Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois milliards de dinars de pertes depuis le début de la grève
Conflit direction-travailleurs contractuels de Sider Annaba
Publié dans Liberté le 22 - 12 - 2018

Les 1 159 travailleurs sous contrat à durée déterminée de Sider El-Hadjar et leurs 498 collègues admis dans le cadre du CTA (contrat de travail aidé) par ce même site industriel observaient, hier, leur 13e jour de grève, paralysant ainsi les installations de production de cette entreprise et lui occasionnant des pertes financières énormes estimées provisoirement à quelque trois milliards de dinars. Cela, alors que la direction du complexe sidérurgique s'avère dépassée par le problème de "permanisation" que lui posent les contestataires et par l'ampleur du mouvement, qui risque à tout moment d'être suivi par l'ensemble des 4 500 métallurgistes inquiets pour le devenir de leur outil de production, au vu du pourrissement de la situation. On rappelle, pour illustrer ce propos, que Chemseddine Maâtallah, le directeur général de Sider Annaba, pris de court par le débrayage surprise de cette catégorie de travailleurs, n'a pas su ou n'a pas pu convaincre ceux-ci de la complexité de la problématique et de son incapacité à la résoudre dans sa totalité et dans l'immédiat. Mal avisé, il a préféré opposer la brutalité aux aspirations somme toutes légitimes des centaines de contractuels, des techniciens supérieurs et des ingénieurs, dont la plupart occupent des postes importants dans le process de production depuis de longues années et qui demandent aujourd'hui à bénéficier d'un statut de permanents. Ces derniers, qui maintiennent leur piquet de grève 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, dénoncent les mesures brutales qui ont été prises à leur encontre par l'employeur, lequel a essayé de casser leur grève de différentes manières, par la force et l'intimidation, en actionnant ses agents de sécurité, sinon en les privant de nourriture et d'eau, sans pour autant y parvenir. Se disant plus que jamais résolus à poursuivre leur mouvement jusqu'à satisfaction de leur revendication, ils ont accusé, hier, Chemsedine Maâtallah et certains de ses proches collaborateurs de tenter, en désespoir de cause, de pousser les autres travailleurs du complexe à déloger les grévistes de la voie ferrée, zone située en amont du haut-fourneau, des laminoirs et des aciéries, où ils se trouvent depuis le dimanche 9 décembre. Le syndicat d'entreprise, qui aura tenté de son côté et à maintes reprises de se poser en médiateur dans ce conflit, a été écarté du dialogue par la direction qui l'accuse d'être derrière le mouvement de protestation des contractuels. Tout autant que l'union de wilaya UGTA qui a été mal reçue par cette même direction, avant qu'elle ne puisse, après maintes rebuffades, obtenir de la part de celle-ci qu'elle vienne à la table des négociations demain dimanche.
A. ALLIA

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.