Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La presse algérienne orpheline de Brahim Brahimi
L'ex-directeur de l'école supérieure de journalisme est décédé hier
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2018

Le professeur Brahim Brahimi, de son vrai nom Ahmed Brahimi, est décédé, hier, à l'âge de 72 ans, dans un hôpital parisien des suites d'une longue maladie. Le défunt avait intégré l'université algérienne en tant qu'enseignant et chercheur, au début des années 90, soit juste après avoir obtenu, à la fin des années 80, son doctorat à l'université française Paris II. Il avait depuis enseigné pendant de longues années à l'Institut des sciences de l'information et de la communication (Isic, ex-ITFC) à Alger. Les péripéties de la décennie noire n'allaient pas le décourager à rester au pays. Son expérience et son aptitude lui vaudront, par la suite, d'être nommé directeur de l'Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l'information (ENSJSI), créée en 2009. Il ne tardera pas, néanmoins, à la quitter pour des raisons contraires ses convictions. En fait, il a été contrarié dans sa volonté de fonder une école de journalisme digne de certaines écoles de référence à travers le monde. En plus du pouvoir qui ne voudrait certainement pas d'une école de journalisme performante pour les raisons que tout le monde sait, M. Brahimi n'aura pas trouvé au sein des médias algériens les collaborateurs professionnels qu'il souhaitait pour accompagner son projet. "Son grand projet était de fonder une école de journalisme digne de celles mondialement reconnues. Il avait misé sur les patrons des médias pour l'accompagner dans son projet, mais, hélas, ces derniers n'avaient pas suivi", témoigne à ce titre le confrère chroniqueur au quotidien Le Soir d'Algérie, ami du défunt, Ahmed Halli, qui salue "le brillant pédagogue et intellectuel" qu'il a été. "Brahim Brahimi était d'une rigueur intellectuelle et d'une perspicacité exemplaire. Il a contribué à façonner beaucoup de journalistes professionnels qui étoffent aujourd'hui bien des rédactions", lui reconnaît-il. Ahmed Halli n'est pas moins admiratif du comportement et de la conduite, également exemplaires, du défunt. "Humainement, je ne me souviens jamais l'avoir vu renfrogné. Au contraire, il avait toujours le sourire aux lèvres, y compris lorsqu'il est tombé malade. Il a toujours été affable et plein d'optimisme", raconte-t-il encore. Politiquement engagé, même s'il ne se revendiquait d'aucune chapelle, le défunt a été par ailleurs l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le Pouvoir, la presse et les intellectuels en Algérie, Le Pouvoir, la presse et les droits de l'Homme en Algérie, parus aux éditions l'Harmattan. Autant d'œuvres qui parleront éternellement de l'enfant de Bir Ghbalou (Bouira).
Farid Abdeladim

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.