Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arrestation d'un réseau de passeurs
IMMIGRATION CLANDESTINE A AIN TéMOUCHENT
Publié dans Liberté le 03 - 03 - 2018

Les agents de la brigade de recherche et d'investigation (BRI) relevant de la Police judiciaire de la sûreté de la wilaya d'Aïn Témouchent ont réussi ce week-end à démanteler un réseau de passeurs composé de six membres. Ces derniers ont été interpellés au moment où ils s'apprêtaient à faire passer des candidats à l'émigration clandestine vers les côtes ibériques.
Selon des sources policières, cette opération a été rendue possible grâce à l'exploitation des informations selon lesquelles ces derniers planifiaient une aventure d'émigration clandestine à partir du littoral témouchentois à travers la collecte de sommes d'argent et des équipements nécessaires. La surveillance de leurs mouvements à travers un plan mis en place a donné lieu à l'arrestation des six membres ainsi que la saisie d'un zodiac, d'une boussole, des jerricans pleins d'essence ainsi qu'une somme importante d'argent dont le montant n'a pas été précisé. Les mis en cause seront présentés devant la justice une fois la procédure réglementaire achevée, a-t-on appris de la même source.
Ainsi, après avoir été depuis des décennies un lieu de transit pour les différents réseaux de trafic de drogue et de contrebande vers l'intérieur du pays contre le trafic de carburant vers le territoire chérifien, voici que le littoral témouchentois long de 80 kilomètres attire de plus en plus de candidats à l'émigration clandestine grâce à des réseaux de passeurs qui se sont multipliés et implantés rapidement, avec cependant une longueur d'avance sur les services de sécurité dont les garde-côtes qui tentent vaille que vaille de les traquer en multipliant leurs efforts avec comme objectif premier de faire échec à toutes les tentatives de nombreux candidats qu'ils soient originaires de la wilaya d'Aïn Témouchent ou d'autres wilayas ou même des subsahariens qui ont réussi à s'infiltrer jusqu'à la wilaya pour se rapprocher des côtes ibériques. Il faut dire que chaque jour des cadavres de subsahariens, la plupart des cas dans un état de décomposition avancée sont repêchés par les garde-côtes dont la dernière opération de secours d'envergure en date remonte au 22 janvier dernier lorsque 48 migrants subsahariens dont 9 femmes et trois mineurs dont le zodiac était tombé en panne ont été secourus.
Il est utile de rappeler que depuis le début de l'année 2018 la mer a rejeté 9 corps de candidats à l'émigration clandestine dont celui d'un ressortissant marocain, ceux de trois africains et de quatre nationaux avec l'identification d'un seul cadavre alors que 162 harragas ont été interceptés.
En 2017, les gardes-côtes relevant du groupement de Béni Saf ont repêché 9 cadavres. Face au phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur, les autorités de la wilaya, à leur tête Mme Ounez Labiba, wali d'Aïn Témouchent, tentent de connaître les raisons qui poussent des personnes, pas uniquement des jeunes, mais bien des familles conscientes du danger qu'elles encourent à fuir le pays, et ce, quel que soit le prix à payer.
À ce titre des enquêtes sociales ont été lancées par les services de la Direction de l'action sociale au profit de 9 harragas originaires de la wilaya d'Aïn Témouchent.
Des enquêtes qui se sont avérées finalement vaines puisqu'aucun des concernés n'a donné sa véritable adresse aux garde-côtes lors de leur arrestation... pour éviter des démêlés avec la justice.
M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.