Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque mondiale prévoit une croissance de 3,5% en 2018
Perspectives économiques pour l'Algérie
Publié dans Liberté le 07 - 06 - 2018

La croissance pourrait chuter à 2% seulement en 2019 et à 1,3% en 2020. Ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes.
La Banque mondiale (BM) a révisé légèrement à la baisse sa prévision de croissance pour l'économie algérienne en 2018, par rapport à ses projections de janvier dernier.
Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi soir à Washington, la Banque mondiale prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de l'Algérie à 3,5% en 2018. Le rapport table sur une croissance de 2% en 2019. Elle pourrait connaître un ralentissement significatif en 2020, avec un taux projeté de 1,3%. En janvier dernier, la Banque mondiale prévoyait un taux de croissance du PIB réel de 3,6% en 2018, 2,5% en 2019 et 1,6% en 2020. La croissance économique s'est ralentie l'année dernière par suite d'une légère diminution de la production d'hydrocarbures qui n'a pas été contrebalancée par une augmentation plus forte que prévu des dépenses publiques.
Selon les estimations de la Banque mondiale le taux de croissance du PIB réel s'est établi à 1,6% soit un niveau inférieur à celui de 3,3% réalisé en 2016 et 3,7% enregistré en 2015. Dans son rapport de suivi de la situation économique publié en avril dernier, l'institution de Bretton Woods estimait que la croissance, en Algérie, devrait reprendre rapidement en 2018 par suite du processus d'expansion budgétaire.
La Banque mondiale avait estimé que le taux de croissance du PIB devrait s'établir à 3,5% cette année. Il sera toutefois difficile pour le taux de croissance du PIB de dépasser le seuil de 2% sur la période 2019-2020, ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes. Le rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié avant-hier, constate que la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord s'est renforcée cette année, les pays exportateurs de pétrole s'étant remis d'une année de baisse de la production pétrolière et de rigueur budgétaire et les pays importateurs de pétrole ayant enregistré une progression de la demande intérieure et extérieure. Plusieurs pays exportateurs de pétrole, dont l'Algérie, ont assoupli leurs projets d'assainissement des finances publiques suite à la hausse des prix du pétrole.
L'activité dans les secteurs non pétroliers a enregistré une croissance modeste. "L'Algérie et l'Arabie saoudite ont revu à la hausse leurs projets de dépenses d'investissement", relève le rapport de la Banque mondiale. Evoquant les perspectives, le rapport indique que la croissance dans la région devrait se renforcer à 3% en 2018 puis à 3,3% en 2019, grâce en grande partie au relèvement des pays exportateurs de pétrole de l'effondrement des prix de cette matière première.
Les pays exportateurs de pétrole devraient accroître leurs dépenses d'investissement grâce à l'augmentation des revenus intérieurs et à la hausse des prix du pétrole. Cependant, estime la Banque mondiale, les risques d'assombrissement des perspectives sont prépondérants. La hausse récente des prix du pétrole pourrait ne pas être soutenue et être contrariée par une production de pétrole de schiste plus importante que prévu aux Etats-Unis.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.