Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marée humaine à Béjaïa
marche de soutien aux travailleurs de cevital
Publié dans Liberté le 15 - 05 - 2018

Les marcheurs ont réussi à transcender leurs opinions politiques pour s'élever comme un seul homme contre la "politique d'ostracisme" et le "régionalisme économique" dont est victime la Kabylie.
C'est sous les cris "Assa Azekka, Cevital yella yella", entrecoupés d'applaudissements nourris, qu'une véritable marée humaine a entamé, hier matin, vers 10h30, la marche de "l'espoir", à laquelle avait appelé la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques. Le coup d'envoi de cette manifestation de rue a été donné par les organisateurs depuis le siège du complexe agroalimentaire Cevital de Béjaïa. Ce qu'il fallait relever de prime abord, c'est que la mobilisation des grands jours était vraiment au rendez-vous.
La preuve, des milliers de personnes, venues de plusieurs régions du pays, notamment de Blida, Sétif, Bordj Bou-Arréridj, Oran, Tizi Ouzou, Alger et Bouira, ont pris part à cette démonstration de rue qui a finalement connu un franc succès. En effet, le boulevard alongeant l'arrière-port depuis l'usine de Cevital jusqu'au rond-point jouxtant le siège de l'Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB) grouillait de monde. Outre les travailleurs du groupe Cevital, vêtus de gilets portant le logo de leur société, il y avait des acteurs de la société civile, dont des syndicalistes et des militants associatifs, des étudiants, de jeunes chômeurs, notamment des universitaires, des députés et des élus locaux (APW et APC), des représentants de plusieurs entreprises privées et autres citoyens lambda qui sont venus exprimer leur soutien à Cevital. En outre, on a remarqué parmi la foule, la présence des parlementaires du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mme Nora Ouali, Atmane Mazouz et Lila Hadj Arab, le député du Front El-Moustakbel (l'Avenir), Khaled Tazaghart, Mme Ouagueni née Zina Ikhlef, le porte-parole du parti Alternative pour le changement (AC), le Dr Djamel Marniche, l'ancien président de l'APW FFS de Béjaïa (1997-2002) et néanmoins coordinateur de wilaya de Jil Jadid, Rabah Naceri, le représentant du Rassemblement pour la Kabylie (RPK), Sofiane Adjlane...
L'impeccable organisation, la remarquable mobilisation et le climat de sérénité ayant marqué cette marche dite de "l'espoir", n'ont fait que confirmer le caractère revendicatif et pacifique de cette dernière. Un autre constat à mettre aussi à l'actif de ce mouvement de contestation sociale, tous les participants à la marche ont réussi à transcender leurs opinions politiques pour s'élever comme un seul homme contre la "politique d'ostracisme" et le "régionalisme économique" dont est victime la région de Kabylie en général et la wilaya de Béjaïa en particulier.
En tête de la marche, un groupe de manifestants arboraient une imposante banderole sur laquelle on pouvait lire "Non à l'instrumentalisation de la justice !" Plusieurs autres marcheurs ont brandi tout au long de l'itinéraire de la manifestation, des banderoles et autres pancartes portant les mots d'ordre mis en avant par les organisateurs, tels que "Non au blocage des investissements de Cevital", "Non à la politique de deux poids, deux mesures", "Non à l'embargo sur la Kabylie", "Non au sabotage de Cevital", "Oui à la répartition équitable des richesses nationales"...
Arrivée devant le siège de l'EPB, la procession humaine marque une halte au niveau du carrefour du port, où le porte-parole de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, Mourad Bouzidi, lançait à tue-tête sur la benne d'un camion, "Non aux casernes de gendarmerie ! Oui pour des usines et la création d'emplois !". Ensuite, les manifestants reprendront leur chemin vers le siège de la wilaya, en passant par le boulevard Mustapha-Benboulaïd, la place El-Qods puis la rue de la Liberté.Au bout du parcours, long de quelque cinq kilomètres, les milliers de marcheurs se rassemblent devant le portail de la wilaya de Béjaïa. Perché sur la benne d'un camion équipé de matériel de sonorisation, Rachid Mansouri, élu RCD à l'APC de Béjaïa, clamait au micro : "Oui au déblocage de l'ensemble des projets de Cevital", "Oui pour la création des richesses et d'emplois à Béjaïa", "Non à l'étouffement économique de la Kabylie"...
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.