Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois milliards de dinars de pertes depuis le début de la grève
Conflit direction-travailleurs contractuels de Sider Annaba
Publié dans Liberté le 22 - 12 - 2018

Les 1 159 travailleurs sous contrat à durée déterminée de Sider El-Hadjar et leurs 498 collègues admis dans le cadre du CTA (contrat de travail aidé) par ce même site industriel observaient, hier, leur 13e jour de grève, paralysant ainsi les installations de production de cette entreprise et lui occasionnant des pertes financières énormes estimées provisoirement à quelque trois milliards de dinars. Cela, alors que la direction du complexe sidérurgique s'avère dépassée par le problème de "permanisation" que lui posent les contestataires et par l'ampleur du mouvement, qui risque à tout moment d'être suivi par l'ensemble des 4 500 métallurgistes inquiets pour le devenir de leur outil de production, au vu du pourrissement de la situation. On rappelle, pour illustrer ce propos, que Chemseddine Maâtallah, le directeur général de Sider Annaba, pris de court par le débrayage surprise de cette catégorie de travailleurs, n'a pas su ou n'a pas pu convaincre ceux-ci de la complexité de la problématique et de son incapacité à la résoudre dans sa totalité et dans l'immédiat. Mal avisé, il a préféré opposer la brutalité aux aspirations somme toutes légitimes des centaines de contractuels, des techniciens supérieurs et des ingénieurs, dont la plupart occupent des postes importants dans le process de production depuis de longues années et qui demandent aujourd'hui à bénéficier d'un statut de permanents. Ces derniers, qui maintiennent leur piquet de grève 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, dénoncent les mesures brutales qui ont été prises à leur encontre par l'employeur, lequel a essayé de casser leur grève de différentes manières, par la force et l'intimidation, en actionnant ses agents de sécurité, sinon en les privant de nourriture et d'eau, sans pour autant y parvenir. Se disant plus que jamais résolus à poursuivre leur mouvement jusqu'à satisfaction de leur revendication, ils ont accusé, hier, Chemsedine Maâtallah et certains de ses proches collaborateurs de tenter, en désespoir de cause, de pousser les autres travailleurs du complexe à déloger les grévistes de la voie ferrée, zone située en amont du haut-fourneau, des laminoirs et des aciéries, où ils se trouvent depuis le dimanche 9 décembre. Le syndicat d'entreprise, qui aura tenté de son côté et à maintes reprises de se poser en médiateur dans ce conflit, a été écarté du dialogue par la direction qui l'accuse d'être derrière le mouvement de protestation des contractuels. Tout autant que l'union de wilaya UGTA qui a été mal reçue par cette même direction, avant qu'elle ne puisse, après maintes rebuffades, obtenir de la part de celle-ci qu'elle vienne à la table des négociations demain dimanche.
A. ALLIA

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.