Cours de justice: Mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Tlemcen: 20 communes sans eau suite à un incident à la station de dessalement de Honaine    Quatre avions et un navire d'aides algériennes pour le Liban    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Les feux de forêts mobilisent    RELATIVE OFFICIALITE    Des dégâts matériels enregistrés: Deux forts séismes sèment la panique à Mila    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Djerrar opéré avec succès    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Deux Algériens légèrement blessés    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marée humaine à Béjaïa
marche de soutien aux travailleurs de cevital
Publié dans Liberté le 15 - 05 - 2018

Les marcheurs ont réussi à transcender leurs opinions politiques pour s'élever comme un seul homme contre la "politique d'ostracisme" et le "régionalisme économique" dont est victime la Kabylie.
C'est sous les cris "Assa Azekka, Cevital yella yella", entrecoupés d'applaudissements nourris, qu'une véritable marée humaine a entamé, hier matin, vers 10h30, la marche de "l'espoir", à laquelle avait appelé la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques. Le coup d'envoi de cette manifestation de rue a été donné par les organisateurs depuis le siège du complexe agroalimentaire Cevital de Béjaïa. Ce qu'il fallait relever de prime abord, c'est que la mobilisation des grands jours était vraiment au rendez-vous.
La preuve, des milliers de personnes, venues de plusieurs régions du pays, notamment de Blida, Sétif, Bordj Bou-Arréridj, Oran, Tizi Ouzou, Alger et Bouira, ont pris part à cette démonstration de rue qui a finalement connu un franc succès. En effet, le boulevard alongeant l'arrière-port depuis l'usine de Cevital jusqu'au rond-point jouxtant le siège de l'Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB) grouillait de monde. Outre les travailleurs du groupe Cevital, vêtus de gilets portant le logo de leur société, il y avait des acteurs de la société civile, dont des syndicalistes et des militants associatifs, des étudiants, de jeunes chômeurs, notamment des universitaires, des députés et des élus locaux (APW et APC), des représentants de plusieurs entreprises privées et autres citoyens lambda qui sont venus exprimer leur soutien à Cevital. En outre, on a remarqué parmi la foule, la présence des parlementaires du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mme Nora Ouali, Atmane Mazouz et Lila Hadj Arab, le député du Front El-Moustakbel (l'Avenir), Khaled Tazaghart, Mme Ouagueni née Zina Ikhlef, le porte-parole du parti Alternative pour le changement (AC), le Dr Djamel Marniche, l'ancien président de l'APW FFS de Béjaïa (1997-2002) et néanmoins coordinateur de wilaya de Jil Jadid, Rabah Naceri, le représentant du Rassemblement pour la Kabylie (RPK), Sofiane Adjlane...
L'impeccable organisation, la remarquable mobilisation et le climat de sérénité ayant marqué cette marche dite de "l'espoir", n'ont fait que confirmer le caractère revendicatif et pacifique de cette dernière. Un autre constat à mettre aussi à l'actif de ce mouvement de contestation sociale, tous les participants à la marche ont réussi à transcender leurs opinions politiques pour s'élever comme un seul homme contre la "politique d'ostracisme" et le "régionalisme économique" dont est victime la région de Kabylie en général et la wilaya de Béjaïa en particulier.
En tête de la marche, un groupe de manifestants arboraient une imposante banderole sur laquelle on pouvait lire "Non à l'instrumentalisation de la justice !" Plusieurs autres marcheurs ont brandi tout au long de l'itinéraire de la manifestation, des banderoles et autres pancartes portant les mots d'ordre mis en avant par les organisateurs, tels que "Non au blocage des investissements de Cevital", "Non à la politique de deux poids, deux mesures", "Non à l'embargo sur la Kabylie", "Non au sabotage de Cevital", "Oui à la répartition équitable des richesses nationales"...
Arrivée devant le siège de l'EPB, la procession humaine marque une halte au niveau du carrefour du port, où le porte-parole de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, Mourad Bouzidi, lançait à tue-tête sur la benne d'un camion, "Non aux casernes de gendarmerie ! Oui pour des usines et la création d'emplois !". Ensuite, les manifestants reprendront leur chemin vers le siège de la wilaya, en passant par le boulevard Mustapha-Benboulaïd, la place El-Qods puis la rue de la Liberté.Au bout du parcours, long de quelque cinq kilomètres, les milliers de marcheurs se rassemblent devant le portail de la wilaya de Béjaïa. Perché sur la benne d'un camion équipé de matériel de sonorisation, Rachid Mansouri, élu RCD à l'APC de Béjaïa, clamait au micro : "Oui au déblocage de l'ensemble des projets de Cevital", "Oui pour la création des richesses et d'emplois à Béjaïa", "Non à l'étouffement économique de la Kabylie"...
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.