Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'avant-projet de loi prévoit une "institution neutre"
langue amazighe
Publié dans Liberté le 12 - 06 - 2018

Quelques jours après son adoption par le Conseil des ministres, le projet de loi organique relatif à l'académie algérienne de langue amazighe a atterri entre les mains des députés. Nous en avons obtenu une copie.
Le projet de loi définit, en gros, les missions de la future académie qui est chargée avant tout de "consacrer tamazight comme langue officielle".
Dans l'exposé des motifs, les rédacteurs du document expliquent que l'institution est chargée "de recueillir le corpus national de la langue amazighe dans toutes ses variétés linguistiques, d'établir la normalisation de la langue amazighe à tous les niveaux de description, d'analyse linguistique, d'élaborer et d'éditer un dictionnaire référentiel de la langue amazighe". Le document mis entre les mains des députés précise que l'académie aura également à mener "des recherches dans tous les domaines de la promotion de la langue amazighe, à travers la codification et la standardisation de la langue sur la base de l'ancrage social et de la dynamique culturelle dans toutes ses variétés par une approche convergente". Comme indiqué dans le récent communiqué du Conseil des ministres, les membres de l'académie algérienne de langue amazighe "sont choisis parmi les experts et compétences avérées dans les domaines des sciences du langage en rapport avec la langue amazighe et les sciences connexes". "Ils doivent jouir de la nationalité algérienne et justifier d'un niveau universitaire", ajoute le projet de loi. Comme pour balayer les accusations du caractère "politique" de l'institution, le projet de loi précise, dans l'exposé des motifs, que la "composante de cette institution, au profil exclusivement scientifique, garantit son statut d'autorité de référence en la matière, conférant ainsi à ses travaux un caractère académique, neutre et impartial basé sur l'apport d'experts et des compétences scientifiques avérées".
En plus du président, que doit choisir le président de la République, le texte prévoit d'autres organes à la future académie de langue amazighe. Il s'agit notamment du "Conseil de l'académie", composé de l'ensemble de "50 membres tout au plus". Le Conseil se réunit tous les 4 mois, précise le texte. Il est considéré comme l'instance suprême de l'académie.
En plus du Conseil, l'académie algérienne de langue amazighe sera dotée d'un bureau dont les 6 membres sont "élus par leurs pairs pour un mandat de deux ans".
Comme pour les autres institutions publiques, l'académie algérienne de langue amazighe sera dotée d'un secrétariat dont le secrétaire général sera nommé par décret présidentiel.
Le projet de loi sera soumis au débat le 20 juin prochain. Son adoption est programmée pour le 28 du même mois.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.