Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Attar prendra part mercredi aux travaux de la 20e réunion du JMMC    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Ces chiffres qui déroutent la population à Tizi Ouzou    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ali Ghediri entame une grève de la faim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque mondiale prévoit une croissance de 3,5% en 2018
Perspectives économiques pour l'Algérie
Publié dans Liberté le 07 - 06 - 2018

La croissance pourrait chuter à 2% seulement en 2019 et à 1,3% en 2020. Ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes.
La Banque mondiale (BM) a révisé légèrement à la baisse sa prévision de croissance pour l'économie algérienne en 2018, par rapport à ses projections de janvier dernier.
Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi soir à Washington, la Banque mondiale prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de l'Algérie à 3,5% en 2018. Le rapport table sur une croissance de 2% en 2019. Elle pourrait connaître un ralentissement significatif en 2020, avec un taux projeté de 1,3%. En janvier dernier, la Banque mondiale prévoyait un taux de croissance du PIB réel de 3,6% en 2018, 2,5% en 2019 et 1,6% en 2020. La croissance économique s'est ralentie l'année dernière par suite d'une légère diminution de la production d'hydrocarbures qui n'a pas été contrebalancée par une augmentation plus forte que prévu des dépenses publiques.
Selon les estimations de la Banque mondiale le taux de croissance du PIB réel s'est établi à 1,6% soit un niveau inférieur à celui de 3,3% réalisé en 2016 et 3,7% enregistré en 2015. Dans son rapport de suivi de la situation économique publié en avril dernier, l'institution de Bretton Woods estimait que la croissance, en Algérie, devrait reprendre rapidement en 2018 par suite du processus d'expansion budgétaire.
La Banque mondiale avait estimé que le taux de croissance du PIB devrait s'établir à 3,5% cette année. Il sera toutefois difficile pour le taux de croissance du PIB de dépasser le seuil de 2% sur la période 2019-2020, ce qui représente une progression anémique pour un pays à revenu intermédiaire comptant une très forte proportion de jeunes. Le rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié avant-hier, constate que la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord s'est renforcée cette année, les pays exportateurs de pétrole s'étant remis d'une année de baisse de la production pétrolière et de rigueur budgétaire et les pays importateurs de pétrole ayant enregistré une progression de la demande intérieure et extérieure. Plusieurs pays exportateurs de pétrole, dont l'Algérie, ont assoupli leurs projets d'assainissement des finances publiques suite à la hausse des prix du pétrole.
L'activité dans les secteurs non pétroliers a enregistré une croissance modeste. "L'Algérie et l'Arabie saoudite ont revu à la hausse leurs projets de dépenses d'investissement", relève le rapport de la Banque mondiale. Evoquant les perspectives, le rapport indique que la croissance dans la région devrait se renforcer à 3% en 2018 puis à 3,3% en 2019, grâce en grande partie au relèvement des pays exportateurs de pétrole de l'effondrement des prix de cette matière première.
Les pays exportateurs de pétrole devraient accroître leurs dépenses d'investissement grâce à l'augmentation des revenus intérieurs et à la hausse des prix du pétrole. Cependant, estime la Banque mondiale, les risques d'assombrissement des perspectives sont prépondérants. La hausse récente des prix du pétrole pourrait ne pas être soutenue et être contrariée par une production de pétrole de schiste plus importante que prévu aux Etats-Unis.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.