour leur redonner espoir et les exhorter à retourner au pays». Le ministre indiquera également qu'entre autres solutions, son «département propose le financement des projets des jeunes par le Fonds des wakfs», en parallèle «des opportunités d'emploi offertes dans le cadre du filet social et les mécanismes proposés par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale». Qualifiant les harraga de «victimes», il imputera la responsabilité de ce phénomène à «l'impact négatif des réseaux sociaux» ainsi qu'un certain discours politicien qui influerait, selon le ministre, sur leur moral. Mohamed Aïssa estimera aussi que «l'absence de communication avec les autorités locales de leurs régions de résidence» fait partie des causes exogènes qui encouragent ce phénomène.
Par ailleurs, et sur le plan de la lutte contre l'immigration clandestine, les garde-côtes de Béni Saf, dans la wilaya de Aïn Témouchent, ont secouru, jeudi, 48 migrants africains qui tentaient de rejoindre clandestinement les rives espagnoles à bord d'une embarcation pneumatique. Cette opération en mer s'est déroulée suite à l'intervention d'une patrouille de plongeurs à 25 miles au nord de la plage de Béni Saf.
Les plongeurs ont découvert un zodiac avec à son bord 48 migrants de nationalités malienne, sénégalaise, guinéenne et ivoirienne dont 9 femmes et 3 mineurs, parmi eux une fillette de 3 ans.
Selon les témoignages de plusieurs de ces rescapés, leur voyage en mer a débuté à partir des côtes marocaines. Ils se trouvaient en mer depuis quatre jours jusqu'à leur secours jeudi par les garde-côtes algériens. En outre, et à 48 miles au nord des côtes mostaganémoises, dix harraga ont été secourus, mercredi soir, par le car-ferry Djazaïr II qui assurait la liaison Marseille-Oran.
Cette opération de sauvetage a été menée conjointement avec les unités des garde-côtes d'Oran. Ces candidats à l'émigration clandestine, originaires de la wilaya de Mostaganem pour la plupart d'entre eux, ont tenté de rallier les côtes espagnoles à bord d'une embarcation qui a chaviré. Le débarquement des 10 harraga s'est effectué, mercredi, à 21h, au port d'Oran avant qu'ils ne soient remis à la police des frontières, conformément à la réglementation en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.