Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le verdict reporté au 23 septembre    Régime sec    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Signature de six conventions avec Algérie Poste    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    Plaidoyer pour la reconnaissance officielle de la darija    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord de cessez-le-feu sous l'égide de l'ONU
Le calme est revenu hier dans la banlieue de Tripoli
Publié dans Liberté le 06 - 09 - 2018

Après une nouvelle journée de violences, qui ont fait plus de 50 morts depuis le début des combats, les milices armées libyennes ont conclu mardi un accord de cessez-le-feu sous l'auspice de la mission de l'ONU en Libye (Manul).
"Sous l'égide de l'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, un accord de cessez-le-feu a été conclu et signé aujourd'hui pour mettre fin à toutes les hostilités, protéger les civils et sauvegarder les biens publics et privés", a annoncé mardi la mission onusienne en Libye. Après une nouvelle journée de violents affrontements au sud de la capitale, les combats marquaient une pause en début de soirée mais il n'était pas possible de vérifier dans l'immédiat si l'accord était totalement respecté par les nombreux belligérants. Il n'en demeure pas moins que de nombreux médias libyens ont indiqué hier que le calme régnait dans les zones de combats. Rappelons qu'un accord de cessez-le-feu annoncé par des dignitaires la semaine dernière, n'avait été respecté que pendant quelques heures. La Manul a également précisé sur son compte Twitter que l'accord prévoyait également la réouverture du seul aéroport international en service près de Tripoli, fermé depuis le 31 août en raison des combats. La même source a souligné que "la réunion d'aujourd'hui ne visait pas à résoudre tous les problèmes de sécurité de la capitale libyenne" et que le but était de "se mettre d'accord sur un cadre plus large pour aborder ces problèmes". La Manul a indiqué que "des officiers militaires et les chefs des différents groupes armés présents dans et autour de la capitale", ainsi que le ministre de l'Intérieur et d'autres représentants du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale, ont pris part à ces pourparlers. Rappelons que les combats opposaient depuis le 27 août des groupes venus notamment de Tarhouna et Misrata (ouest) à des groupes armés tripolitains théoriquement sous l'autorité du GNA. Mardi, les affrontements les plus violents ont eu lieu sur la route de l'aéroport international de Tripoli détruit en 2014, aux abords d'un immense dépôt de stockage d'hydrocarbures de la Compagnie nationale de pétrole (NOC). Avant l'annonce de l'accord de cessez-le-feu, la NOC avait demandé "une trêve immédiate pour préserver la vie des employés de la compagnie". Les combats ont en outre déclenché des incendies dans l'enceinte du complexe d'hydrocarbures et deux pompiers de la compagnie ont été blessés en tentant d'en venir à bout, a déploré la NOC qui a mis en garde contre "d'immenses pertes matérielles". Il y a lieu de signaler que les violences en Libye ont tué 22 civils et en ont blessé trois autres au mois d'août, selon toujours la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul). "Du 1er au 31 août 2018, la Mission d'appui des Nations unies en Libye a enregistré 25 victimes civiles, dont 22 morts et trois blessés, au cours des hostilités survenues à travers la Libye", a indiqué un rapport.
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.