Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : la cause rifaine s'internationalise
Tournée européenne du père de Nasser Zefzafi
Publié dans Liberté le 17 - 12 - 2017

En quête de soutien pour la libération des détenus du Hirak du Rif, dont beaucoup ont été condamnés à de lourdes peines, et que d'autres sont en instance de jugement, dont son fils Nasser, Ahmed Zefzafi est actuellement en tournée en Europe.
Face au refus des autorités marocaines de prendre en considération les revendications légitimes des militants du Rif, dont notamment la libération des détenus arrêtés au cours des manifestations qui ont secoué cette région du Maroc depuis la mort tragique du vendeur de poisson Mohcine Fikri en octobre 2016, le père du leader de ce mouvement de contestation s'est tourné vers l'étranger pour trouver du soutien. Ainsi, Ahmed Zefzafi, le père de Nasser Zefzafi, le leader du Hirak du Rif, détenu et jugé au Maroc, où il risque de très lourdes peines de prison, a été reçu, vendredi, à Genève, dans les bureaux du Haut-Commissariat aux droits de l'homme relevant de l'ONU, a indiqué le site rifonline.net. Accompagné de plusieurs militants des droits de l'homme, membres du Hirak en Europe et d'acteurs associatifs, Ahmed Zefzafi a exposé aux responsables onusiens la situation des droits de l'homme dans le Rif marocain, la souffrance des détenus rifains et le calvaire de leurs familles, a indiqué la même source. À l'issue de cette entrevue, le père de Nasser Zefzafi a affirmé dans une déclaration au site rifonline que "sa démarche ne visait en aucun cas à porter atteinte à l'Etat marocain ou à ses gouverneurs". Ahmed Zefzafi a expliqué qu'il ne s'agissait que d'une démarche visant à obtenir un soutien pour libérer les détenus du Hirak, injustement incarcérés dans les prisons marocaines. Dans une autre déclaration, il a catégoriquement exclu une éventuelle marche arrière de son fils Nasser quant à ses positions vis-à-vis du Hirak et de ses revendications. "Si vous avez entendu que Nasser Zefzafi a reculé, vendu, négocié, dupé ou fait quelque chose de ce genre, faites-moi un procès populaire sur la place des Martyrs à Al-Hoceima", a-t-il martelé. Ahmed Zefzafi avait affirmé, faut-il le rappeler, lors d'une rencontre avec des membres de la diaspora rifaine à Bruxelles, que même son épouse ne manque pas d'inciter son fils à persévérer dans son action militante. Il y a lieu de rappeler qu'Ahmed Zefzafi a entamé sa tournée en Europe, il y a presque deux semaines, pour médiatiser la cause des détenus rifains, incarcérés dans les geôles marocaines, afin d'obtenir leur libération. Il a été reçu au Parlement néerlandais, ainsi qu'en Belgique, avant de rallier la France, où il a eu de nombreuses rencontres avec la diaspora rifaine, notamment à Montpellier et à Paris. Quant au déroulement du procès des prisonniers du Hirak du Rif, la cour d'appel de Casablanca, qui juge Nasser Zefzafi et ses co-détenus, a décidé de programmer dès la reprise des audiences fixée au 19 décembre deux audiences par semaine dans le but d'accélérer le procès.
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.