Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : de lourdes peines pour les leaders du Hirak
Rabat a choisi la voie du pourrissement dans le Rif
Publié dans Liberté le 28 - 06 - 2018

Ce procès contre des citoyens revendiquant un minimum de dignité sociale restera dans les annales de l'histoire du Maroc de par sa nature politique que par les lourdes peines prononcées à l'encontre des manifestants rifains.
Les manifestants du Hirak, le mouvement rifain de contestation sociale, ont été condamnés mardi soir à de lourdes, mais injustes, peines de prison allant jusqu'à 20 ans de prison ferme, à l'issue d'un procès politique que Rabat a choisi comme réponse aux revendications d'ordre social et économique. Et c'est évidemment les figures charismatiques du Hirak, dont Nasser Zefzafi, Nabil Ahmjiq, Ouassim Boustati et Samir Ighid, qui écopent des peines les plus lourdes, accusés à tort et sans preuves de "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat". Dans ce procès qui a duré neuf mois, la justice a refusé d'écouter les militants du Hirak qui ont subi, parallèlement, lors de leur détention les pires sévices physiques et psychologiques pour les obliger à renoncer à défendre une vie digne dans une région marginalisée depuis des décennies par les autorités. À l'annonce du verdict qui concerne 53 manifestants, dont la peine la moins lourde est d'un an, couvrant la détention préventive, et 5000 dirhams d'amende, les Rifains sont sortis dans la rue à El-Hoceima et d'autres villes de la région pour dénoncer ce que l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH) a qualifié de "simulacre de justice", lit-on sur twitter. Ces manifestations ont été marquées par de nouvelles arrestations et des répressions à coups de gaz lacrymogène. Les photos des proches des manifestants condamnés, les montrant complètement effondrés, ont fait le tour des réseaux sociaux, en plus des messages d'indignation des Marocains, qu'ils soient rifains ou issus d'autres régions aussi marginalisées que le Rif. Car l'opinion publique marocaine dénonce depuis des mois et la colère est aussi montée dans la ville minière de Jerada, où de nombreux mineurs ont péri dans les mines abandonnées par l'Etat, faute d'un emploi stable pouvant leur garantir une vie digne. "Les décisions désastreuses de l'Etat menacent la stabilité et la cohésion du pays", a fustigé Nabila Mounib, figure de la gauche au Maroc à la tête du PSU (Parti socialiste unifié, gauche), lors d'une conférence consacrée à la contestation sociale dans le pays et aux détentions politiques, hier à Casablanca. Pour rappel, les militants rifains ont refusé d'assister aux audiences, mais ils ont été ramenés de force de leurs cellules et à maintes reprises. Les dernières audiences consacrées aux plaidoiries ont été également boycottées par les avocats de la défense par "solidarité" avec les détenus. À l'étranger, notamment en Europe, des rassemblements de soutien aux détenus du Hirak ont été organisés hier et d'autres sont programmés dans les jours à venir. Pour rappel, le mouvement de contestation rifain a commencé en 2016, après la mort d'un jeune poissonnier, écrasé par une benne à ordures en tentant de sauver sa maigre marchandise que la police lui a saisie. Mais le mouvement a pris de l'ampleur pour devenir une contestation réclamant une meilleure prise en charge du Rif sur le plan socioéconomique, après des décennies de marginalisation. Le roi Mohammed VI a usé d'abord de la carte de la répression, puis du limogeage de certains responsables du gouvernement, mais cela n'a pas calmé les esprits des Rifains qui réclamaient de vraies réformes. Incapable de répondre à des revendications, somme toute légitimes, le roi marocain a préféré jouer à fond la carte de la justice, ce qui risque d'entraîner le pays dans le chaos dans les jours et semaines à venir.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.