Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Ligue arabe volera-t-elle au secours de l'UNRWA ?
Une réunion ministérielle d'urgence est convoquée pour septembre
Publié dans Liberté le 01 - 09 - 2018

La Ligue arabe tiendra une session d'urgence durant ce mois de septembre pour discuter du déficit financier de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).
La Jordanie a annoncé, jeudi, qu'elle convoquerait les ministres arabes des Affaires étrangères pour la tenue d'une session d'urgence afin de discuter de la crise financière à laquelle est confronté l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA). Selon l'agence de presse palestinienne Wafa qui rapporte l'information, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a mis en garde sur les répercussions du déficit financier de l'Office dans la région, insistant sur la nécessité du respect de l'engagement de la communauté internationale. Le chef de la diplomatie jordanienne a affirmé lors d'une conférence commune avec le commissaire général de l'UNRWA, Pierre Cranebull, à Amman, que le manque du financement "signifie un manque des services fondamentaux présentés aux réfugiés". Il a souligné qu'"aucun pays n'a le droit de décider qui est réfugié palestinien", sachant que les réfugiés palestiniens et leurs droits sont déjà "reconnus" par la loi internationale. De son côté, le premier responsable de l'UNRWA a révélé que l'agence onusienne, qui fournit les services à plus de cinq millions de réfugiés palestiniens dans la région, souffre "d'un déficit financier de 400 millions de dollars". Selon plusieurs médias arabes, la session ministérielle d'urgence devrait se tenir en marge de la réunion de la Ligue des Etats arabes, prévue au mois de septembre prochain. Ceci étant, l'Office onusien a confirmé, jeudi, l'annulation par les Etats-Unis de leur aide financière pour l'année 2018. Le représentant de l'Office, Christopher Gunness, a estimé que "ce manque de financement américain serait en partie comblé par les fonds octroyés par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, la Russie et la Turquie". Rappelons que l'administration Trump avait annoncé, le 24 août en cours, qu'elle allait "rediriger" plus de 200 millions de dollars, soit près de la totalité des fonds initialement prévus pour les Palestiniens pour l'année fiscale 2018, vers "des programmes hautement prioritaires ailleurs". En outre, Washington a également réduit de 65 millions de dollars des aides présentées à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Par ailleurs, de récents rapports révélés par les médias israéliens et internationaux indiquent que l'administration de Trump ne sera pas satisfaite de réduire les aides à l'UNRWA, mais tentera de changer les résolutions internationales afin de mettre un terme à la question des réfugiés palestiniens. Elle s'apprêterait à annoncer les détails d'un nouveau plan visant à modifier la question des réfugiés palestiniens au début du mois de septembre, comprenant le gel de toute aide présentée à l'UNRWA en Cisjordanie occupée et appelant Israël à arrêter tout transfert de fonds présentés à l'UNRWA des autres pays. Selon le plan, l'administration de Trump ne reconnaîtra que 10% du nombre actuel de réfugiés palestiniens (un demi-million sur 5,2 millions de réfugiés palestiniens dans le monde). Pour les Palestiniens, cette série d'actions et de sanctions américaines s'inscrit dans "un projet plus large" qui vise à briser le processus de paix au Proche-Orient.
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.