Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce sera désormais tous les deux ans
rencontres cinématographiques de béjaïa
Publié dans Liberté le 27 - 08 - 2018

En plus de réunir douze ciné-clubs maghrébins, sept festivals internationaux et la projection de 24 œuvres cinématographiques, il a été révélé, lors d'une conférence de presse tenue hier, que Le Béjaïa Film Laboratoire, créé en 2015, reviendrait, dorénavant, tous les deux ans.
Les organisateurs des Rencontres Cinématographiques de Bejaïa ainsi que les co-fondateurs du collectif Cinuvers, ont animé, hier dans la matinée à la Cinémathèque d'Alger, une conférence de presse en amont de la tenue des 16es RCB. Sous le slogan "Azul cinéma", ce rendez-vous annuel se déroulera à la cinémathèque de Béjaïa, du 1er au 6 septembre prochains, où 24 films seront projetés, dont 21 en avant-première. Le directeur de Béjaïa Film Laboratoire, Amine Hattou, dira, que pour cette édition, le BFL n'aura pas lieu cette année, après les trois éditions consécutives qui se sont tenues depuis sa créations en 2015. "Nous avons décidé de le renouveler tous les deux ans" dira-t-il avant d'ajouter : "C'est principalement dû au financement, parce que le Béjaïa Film Laboratoire c'est aussi des prix, des consultants et des bourses qui existent grâce au bénévolat. Mais pour l'année prochaine, nous sommes déjà en pourparlers avec des partenaires". Pour Laïla Aoudj, ce rendez-vous qui a permis à de nombreux jeunes réalisateurs de concrétiser leurs projets cinématographiques, grâce aux bourses notamment, demande des ressources humaines et financières considérables : "Le faire chaque année devient très compliqué, On a réussi à maintenir les RCB, pendant 16 ans sans interruption, c'est déjà énorme surtout lorsque l'on sait que ça ne fonctionne que grâce au bénévolat". Par ailleurs, parmi les films projetés lors de cette édition, il y aura six films algériens, déclarera la directrice artistique, Laïla Aoudj : "Même si l'on n'a pas une très grande production" dira-t-elle, "elle est cependant de qualité. Nous avons l'habitude de projeter 5 à 6 films annuellement lors des RCB, et il en sera de même cette année, avec six films algériens, auxquels ces rencontres offrent une visibilité". Aussi, l'objectif de cette année, sera selon les conférenciers, de réunir d'un côté, les festivals, qui, selon Aoudj "entretiendraient un lien et pourraient communiquer entre eux, en plus de la possibilité d'aboutir à des échanges et des partenariats". Ces festivals seront au nombre de sept, dont celui du Cinéma méditerranéen d'Alexandrie, Nouakshort de Mauritanie, ou encore celui du film amazigh de Tizi Ouzou. Et d'un autre côté, le focus sera mis sur la rencontre du public et des réalisateurs, dont certains seront présents lors des avant-premières, à l'instar de Nadir Dendoune avec Des figues en avril -qui sera d'ailleurs projeté en ouverture-- ainsi que celle des douze ciné-clubs maghrébins, dont celui de Mascara, Nouakchott, Bord Bou-Arréridj, Tunis, Alger et Béjaïa. Les conférenciers révèleront que la première journée de ces rencontres sera dédiée à la présentation des participants, tandis que lors de la deuxième, le focus sera mis sur le networking, une idée de création d'un festival itinérant, et surtout, la possibilité de créer une fédération algérienne des ciné-clubs. Pour leur part, les co-fondateurs du collectif Cinuvers, Khalil Redouane Madani et Nabil Ait Saïd, expliqueront que des journées Focus (les 8, 9 et 10 septembre), en partenariat avec l'association Project'heurts et l'ONCI se tiendront à la salle Atlas d'Alger, où dix des films soutenus par le Fonds arabe pour les arts et la culture ( AFAC) seront projetés. L'objectif de ces projections parallèles aux RCB, sera, selon eux "d'offrir un programme divers et varié de ces productions. Nous avons essayé de mettre en avant une sélection de courts et de longs-métrages, de fictions et de documentaires qui toucheraient à tous les thèmes et toutes les nationalités".
Yasmine Azzouz

Précision : Contrairement à ce que suggère le titre, c'est le Bejaia Film Laboratoire, une activité qui se tient parallèlement aux Rencontres Cinématographiques de Béjaia, qui se tiendra désormais tous les deux ans. Nous nous excusons auprès de nos lecteurs et des organisateurs de l'évènement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.