«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Brahim (Ahmed) Brahimi : adieu l'ami !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2018

Brahim Brahimi, Ahmed pour les amis et les proches est décédé dans la nuit du samedi au dimanche 23 septembre 2018. Né en 1946 à Bir Ghebalou (Bouira), il a fait partie de la seconde promotion (langue française) de la première Ecole nationale supérieure de journalisme de l'Université d'Alger (rue Jacques Cartier), en compagnie d'une bande inoubliable (Talmat Amor-Ali, Kheirredine Ameyar, Abdou B, Ainouz Rachid....) , côtoyant, dans des locaux exigüs et insalubres mais favorisant la convivialité et la fraternité, la première promotion de langue arabe (Guettaf, Bouakba, Zehani, Ayache, Hassan Said.....). Déjà, il était connu pour son franc-parler, en matière de politique, et en matière de communication.
C'est, pour cela , certainement que, devenu (après un court passage à la Chaîne 3 et des études post-universitaires à l'Institut français de la Presse ( Paris II), ce qui lui avait permis de décrocher, en 1975, un doctorat en Sciences de l'Information puis un autre, en 1987, en Sciences politiques), enseignant universitaire, il s'est imposé, assez vite, comme un acteur apprécié et recherché (surtout par les journalistes, tant il en avait formé... et dirigé, dans le cadre de leurs travaux de fin d'études.... et, aussi, par les universités étrangères ) du paysage médiatique national.... tout particulièrement dans le domaine du « Droit de l'Information » (sa spécialité dont il fut le promoteur, par le biais d'un cours magistral, à l'Université algérienne ), et un défenseur impénitent des droits de l'Homme (il fut le premier à aborder la problématique du « Droit à la communication ») . Enseignant universitaire à l'ISIC (ex-ENSJ) puis à l'ISPI (Information et Sciences politiques réunies) de manière continue, chercheur, il a, à son actif, une expérience de plus de quarante années …. ainsi que plusieurs ouvrages (et études).
En 2009, il est le fondateur et le (premier) directeur de la nouvelle Ecole nationale supérieure du Journalisme et des Sciences de l'Information (ENSJSI), de Ben Aknoun/Alger, une « Ecole hors Université » formant des journalistes spécialisés de niveau master et doctorat... et ce, jusqu'à sa retraite il y a deux ans.
Son dernier-né , un recueil d'études sur « Le pouvoir, la presse et les droits de l'Homme en Algérie », édité en 2012 à l'ENAG, ( après « Le pouvoir, la presse et les intellectuels » édité à L'Harmattan, Paris 1989, qui avait fait alors grand bruit, et « Le Droit à l'Information à l'épreuve du Parti unique et de l'état d'urgence » édité en 2002 à Saec-Liberté / Alger , celui-ci plusieurs fois ré-édités) - consacré surtout à la période 1989-1995- s'est intéressé de très près aux relations (toujours mouvementées) du Pouvoir (au sens large du terme d'autant que ce dernier a « glissé » - réalité ou illusion ?- du militaire au politique… avec des incursions et des invasions dans l'Economique et le Commercial), avec la presse et des relations de ceux-ci avec la défense (ou l'étouffement ) des droits de l'Homme.
Une première partie (65-88) rappelle les blocages du parti unique, les pratiques autoritaires et bureaucratiques. La seconde (88-91), « assez exceptionnelle », revient sur l'émergence de la société civile et l'apprentisage difficile de la démocratie après les évènements d'Octobre 88.
Enfin, la troisième partie (92-95), « également exceptionnelle », est consacrée à l'analyse des rapports entre le pouvoir, la presse et les droits de l'Homme, marqués par la violence et le terrorisme.
Pour ma part, ce fut un compagnon de route inestimable (lors des cours de magister en binôme à l'ISPI, des cours de formation au bénéfice d'entreprises de presse, d'études spécifiques.......) et ses idées bien arrêtées sur bien des points, ne firent que m'enrichir et améliorer les réflexions. Il fut, aussi, longtemps, président du « Prix de Journalisme Abdelhamid Benzine ».
A son épouse et à ses enfants, et à toute sa famille, mes sincères condoléances.
*Ancien Pr associé à l'ENSJSI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.