Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    177 décès enregistrés à ce jour    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : de lourdes peines pour les leaders du Hirak
Rabat a choisi la voie du pourrissement dans le Rif
Publié dans Liberté le 28 - 06 - 2018

Ce procès contre des citoyens revendiquant un minimum de dignité sociale restera dans les annales de l'histoire du Maroc de par sa nature politique que par les lourdes peines prononcées à l'encontre des manifestants rifains.
Les manifestants du Hirak, le mouvement rifain de contestation sociale, ont été condamnés mardi soir à de lourdes, mais injustes, peines de prison allant jusqu'à 20 ans de prison ferme, à l'issue d'un procès politique que Rabat a choisi comme réponse aux revendications d'ordre social et économique. Et c'est évidemment les figures charismatiques du Hirak, dont Nasser Zefzafi, Nabil Ahmjiq, Ouassim Boustati et Samir Ighid, qui écopent des peines les plus lourdes, accusés à tort et sans preuves de "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat". Dans ce procès qui a duré neuf mois, la justice a refusé d'écouter les militants du Hirak qui ont subi, parallèlement, lors de leur détention les pires sévices physiques et psychologiques pour les obliger à renoncer à défendre une vie digne dans une région marginalisée depuis des décennies par les autorités. À l'annonce du verdict qui concerne 53 manifestants, dont la peine la moins lourde est d'un an, couvrant la détention préventive, et 5000 dirhams d'amende, les Rifains sont sortis dans la rue à El-Hoceima et d'autres villes de la région pour dénoncer ce que l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH) a qualifié de "simulacre de justice", lit-on sur twitter. Ces manifestations ont été marquées par de nouvelles arrestations et des répressions à coups de gaz lacrymogène. Les photos des proches des manifestants condamnés, les montrant complètement effondrés, ont fait le tour des réseaux sociaux, en plus des messages d'indignation des Marocains, qu'ils soient rifains ou issus d'autres régions aussi marginalisées que le Rif. Car l'opinion publique marocaine dénonce depuis des mois et la colère est aussi montée dans la ville minière de Jerada, où de nombreux mineurs ont péri dans les mines abandonnées par l'Etat, faute d'un emploi stable pouvant leur garantir une vie digne. "Les décisions désastreuses de l'Etat menacent la stabilité et la cohésion du pays", a fustigé Nabila Mounib, figure de la gauche au Maroc à la tête du PSU (Parti socialiste unifié, gauche), lors d'une conférence consacrée à la contestation sociale dans le pays et aux détentions politiques, hier à Casablanca. Pour rappel, les militants rifains ont refusé d'assister aux audiences, mais ils ont été ramenés de force de leurs cellules et à maintes reprises. Les dernières audiences consacrées aux plaidoiries ont été également boycottées par les avocats de la défense par "solidarité" avec les détenus. À l'étranger, notamment en Europe, des rassemblements de soutien aux détenus du Hirak ont été organisés hier et d'autres sont programmés dans les jours à venir. Pour rappel, le mouvement de contestation rifain a commencé en 2016, après la mort d'un jeune poissonnier, écrasé par une benne à ordures en tentant de sauver sa maigre marchandise que la police lui a saisie. Mais le mouvement a pris de l'ampleur pour devenir une contestation réclamant une meilleure prise en charge du Rif sur le plan socioéconomique, après des décennies de marginalisation. Le roi Mohammed VI a usé d'abord de la carte de la répression, puis du limogeage de certains responsables du gouvernement, mais cela n'a pas calmé les esprits des Rifains qui réclamaient de vraies réformes. Incapable de répondre à des revendications, somme toute légitimes, le roi marocain a préféré jouer à fond la carte de la justice, ce qui risque d'entraîner le pays dans le chaos dans les jours et semaines à venir.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.