Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arrestation d'un réseau de passeurs
IMMIGRATION CLANDESTINE A AIN TéMOUCHENT
Publié dans Liberté le 03 - 03 - 2018

Les agents de la brigade de recherche et d'investigation (BRI) relevant de la Police judiciaire de la sûreté de la wilaya d'Aïn Témouchent ont réussi ce week-end à démanteler un réseau de passeurs composé de six membres. Ces derniers ont été interpellés au moment où ils s'apprêtaient à faire passer des candidats à l'émigration clandestine vers les côtes ibériques.
Selon des sources policières, cette opération a été rendue possible grâce à l'exploitation des informations selon lesquelles ces derniers planifiaient une aventure d'émigration clandestine à partir du littoral témouchentois à travers la collecte de sommes d'argent et des équipements nécessaires. La surveillance de leurs mouvements à travers un plan mis en place a donné lieu à l'arrestation des six membres ainsi que la saisie d'un zodiac, d'une boussole, des jerricans pleins d'essence ainsi qu'une somme importante d'argent dont le montant n'a pas été précisé. Les mis en cause seront présentés devant la justice une fois la procédure réglementaire achevée, a-t-on appris de la même source.
Ainsi, après avoir été depuis des décennies un lieu de transit pour les différents réseaux de trafic de drogue et de contrebande vers l'intérieur du pays contre le trafic de carburant vers le territoire chérifien, voici que le littoral témouchentois long de 80 kilomètres attire de plus en plus de candidats à l'émigration clandestine grâce à des réseaux de passeurs qui se sont multipliés et implantés rapidement, avec cependant une longueur d'avance sur les services de sécurité dont les garde-côtes qui tentent vaille que vaille de les traquer en multipliant leurs efforts avec comme objectif premier de faire échec à toutes les tentatives de nombreux candidats qu'ils soient originaires de la wilaya d'Aïn Témouchent ou d'autres wilayas ou même des subsahariens qui ont réussi à s'infiltrer jusqu'à la wilaya pour se rapprocher des côtes ibériques. Il faut dire que chaque jour des cadavres de subsahariens, la plupart des cas dans un état de décomposition avancée sont repêchés par les garde-côtes dont la dernière opération de secours d'envergure en date remonte au 22 janvier dernier lorsque 48 migrants subsahariens dont 9 femmes et trois mineurs dont le zodiac était tombé en panne ont été secourus.
Il est utile de rappeler que depuis le début de l'année 2018 la mer a rejeté 9 corps de candidats à l'émigration clandestine dont celui d'un ressortissant marocain, ceux de trois africains et de quatre nationaux avec l'identification d'un seul cadavre alors que 162 harragas ont été interceptés.
En 2017, les gardes-côtes relevant du groupement de Béni Saf ont repêché 9 cadavres. Face au phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur, les autorités de la wilaya, à leur tête Mme Ounez Labiba, wali d'Aïn Témouchent, tentent de connaître les raisons qui poussent des personnes, pas uniquement des jeunes, mais bien des familles conscientes du danger qu'elles encourent à fuir le pays, et ce, quel que soit le prix à payer.
À ce titre des enquêtes sociales ont été lancées par les services de la Direction de l'action sociale au profit de 9 harragas originaires de la wilaya d'Aïn Témouchent.
Des enquêtes qui se sont avérées finalement vaines puisqu'aucun des concernés n'a donné sa véritable adresse aux garde-côtes lors de leur arrestation... pour éviter des démêlés avec la justice.
M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.