Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'équivalent de 30 milliards de dollars imprimé en 3 mois
Recours à La planche à billets
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2018

Le chiffre représente presque la totalité des prévisions des budgets d'équipements prévus dans la loi de finances 2018. Mais plus frappant encore est le montant des billets tirés en janvier 2018.
Plus de six mois après la promulgation de la loi permettant au gouvernement de recourir à la planche à billets, la Banque d'Algérie a rendu publics les montants mobilisés jusque-là. Selon les chiffres publiés dans le dernier numéro du Journal officiel, la Banque d'Algérie a "prêté" au Trésor public un montant de
3 585 milliards de dinars jusqu'au 31 mars 2018. Cela représente plus de 30 milliards de dollars américains. Le chiffre est faramineux. Il représente presque la totalité des prévisions de budgets d'équipements prévus dans la loi de finances 2018. Mais plus frappant encore est le montant des billets tirés en janvier 2018. Durant la période allant de décembre à fin janvier de l'année en cours, pas moins de 1 400 milliards de dinars (donc plus de 14 milliards de dollars) ont été tirés des planches de la Banque d'Algérie pour aller, en principe, couvrir les dépenses d'équipement du gouvernement.
En revanche, il semble que depuis fin janvier, les autorités n'ont pas eu recours aux "prêts" de la Banque d'Algérie. Puisque, selon le tableau de la Banque centrale, le même montant de 3 558 milliards de dinars est gardé jusqu'à la fin du mois de mars. Ce montant était de 2 185 à la fin de l'année dernière. Ce qui signifie que de novembre 2017, date à laquelle la loi sur la monnaie et le cédit a été modifiée, le gouvernement a utilisé plus de 21 milliards de dollars en "financement non conventionnel". Pourtant, le gouvernement avait expliqué qu'il n'avait besoin que de l'équivalent de 500 milliards de dinars (donc un peu plus de 5 milliards de dollars) pour achever le budget restant.
Le reste des prêts sollicités devaient être destinés à payer les entreprises de réalisation qui ont construit des projets publics, notamment dans le bâtiment et les travaux publics. Reste à savoir si les montants tirés en janvier, et qui n'ont pas été suivis d'autres, suffiront pour tenir toute l'année.
Cette émission de titres, autrement dit la planche à billets, a été réalisée dans le cadre de l'article 45 bis de la loi relative à la monnaie et au crédit de 2003 modifiée et complétée en octobre 2017, qui stipule que "la Banque Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l'achat directement auprès du Trésor de titres émis par celui-ci, à l'effet de participer, notamment, à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d'investissement (FNI)". En outre, l'article 45 bis note que "ce dispositif est mis en œuvre pour accompagner la réalisation d'un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l'issue de la période susvisée, notamment, au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l'Etat et de l'équilibre de la balance des paiements".
Les économistes et des hommes politiques, appuyés plus tard par le Fonds monétaire international, ont mis en garde le gouvernement quant au risque inflationniste qui pourrait être généré par le recours à la planche à billets. Le gouvernement, lui, espère maîtriser le risque inflationniste qui reste, jusque-là, modéré, selon les chiffres fournis par l'Office national des statistiques (ONS).
Ali Boukhlef/APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.