«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Brahim (Ahmed) Brahimi : adieu l'ami !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2018

Brahim Brahimi, Ahmed pour les amis et les proches est décédé dans la nuit du samedi au dimanche 23 septembre 2018. Né en 1946 à Bir Ghebalou (Bouira), il a fait partie de la seconde promotion (langue française) de la première Ecole nationale supérieure de journalisme de l'Université d'Alger (rue Jacques Cartier), en compagnie d'une bande inoubliable (Talmat Amor-Ali, Kheirredine Ameyar, Abdou B, Ainouz Rachid....) , côtoyant, dans des locaux exigüs et insalubres mais favorisant la convivialité et la fraternité, la première promotion de langue arabe (Guettaf, Bouakba, Zehani, Ayache, Hassan Said.....). Déjà, il était connu pour son franc-parler, en matière de politique, et en matière de communication.
C'est, pour cela , certainement que, devenu (après un court passage à la Chaîne 3 et des études post-universitaires à l'Institut français de la Presse ( Paris II), ce qui lui avait permis de décrocher, en 1975, un doctorat en Sciences de l'Information puis un autre, en 1987, en Sciences politiques), enseignant universitaire, il s'est imposé, assez vite, comme un acteur apprécié et recherché (surtout par les journalistes, tant il en avait formé... et dirigé, dans le cadre de leurs travaux de fin d'études.... et, aussi, par les universités étrangères ) du paysage médiatique national.... tout particulièrement dans le domaine du « Droit de l'Information » (sa spécialité dont il fut le promoteur, par le biais d'un cours magistral, à l'Université algérienne ), et un défenseur impénitent des droits de l'Homme (il fut le premier à aborder la problématique du « Droit à la communication ») . Enseignant universitaire à l'ISIC (ex-ENSJ) puis à l'ISPI (Information et Sciences politiques réunies) de manière continue, chercheur, il a, à son actif, une expérience de plus de quarante années …. ainsi que plusieurs ouvrages (et études).
En 2009, il est le fondateur et le (premier) directeur de la nouvelle Ecole nationale supérieure du Journalisme et des Sciences de l'Information (ENSJSI), de Ben Aknoun/Alger, une « Ecole hors Université » formant des journalistes spécialisés de niveau master et doctorat... et ce, jusqu'à sa retraite il y a deux ans.
Son dernier-né , un recueil d'études sur « Le pouvoir, la presse et les droits de l'Homme en Algérie », édité en 2012 à l'ENAG, ( après « Le pouvoir, la presse et les intellectuels » édité à L'Harmattan, Paris 1989, qui avait fait alors grand bruit, et « Le Droit à l'Information à l'épreuve du Parti unique et de l'état d'urgence » édité en 2002 à Saec-Liberté / Alger , celui-ci plusieurs fois ré-édités) - consacré surtout à la période 1989-1995- s'est intéressé de très près aux relations (toujours mouvementées) du Pouvoir (au sens large du terme d'autant que ce dernier a « glissé » - réalité ou illusion ?- du militaire au politique… avec des incursions et des invasions dans l'Economique et le Commercial), avec la presse et des relations de ceux-ci avec la défense (ou l'étouffement ) des droits de l'Homme.
Une première partie (65-88) rappelle les blocages du parti unique, les pratiques autoritaires et bureaucratiques. La seconde (88-91), « assez exceptionnelle », revient sur l'émergence de la société civile et l'apprentisage difficile de la démocratie après les évènements d'Octobre 88.
Enfin, la troisième partie (92-95), « également exceptionnelle », est consacrée à l'analyse des rapports entre le pouvoir, la presse et les droits de l'Homme, marqués par la violence et le terrorisme.
Pour ma part, ce fut un compagnon de route inestimable (lors des cours de magister en binôme à l'ISPI, des cours de formation au bénéfice d'entreprises de presse, d'études spécifiques.......) et ses idées bien arrêtées sur bien des points, ne firent que m'enrichir et améliorer les réflexions. Il fut, aussi, longtemps, président du « Prix de Journalisme Abdelhamid Benzine ».
A son épouse et à ses enfants, et à toute sa famille, mes sincères condoléances.
*Ancien Pr associé à l'ENSJSI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.